Navigation – Plan du site

La réception des Synonyma d’Isidore de Séville aux XIVe-XVIe siècles

Les raisons d’un succès exceptionnel
Jacques Elfassi
p. 107-118

Résumés

Les Synonyma d’Isidore de Séville connurent un succès exceptionnel durant le Moyen Âge tardif. Ce succès dura jusqu’aux années 1560-1570 et fut particulièrement important dans l’Europe germanique. L’analyse du contenu des manuscrits et de la postérité littéraire suggère que les Synonyma furent perçus surtout comme un livre ascétique et spirituel: c’est probablement ce qui explique la popularité de cette œuvre à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Hispania como intermediaria entre distin (...)
  • 2  Il faut en outre ajouter au moins 7 manuscrits du XIVe s. et 23 du XVe s. qui comportent des extra (...)
  • 3  Voir J. Elfassi, « Los centones de los Synonyma de Isidoro de Sevilla », Actas do IV Congresso Int (...)

1Bien qu’Isidore de Séville soit surtout connu aujourd’hui pour ses Etymologiae (« Étymologies »), deux autres de ses œuvres connurent aussi un immense succès au Moyen Âge : les Sententiae (« Sentences ») et les Synonyma (« Synonymes »)1. Ce succès fut particulièrement important à la fin du Moyen Âge pour les Synonyma : sur 507 manuscrits conservés, 95 datent du XIVe s. et 207 du XVe s. Autrement dit, près de trois manuscrits sur cinq furent copiés aux XIVe et XVe s., plus de deux sur cinq durant le seul XVe s.2 Sans doute ce chiffre élevé est-il dû en partie à des raisons matérielles : les manuscrits récents ont eu, statistiquement, beaucoup plus de chances de se conserver que les copies anciennes. Un nombre aussi important de copies est néanmoins remarquable, et ce succès est confirmé par la diffusion très importante de certains centons des Synonyma à cette même époque3. Est-il possible d’expliquer une telle fortune ?

  • 4  Voir J. Elfassi, « Trois aspects inattendus… » (art. cit.), p. 145-146 et 148.
  • 5  Voir A. G. Rigg, « Hoccleve’s Complaint and Isidore of Seville », Speculum, 45, 1970, p. 564-574 ; (...)

2Une première remarque s’impose : le succès des Synonyma fut aussi un succès indirect, au deuxième voire au troisième degré. Ainsi, le théologien tchèque Jean Hus (v. 1369-1415) cite à plusieurs reprises les Synonyma, or pourtant il ne les a vraisemblablement jamais lus4. De même, le poète anglais Thomas Hoccleve (v. 1366/67-1426) les paraphrase, or on a pu démontrer qu’il les ne connaissait pas directement, mais par l’intermédiaire d’un épitomé5.

  • 6  Voir aussi J. Elfassi, « Los centones… » (art. cit.).
  • 7  Voir J. Elfassi, art. cit., p. 395-396.

3C’est d’ailleurs au Moyen Âge tardif que se diffusèrent largement plusieurs centons des Synonyma6, et il est plausible qu’aux XIVe et XVe s. beaucoup de gens, à l’instar de Th. Hoccleve, n’aient connu l’œuvre d’Isidore qu’à travers ces « produits dérivés ». Savaient-ils seulement qu’ils lisaient un texte d’Isidore ? Un des abrégés des Synonyma fut transmis, durant le Moyen Âge tardif, sous le nom d’Ambroise ou parfois d’Augustin, sans aucune référence à Isidore : c’est le texte connu comme la lettre IV de Ps.-Ambroise7.

  • 8  Voir R. H. et M. A. Rouse, Preachers, Florilegia and Sermons : Studies on the Manipulus florum of (...)
  • 9  Voir Chr. Boyer, « Un témoin précoce de la réception du « Manipulus florum » au début du XIVe sièc (...)
  • 10  Éd. Chr. Reno et L. Dulac, Christine de Pizan. Le livre de l’advision Cristine, Paris, Champion, 2 (...)
  • 11  Dans l’article Fraus (« Tromperie ») du Manipulus florum, la phrase Dolus est cum aliquid agitur, (...)

4L’existence d’une telle diffusion indirecte contraint apparemment à corriger, ou du moins à nuancer, le constat qui est à l’origine de cette étude : le succès phénoménal des Synonyma au Moyen Âge tardif. Mais en réalité, cette diffusion indirecte, en s’ajoutant à la diffusion directe, l’a encore amplifiée. Une même personne pouvait d’ailleurs avoir une connaissance à la fois directe et indirecte des Synonyma. Tel est le cas, par exemple, de Thomas d’Irlande, dont le Manipulus florum (« Poignée de fleurs, florilège »), rédigé peu avant 1306, eut tant d’influence à la fin du Moyen Âge : il cite les Synonyma de première main (du moins peut-on le penser) sous les mots Consuetudo (« Habitude »), Discretio (« Discrétion »), Doctrina (« Science »), Iniuria (« Injustice »), Magister (« Maître ») et Voluptas (« Volupté ») ; et par l’intermédiaire du Liber exceptionum (« Livre d’extraits ») de Guillaume de Montague († 1246) pour les articles Abstinentia (« Abstinence »), Conscientia (« Conscience »), Consuetudo à nouveau, Conuersatio (« Comportement »), Excusatio (« Défense »), Ira (« Colère »), Loquacitas (« Bavardage »), Mansuetudo (« Bienveillance »), Societas (« Fréquentation ») et Votum (« Vœu »)8. À son tour, d’ailleurs, le Manipulus florum fut abondamment utilisé et il permit la diffusion de certaines phrases des Synonyma. Un article récent vient ainsi de démontrer qu’il fut l’une des principales sources d’un prédicateur du début du XIVe s., Guillaume de Sauqueville : lorsque celui-ci, dans un de ses sermons, cite les Synonyma, il le fait par l’intermédiaire du Manipulus florum9. Le Livre de l’Advision Cristine de Christine de Pizan constitue un cas encore différent : Christine mentionne explicitement « Ysidore en ses Sinonimes »10, mais quand on examine la phrase prétendument empruntée aux « Sinonimes », on s’aperçoit qu’elle n’est extraite ni des Synonyma, ni même d’Isidore. En fait, Christine, qui a pour source Thomas d’Irlande, reprend la même erreur d’attribution que lui11. Toutefois, même un cas de fausse attribution comme celui que l’on vient de voir confirme, paradoxalement, l’influence des Synonyma à la fin du Moyen Âge : c’est une œuvre qu’on cite volontiers, même sans l’avoir lue.

  • 12  Voir J. Elfassi, « Los centones… », art. cit.
  • 13  Sans indiquer toutes les éditions, citons au moins les deux extrêmes : édition princeps : H 9294 ( (...)
  • 14  Voir H. Nickel, « Isidor in Inkunabeln », Altertumswissenschaft mit Zukunft. Dem Wirken Werner Har (...)
  • 15  Selon J. van den Gheyn, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, (...)
  • 16  Sur les traductions des Synonyma et plus généralement sur la réception de l’œuvre à l’époque moder (...)

5Essayons maintenant de préciser cette influence. Peut-on fixer les limites de cet « âge d’or » de la réception des Synonyma ? Sans doute est-il difficile d’en dater le début avec précision, car le succès de l’œuvre ne cessa jamais, mais le nombre de manuscrits conservés des XIVe et XVe s. est remarquablement élevé, et surtout c’est durant ces deux siècles que se diffusèrent très largement quatre centons des Synonyma : le Collectum (« Collection »), le De norma uiuendi (« Règle de vie »), les Monita (« Avertissements ») et le Tractatus deflentis hominis et ammonentis rationis (« Traité de l’homme qui se lamente et la raison qui l’admoneste »)12. On peut donc considérer que l’« âge d’or » des Synonyma commence vers la fin du XIIIe s. ou le début du XIVe s., sans pouvoir être plus précis. La fin de cet apogée peut en revanche être fixée avec une certaine exactitude : dans les années 1560-1570. L’apparition de l’imprimerie ne constitue pas un tournant dans l’histoire de la réception des Synonyma : leursuccès dans les ateliers des typographes à la fin du XVe s. et au début du XVIe s. est aussi important que dans les scriptoria médiévaux. Entre 1470-1471 et 156613, les Synonyma furent imprimés pas moins de vingt et une fois, dont onze fois durant le seul XVe s.14. À partir de 1580, en revanche, ils ne furent plus publiés que dans les Opera omnia. Ils furent traduits en allemand par Philipp Dobereiner en 1565 et en italien par Giuseppe Alcaino en 1566 ; la traduction française, restée inédite, que l’on trouve dans le ms. Bruxelles BR 4446 (VdG 2327), doit dater de la même époque15. Mais ces trois traductions apparaissent comme le « chant du cygne » de cette période triomphale. Ensuite, il n’y eut plus aucune traduction, sauf en Espagne au XXe s.16.

  • 17  Éditions incunables bien répertoriées : HC 5486, 5488, 9296 et 9297 (H = L. Hain, op. cit. ; C = W (...)
  • 18  Mes calculs confirment donc ce qu’avait déjà écrit F. J. Worstbrock, « Isidor… », art. cit., col.  (...)
  • 19  Voir J. Elfassi, « Los centones… », art. cit., p. 401.

6Tout comme on peut fixer dans le temps l’apogée des Synonyma, il est possible de le faire dans l’espace. De fait, sur les 95 manuscrits qui datent du XIVe s., 39 sont originaires ou du moins proviennent – car on ne connaît pas toujours le lieu d’origine – de l’Europe germanique (c’est-à-dire l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et la Tchéquie actuelles), 19 de France, 11 d’Italie, 11 de Grande-Bretagne, 4 d’Espagne, 2 des Pays-Bas (Belgique et Pays-Bas actuels), 1 de Hongrie, 1 de Suède, et 7 sont de provenance inconnue. Sur les 210 manuscrits des XVe et XVIe s. (207 du XVe s. auxquels sont ajoutés, pour ne pas multiplier les catégories, les 3 du XVIe s.), plus de la moitié (107) proviennent de l’Europe germanique, 34 d’Italie, 19 de France, 14 de Grande-Bretagne, 9 des Pays-Bas, 1 de Hongrie, 1 de Pologne, et 16 sont de provenance inconnue. Sur les 21 éditions des Synonyma entre 1470-1471 et 1522, 9 furent imprimées en Allemagne (y est incluse l’édition de Bâle de 1505), 6 en Belgique et aux Pays-Bas, 3 en France et 3 en Italie. Ce qui frappe en premier lieu, c’est la quantité énorme de manuscrits de l’espace germanique, notamment au XVe s., et ce succès est confirmé par le nombre des éditions. En Italie, le nombre de copies est nettement moins important, mais il s’accroît franchement au XVe s. Aux Pays-Bas, la quantité de manuscrits augmente aussi au XVe s., mais c’est surtout le nombre d’éditions qui attire l’attention ; l’œuvre fut imprimée quatre fois en seulement cinq ans (entre 1487 et 1491) à Anvers et Deventer17. Ailleurs, en France, en Angleterre ou en Espagne, l’œuvre continua à être copiée, mais pas dans des proportions aussi remarquables. Un tel constat oblige à nuancer l’affirmation qui est à l’origine de cette étude : les Synonyma connurent un succès exceptionnel durant le Moyen Âge tardif, mais ce succès ne fut réellement exceptionnel que dans l’Europe germanique18. Il en est de même pour les quatre centons déjà cités des Synonyma19.

  • 20  J. Torrubiano Ripoll, dans sa traduction espagnole (Madrid, Renacimiento, v. 1921-1925), n’hésite (...)
  • 21  Voir sur ce point C. Cardelle de Hartmann, Lateinische Dialoge 1200-1400. Literaturhistorische Stu (...)
  • 22  Pour l’Imitation de Jésus Christ, les mss. London BL Roy. 8 C. vii, Mainz Stadtbibl. I 182, Vatica (...)
  • 23  Voir J. Fontaine, « Isidore de Séville auteur ‘ascétique’ : les énigmes des Synonyma », Studi medi (...)
  • 24  Les mss. Brugge 50 (copié en 1491) et Darmstadt 443 (datant de 1490) intitulent l’ouvrage « De spi (...)

7Pourquoi est-ce en Allemagne que les Synonyma furent tellement appréciés aux XIVe-XVIe s. ? Il est très difficile de répondre à cette question, mais on ne peut s’empêcher de penser au grand courant de la mystique rhénane qui, de Maître Eckhart à la « Dévotionmoderne », eut une grande influence dans cette région à la fin du Moyen Âge. Par certains aspects, les Synonyma ont un caractère mystique : le dialogue entre l’homme et la raison peut facilement être lu comme un dialogue direct entre l’homme et Dieu, et surtout le style volontiers lyrique du premier livre, la ferveur avec laquelle le pécheur crie son désespoir puis clame son amour de Dieu, peuvent rappeler certains ouvrages mystiques. Les Synonyma furent parfois comparés à l’Imitation de Jésus Christ20, mais ils pourraient l’être aussi à un autre « best-seller » du Moyen Âge tardif, l’Horologium sapientiae (« Horloge de la sagesse ») d’Henri Suso, qui se présente aussi comme un dialogue (entre la Sagesse et son disciple)21, et qui unit semblablement un style orné, parfois très proche du style synonymique (avec une prose rimée et des variations synonymiques), et un contenu ascétique et pénitentiel. Ces deux textes sont d’ailleurs associés aux Synonyma dans certains manuscrits22. Certes, une telle comparaison ne saurait être poussée trop loin : rapprocher les Synonyma de l’Horologium sapientiae ou de l’Imitation de Jésus Christ ne revient pas à établir une filiation directe entre ces œuvres. À bien des égards, la spiritualité d’Isidore est très différente d’Henri Suso ou de Thomas a Kempis : elle est beaucoup moins christocentriste (le Christ n’est d’ailleurs mentionné que cinq fois dans les Synonyma), et son mysticisme apparent y est en fait contrebalancé par un rationalisme et un volontarisme encore proches du stoïcisme antique23. Néanmoins, plusieurs manuscrits médiévaux décrivent l’opuscule d’Isidore, sinon comme mystique, du moins comme « spirituel »24. Au moins à titre d’hypothèse, il est permis de supposer qu’une des raisons du succès des Synonyma à la fin du Moyen Âge, notamment dans l’Europe germanique, est qu’ils furent perçus à la fois comme ascétiques et spirituels : ils pouvaient avoir des affinités avec un climat religieux mettant en valeur à la fois la piété individuelle et le mépris des biens terrestres.

  • 25  Voir respectivement M. R. James, The Ancient Libraries of Canterbury and Dover, Cambridge, Univers (...)
  • 26  Fait remarquable aussi : sur ces sept monastères, cinq sont anglais, or pourtant on a vu que les c (...)

8Pour essayer de mieux cerner le succès des Synonyma au Moyen Âge tardif et pour voir s’il était lié à un ordre religieux particulier ou à une « spiritualité » particulière, j’ai pris aussi en compte les possesseurs des manuscrits. Parmi les 218 témoins des XIV-XVIe s. dont on connaît le possesseur médiéval, près des trois quarts (156) appartenaient à un centre monastique : 60 à des bénédictins, 33 à des chanoines réguliers, 17 à des chartreux, 16 à des franciscains, 13 à des dominicains, 12 à des cisterciens et 5 autres à d’autres ordres monastiques (brigittins, carmes, ermites de saint Augustin, hiéronymites, servites de Marie). L’examen des catalogues médiévaux semble confirmer l’importance des Synonyma chez les bénédictins et les chanoines réguliers. Voici en effet les inventaires anciens qui mentionnent le plus de copies des Synonyma : il y avait treize manuscrits à Saint-Augustin de Cantorbéry à la fin du XVe s., neuf à Peterborough (catalogue composé à la fin du XIVe s.), huit à Christ Church à Cantorbéry (entre 1284 et 1331), sept à Melk (1483), et six à Saint-Gilles de Nuremberg (fin XVe s.), Leicester (fin XVe s.) et Sainte-Marie d’York (XVe s.)25. Ce sont tous des centres bénédictins, hormis Leicester (chanoines réguliers)26. Faut-il y voir une preuve de la plus grande proximité des Synonyma avec la spiritualité bénédictine ? Il est difficile de répondre à cette question avec certitude. La lecture des Synonyma était fort prisée dans les milieux monastiques, ce qui ne constitue pas une spécificité du Moyen Âge tardif, et on peut vérifier la présence de cette œuvre dans tous les ordres religieux. Comme les abbayes bénédictines sont souvent des fondations anciennes, les livres nouveaux s’y ajoutent, de manière cumulative, aux fonds anciens, ce qui peut expliquer certains chiffres exceptionnellement élevés. Néanmoins, comme on l’a dit, au moins soixante manuscrits copiés aux XIV-XVIe s. proviennent de monastères bénédictins : cela prouve que les Synonyma ne faisaient pas seulement partie des manuscrits hérités qu’on continuait à conserver sans les utiliser, mais qu’ils étaient toujours copiés ou achetés à la fin du Moyen Âge. Autre élément dont il faut tenir compte : l’ordre de saint Benoît, même après l’apparition des ordres mendiants ou des chanoines réguliers, resta important ; si tant de manuscrits proviennent de monastères bénédictins, c’est aussi parce que ces monastères étaient nombreux. Du moins peut-on dire que les « Moines noirs » restèrent fidèlement attachés aux Synonyma du début à la fin du Moyen Âge. Et que les nouveaux ordres, notamment les chanoines réguliers, s’y reconnurent eux aussi.

  • 27  Voir J. Elfassi, « Les Synonyma d’Isidore de Séville : un manuel de grammaire ou de morale ? La ré (...)

9Si les Synonyma eurent une telle fortune dans les milieux monastiques, c’est probablement en raison de leur caractère ascétique. Tout au long du Moyen Âge, ils furent lus majoritairement comme un manuel de morale27, or cette tendance se renforça encore à la fin du Moyen Âge. J’ai repéré seize textes des XIVe et XVe s. qui empruntent aux Synonyma de façon directe (ou du moins sans qu’aucun intermédiaire ne soit connu) :

  • 28  Voir R. Bultot, « Les Synonyma d’Isidore de Séville, source principale de l’‘Exhortatio ad contemp (...)

– Ps.-Anselme de Cantorbéry, Exhortatio ad contemptum temporalium (« Exhortation au mépris des choses temporelles », peut-être France, XIVe s.)28 : PL 158, 679-686 = Syn. II, 8-99.

  • 29  Édition du texte : S. Wenzel, Fasciculus morum. A Fourteenth-Century Preacher’s Handbook, Universi (...)
  • 30  Et aussi III, 1, l. 74-75 = Syn. II, 37, mais c’est un emprunt indirect : voir J. Elfassi, « La ré (...)

– Fasciculus morum (« Bouquet de morale », région de Worcester, début XIVe s.)29 : I, 8, l. 38-39 = Syn. II, 21 ; II, 6, l. 70-71 = Syn. I, 2930.

– Thomas d’Irlande, Manipulus florum (Paris, 1306) : emprunts déjà cités.

  • 31  Éd. p. Blanco Soto, Petri Compostellani De consolatione rationis libri duo, Münster i. W., Aschend (...)

– Pierre de Compostelle, De consolatione rationis (« Consolation de la raison », probablement France, v. 1318-1330)31 : livre I, p. 91 l. 12 = Syn. I, 5 ; p. 91 l. 25-32 = I, 14, 5, 17, 21, 19 ; p. 92 l. 3-5 = II, 30-31 ; p. 92 l. 5-10 = I, 24-26 ; p. 92 l. 22-26 = I, 33, 29, 51 ; p. 92 l. 29-30 = II, 21 ; p. 93 l. 4-6 = I, 28.

  • 32  Éd. J. G. Th. Graesse, Die beiden ältesten lateinischen Fabelbücher des Mittelalters, Tübingen, fü (...)

– Dialogus creaturarum (« Dialogue des créatures », peut-être Milan, XIVe s., ap. 1326)32 : dial. 10 (p. 148 l. 36-37) = Syn. II, 44 ; dial. 19 (p. 159 l. 33-36) = II, 23 ; dial. 36 (p. 177 l. 32-33) = II, 85 ; dial. 71 (p. 215 l. 26-28) = II, 91 ; dial. 74 (p. 218 l. 30-31) = II, 19 ; dial. 89 (p. 238 l. 1-2) = II, 85 ; dial. 96 (p. 246 l. 11-12) = II, 97 ; dial. 104 (p. 255 l. 3-5) = II, 48-49.

  • 33  Éd. utilisée : A. Rey, Maestre Pedro. Libro del consejo e de los consejeros, Zaragoza, Librería ge (...)

– Pedro Gómez Barroso, Libro del consejo e de los consejeros (« Livre du conseil et des conseillers », Espagne, XIVe s., av. 1348)33 : c. 17 (p. 65 l. 68-73) = Syn.II, 44.

  • 34  Éd. M. Brisson, A Critical Edition and Study of Frere Robert (Chartreux), Le Chastel Perilleux, Sa (...)

– Robert de Bourgfontaine, Le chastel perilleux (France, av. 1387)34 : Deuxième partie (p. 318 l. 19-23) = Syn. II, 23.

  • 35  Édition : G. Holmstedt, Speculum Christiani. A Middle English Religious Treatise of the 14th centu (...)

– Speculum christiani (« Miroir du chrétien », Angleterre, v. 1390-1410)35 : p. 5 l. 10-12 = Syn. II, 65 ; p. 67 l. 23-24 = II, 93 ; p. 103 l. 5-6 = II, 24 ; p. 103 l. 13-15 = II, 62 ; p. 107 l. 6-7 = II, 44 ; p. 115 l. 10-11 = I, 53 ; p. 121 l. 28-30 = II, 61 ; p. 195 l. 33-34–p. 196 l. 1 = II, 33 ; p. 199 l. 15-16 = I, 30 ; p. 217 l. 9-11 = Syn. II, 79-80.

  • 36  Éd. J. Nechutová et R. Cegna, Nicolaus Dresdensis. Expositio super Pater Noster, Wrocław, Ossoline (...)

– Nicolas de Dresde, Expositio super Pater Noster (« Commentaire du Pater Noster », Prague, v. 1415)36 : p. 182 l. 2291-2293 = Syn. I, 78.

  • 37  Éd. R. Lioi, S. Iacobus de Marchia,Sermones dominicales, Falconara Marittima (Ancona), 1978-1982, (...)
  • 38  Ce sermon est publié en appendice et ne porte pas de numéro, car il est conservé dans un seul manu (...)

– Jacques de la Marche, Sermones dominicales (« Sermons dominicaux », Italie, entre 1422 et 1476)37 : sermon 84, De iniusta querela conquerentium de bonis fortune (« Sur l’injuste plainte de ceux qui se plaignent des bienfaits de la fortune », t. 3, p. 185 l. 1-3) = Syn. I, 29-30 ; sermon de mirabili uirtute patientie38 (« Sermon sur l’admirable vertu de la patience », t. 3, p. 402 l. 13-14) = Syn. I, 29-30.

  • 39  Éd. C. Del Popolo, Beati Matthei de Cicilia, ordinis Minorum, Quadragessimale [sic]. A Provisional (...)

– Matthieu d’Agrigente, Quadragesimale (« Sermons pour le Carême », Italie, av. 1448)39 : sermon 3 (de temptacione, « sur la tentation »), fol. 11v-12 (« humana temptacio… ut redeas ») = Syn. I, 28-30.

  • 40  Éd. Doctoris ecstatici D. Dionysii cartusiani Opera omnia, Tournai, Typis Cartusiae S. M. de Prati (...)
  • 41  Le troisième livre du De anima attribué à Hugues de Saint-Victor correspond au De interiori domo ( (...)

– Ps.-Denys le Chartreux, Speculum saecularium et mundi huius amatorum (« Miroir des gens du siècle et des amateurs de ce monde », av. 1450)40 : c. 1 (p. 767D’) = Syn. II, 91 ; c. 3 (p. 772A’-B’) = I, 77 (extrait attribué à Augustin, peut-être par l’intermédiaire des Sentences de Pierre Lombard) ; c. 3 (p. 773C’-D’) = II, 24 ; c. 4 (p. 779C’) = II, 92 et 95. Le corpus pseudo-dionysien de Miroirs auquel se rattache le Speculum saecularium comporte un autre emprunt aux Syn. : Speculum subditorum (« Miroir des sujets »), c. 4, p. 717C’ = Syn. II, 45 ; mais d’après l’attribution du passage (Hugo, libro tertio de anima, « Hugues, dans le troisième livre sur l’âme »), il s’agit d’un emprunt de seconde main41.

  • 42  Éd. F. Rubio, Prosistas castellanos del siglo XV, t. 2, Madrid, Atlas (Biblioteca de Autores Españ (...)

– Juan de Alarcón, Libro del regimiento de los señores (« Livre sur la conduite des seigneurs », Castille, av. 1451)42 : c. I, 8 (p. 168-169) = probablement (bien que le texte espagnol ne corresponde pas rigoureusement au latin) Syn. II, 89.

  • 43  Éd. C. J. Jellouschek, Martini de Leibitz Trialogi ascetici, Teolo, Badia di Praglia (Scripta mona (...)

– Martin de Leibitz, Trialogus de militia christiana (« Dialogue à trois sur la milice chrétienne », Vienne, av. 1456)43 : c. 6 (p. 26 l. 22-23) = Syn. II, 61 ; c. 7-20 = Syn. I, 5-II, 99 (emprunts trop nombreux pour être indiqués en détail) ; c. 27 (p. 83 l. 7-8 et 10-11) : = Syn. II, 91.

  • 44  Éd. F. Rubio, op. cit., p. 65-117.

– Martin de Cordoue, Jardín de nobles doncellas (« Jardin des nobles demoiselles », Castille, 1468-1469)44 : c. II, 5 (p. 93, col. 1, l. 42-49) = Syn. II, 26.

  • 45  Éd. M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, t. 1, Madrid, Atlas (Biblioteca de Autores Españ (...)

– Diego de Valera, Doctrinal de príncipes (« Doctrinal des princes », Castille, v. 1475)45 : c. 2 (p. 180, col. 2, l. 11-14) = Syn. II, 43 ; c. 2 (p. 180, col. 2, l. 18-20) = Syn. II, 53-54 ; c. 2 (p. 181, col. 1, l. 33-39) = Syn. II, 65.

  • 46  La relative surreprésentation des textes castillans (quatre sur seize) est due aussi à ma formatio (...)

10Cette liste, il faut bien l’avouer, est relativement limitée : il est étonnant de trouver seulement seize textes qui empruntent aux Synonyma à une époque où ils furent si abondamment copiés. Mais les œuvres du Moyen Âge tardif ont généralement été moins éditées que celles de l’époque pré-carolingienne et carolingienne, la base de données Patrologia Latina Database, outil précieux quand on cherche la trace d’une œuvre au Moyen Âge, s’arrête à Innocent III, et j’avoue moins bien connaître le Moyen Âge tardif que le haut Moyen Âge46. Il est donc probable que cette liste est très incomplète. Ces seize textes n’en sont pas moins significatifs : en dehors de l’Expositio super Pater Noster de Nicolas de Dresde, tous sont de contenu moral ou ascétique.

  • 47  N. Daniel, G. Kornrumpf et G. Schott, Die Handschriften der Universitätsbibliothek München. Bd. II (...)
  • 48  Voir J. Elfassi, « Les Synonyma d’Isidore de Séville : un manuel de grammaire ou de morale ?… » (a (...)

11L’importance du caractère ascétique des Synonyma apparaît aussi quand on examine le contenu des manuscrits dans lesquels ils sont inclus. Comme il est impossible d’analyser en détail les quelque trois cents manuscrits des XIVe-XVIe s., je ne citerai ici que les cinq témoins conservés aujourd’hui à la Bibliothèque Universitaire de Munich : 2° 97, 2° 138, 4° 30, 4° 853 et 8° 41. Ces cinq manuscrits correspondent parfaitement au « portrait-robot » établi plus haut : ils datent des XIVe-XVIe s. et ils sont originaires d’Allemagne (plus précisément du sud de l’Allemagne) ; en outre, ils ont fait l’objet d’une excellente description dans des catalogues récents47. Or ces catalogues, précisément, qualifient 2° 97 et 4° 30 de « collections théologiques et ascétiques » (Theologisch-aszetische Sammelhandschrift), et 8° 41 de « collection ascétique et catéchétique » (Aszetisch-katechetiker Sammelband). Dans 2° 138, les Synonyma précèdent des textes qui appartiennent aussi à la littérature d’édification, en particulier la Formula honestae uitae (« Règle de vie honnête ») de Ps.-Bernard de Clairvaux, la Formula novitiorum (« Règle des novices ») de David d’Augsbourg, et le Speculum peccatorum (« Miroir des pécheurs ») de Ps.-Bernard de Sienne. Enfin, s’il est vrai que 4° 853 est une collection humaniste, avec des textes de Darès le Phrygien, Lucien de Samosate et Enea Silvio Piccolomini, le texte de Synonyma y est encadré par un abondant paratexte qui souligne son caractère édifiant et moral48.

  • 49  Paradiso X, 130-131 : Vedi oltre fiameggiar l’ardente spiro/d’Isidoro (« Vois plus loin flamboyer (...)

12Il est donc possible de répondre, même partiellement, à la question que nous nous posions au début de ce travail : comment expliquer le formidable succès des Synonyma à la fin du Moyen Âge ? Si cette œuvre fut tant lue, copiée puis imprimée aux XIVe-XVIe s., surtout dans l’Europe germanique, c’est probablement en raison de son contenu ascétique et spirituel. Aujourd’hui, Isidore de Séville est surtout perçu comme l’auteur des Étymologies, encyclopédiste au savoir universel, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a été désigné comme saint patron d’Internet. Mais au Moyen Âge on ne lisait pas seulement les Étymologies, on lisait aussi les Sentences et les Synonymes. Isidore était aussi considéré comme un maître de spiritualité : ce que Dante retient de lui, c’est son « esprit ardent »49. Il est même probable que c’est cette dimension spirituelle qui fut la plus importante à la fin du Moyen Âge.

Notes

1  Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Hispania como intermediaria entre distintas culturas durante la edad media (« L’Hispanie comme intermédiaire entre cultures distinctes durant le Moyen Âge »), dirigé par C. Codoñer (Université de Salamanque) et financé par le Ministère de l’Éducation espagnol (projet HUM2006-05744/FILO).

2  Il faut en outre ajouter au moins 7 manuscrits du XIVe s. et 23 du XVe s. qui comportent des extraits des Synonyma. Malheureusement, la frontière entre texte « complet » et « extrait » n’est pas toujours claire. J’ai comptabilisé comme manuscrits « complets » des fragments de manuscrits mutilés dont on peut penser qu’ils comportaient le texte entier avant leur mutilation ; j’y ai aussi inclus les copies contenant un des deux livres ou l’œuvre entière (parfois fortement) abrégée. En revanche, je n’ai pas considérés comme « complets » des mss. comme Melk 95, 1237 et 1405, car ils transmettent seulement Syn. II, 1-63, bien que cet extrait soit déjà d’une certaine longueur. De toute façon, de tels problèmes ne concernent que peu de manuscrits et sont sans conséquence sur cette étude.

3  Voir J. Elfassi, « Los centones de los Synonyma de Isidoro de Sevilla », Actas do IV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico (Lisboa, 12-15 de Outubro de 2005), éd. A. A. Nascimento et p. F. Alberto, Lisboa, Centro de Estudos Clássicos, 2006, p. 393-401. Voir aussi les remarques de F. J. Worstbrock, « Isidor von Sevilla », Die deusche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, éd. B. Wachinger et alii, Berlin-New York, W. de Gruyter, t. 11, 2004, col. 723-727 (cet article extrêmement riche, que je n’ai découvert que récemment, est arrivé de manière indépendante à des conclusions proches des miennes). Plusieurs prières tirées des Synonyma continuèrent aussi à être copiées à la fin du Moyen Âge : voir J. Elfassi, « Trois aspects inattendus de la postérité des Synonyma d’Isidore de Séville : les prières, les textes hagiographiques et les collections canoniques », Revue d’Histoire des Textes, n. s. 1, 2006, p. 111-124.

4  Voir J. Elfassi, « Trois aspects inattendus… » (art. cit.), p. 145-146 et 148.

5  Voir A. G. Rigg, « Hoccleve’s Complaint and Isidore of Seville », Speculum, 45, 1970, p. 564-574 ; et J. A. Burrow, « Hoccleve’s Complaint and Isidore of Seville Again », Speculum, 73, 1998, p. 424-428. Voir aussi J. Elfassi, « Los centones… » (art. cit.), p. 400 note 36.

6  Voir aussi J. Elfassi, « Los centones… » (art. cit.).

7  Voir J. Elfassi, art. cit., p. 395-396.

8  Voir R. H. et M. A. Rouse, Preachers, Florilegia and Sermons : Studies on the Manipulus florum of Thomas of Ireland, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies (Studies and Texts, 47), 1979, p. 430. On peut facilement distinguer les deux cas grâce aux titres : l’œuvre est intitulée Synonyma lorsque l’emprunt est direct, mais Soliloquia (« Soliloques ») quand c’est par le truchement de Guillaume de Montague. Soliloquia est un titre extrêmement répandu des Synonyma.

9  Voir Chr. Boyer, « Un témoin précoce de la réception du « Manipulus florum » au début du XIVe siècle : le recueil de sermons du dominicain Guillaume de Sauqueville », Bibliothèque de l’École des Chartes, 164, 2006, p. 43-70. L’auteur édite en annexe (p. 60-79) le sermon 63 bis, donné pour la fête de saint Hippolyte: l’emprunt à Syn. II, 44 (= Manipulus, Societas K) se trouve p. 67 l. 13-15.

10  Éd. Chr. Reno et L. Dulac, Christine de Pizan. Le livre de l’advision Cristine, Paris, Champion, 2001 (Études Christiniennes, 4), I, 26, l. 7-8 (et note p. 161).

11  Dans l’article Fraus (« Tromperie ») du Manipulus florum, la phrase Dolus est cum aliquid agitur, et aliud simulatur (que Christine traduit par « fraude ou barat est monstrer une chose en semblant et faire autre en œuvre ») est empruntée, en dernière analyse (peut-être par l’intermédiaire d’Augustin, qui cite aussi cette définition dans son Enarratio in Ps. 5, 8 et son Sermon 4, 23), à Cicéron, Topica, 40.

12  Voir J. Elfassi, « Los centones… », art. cit.

13  Sans indiquer toutes les éditions, citons au moins les deux extrêmes : édition princeps : H 9294 (H = L. Hain, Repertorium bibliographicum…, Stuttgart, J. G. Cotta, et Paris, J. Renouard, 1826-1838), Nürnberg, J. Sensenschmidt, v. 1470-1471 (avant le 15 mai 1471) ; édition de 1566 : S. Isidori… de Summo Bono Lib. III… Eiusdem de contemtu mundi libellus. Sententiae tropologicae B. Nili…, Antwerpen, J. Bellère, 1566. À proprement parler, cette dernière édition reproduit le De contemptu mundi : mais ce texte, qui est une version à peine abrégée des Synonyma, peut difficilement en être distingué (voir mes remarques dans J. Elfassi, « Los centones… », art. cit., p. 394).

14  Voir H. Nickel, « Isidor in Inkunabeln », Altertumswissenschaft mit Zukunft. Dem Wirken Werner Hartkes gewidmet, éd. H. Scheel, Berlin, Akademie-Verlag (Sitzungsberichte des Plenums und der Klassen der Akademie der Wissenschaften der DDR, 1973/2), 1973, p. 96 et 98.

15  Selon J. van den Gheyn, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, H. Lamertin, t. 3, 1903, p. 421, le ms. date du XVIe s. En outre, cette traduction est dédiée à « Jehan Camu maistre de la Chambre des Comptes du Roy en sa fameuse ville de Dole », or la chambre des comptes fut rétablie à Dole en 1562, ce qui fixe un terminus post quem précis. Peut-être « Jehan Camu » doit-il être identifié à Jean Camus, maître supernuméraire en la Chambre des comptes de Franche-Comté, qui reçut en 1578 des lettres de confirmation de noblesse (voir G. Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, Évreux, impr. de C. Hérissey, t. 8 : Bus-Cas, 1909, p. 186).

16  Sur les traductions des Synonyma et plus généralement sur la réception de l’œuvre à l’époque moderne et contemporaine, voir J. Elfassi, « Les Synonyma d’Isidore de Séville (VIIe s.) : un livre de sagesse ? Aperçu de la réception médiévale, moderne et contemporaine de l’œuvre », Le livre de sagesse : supports, médiations, usages. Actes du colloque de Metz (13-15 septembre 2006), éd. N. Brucker, Bern, Peter Lang (Recherches en littérature et spiritualité, 14), 2008, p. 16-23.

17  Éditions incunables bien répertoriées : HC 5486, 5488, 9296 et 9297 (H = L. Hain, op. cit. ; C = W. A. Copinger, Supplement to Hain’ Repertorium bibliographicum…, London, H. Sotheran, 1895-1902).

18  Mes calculs confirment donc ce qu’avait déjà écrit F. J. Worstbrock, « Isidor… », art. cit., col. 724 : le sommet de la diffusion des Synonyma se trouve en Allemagne aux XIVe-XVe s.

19  Voir J. Elfassi, « Los centones… », art. cit., p. 401.

20  J. Torrubiano Ripoll, dans sa traduction espagnole (Madrid, Renacimiento, v. 1921-1925), n’hésite pas à intituler l’œuvre Imitación de Cristo por San Isidoro de Sevilla. Le traducteur justifie implicitement ce titre en comparant Isidore à Thomas a Kempis (p. xv de son introduction). Voir aussi A. Viñayo González, San Isidoro de Sevilla. Sinónimos. Introducción y traducción del latín, León, Isidoriana, 2001, p. 11.

21  Voir sur ce point C. Cardelle de Hartmann, Lateinische Dialoge 1200-1400. Literaturhistorische Studie und Repertorium, Leiden-Boston, Brill (Mittellateinische Studien und Texte, 37), 2007, p. 178-184. Dans cet ouvrage, C. Cardelle souligne aussi l’influence des Synonyma sur le genre du « dialogue introspectif » qui eut une grande importance durant le Moyen Âge tardif : voir p. 163-209, spéc. p. 168-169.

22  Pour l’Imitation de Jésus Christ, les mss. London BL Roy. 8 C. vii, Mainz Stadtbibl. I 182, Vaticano BAV Chigi A. VI. 188, ou encore un manuscrit perdu, qui appartenait à l’abbaye bénédictine de la Badia à Florence et qui est inventorié par un catalogue du XVIe s. : « Isidori sinonyme et de imitatione Christi… » (R. Blum, La biblioteca della Badia Fiorentina e i codici di Antonio Corbinelli, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana [Studi e Testi, 155], 1961, p. 150 n° 7). Pour l’Horologium sapientiae, les mss. Gdańsk Bibl. Polsk. Akad. Nauk Mar. F 135, Paris BNF lat. 3499, Salzburg UB M II 96, ou ce manuscrit de la chartreuse d’Aggsbach, en Autriche, ainsi décrit dans un catalogue de la seconde moitié du XVe s. : « … Item quoddam bonum notabile ex horologio sapiencie. Item soliloquium Ysidori episcopi per modum dyalogi… » (Th. Gottlieb, Mittelalterliche Bibliothekskataloge Österreichs. I. Band, Niederösterreich, Wien, A. Holzhausen, 1915, p. 590).

23  Voir J. Fontaine, « Isidore de Séville auteur ‘ascétique’ : les énigmes des Synonyma », Studi medievali, 3e s. 6, 1965, p. 178-180 et 192.

24  Les mss. Brugge 50 (copié en 1491) et Darmstadt 443 (datant de 1490) intitulent l’ouvrage « De spirituali consolatione » (« De la consolation spirituelle »), et le ms. Montserrat 1 (XIV-XVe s.), qui transmet le seul livre II, l’appelle « Instrumenta spiritualia artis et norme uiuendi » (« Instruments spirituels pour un art et une règle de vie »).

25  Voir respectivement M. R. James, The Ancient Libraries of Canterbury and Dover, Cambridge, University Press, 1903, p. 173-406 n° 436, 437, 437/7, 477, 489, 523 (= n° 437/6), 760, 798, 849, 900 (= actuel Dublin Trinity Coll. 514), 1555, 1587 et 1593 ; K. Friis-Jensen et J. M. W. Willoughby, Peterbourough Abbey, London, The British Library (Corpus of British Medieval Library Catalogues, 8), 2001, p. 49-177 n° 19, 50, 114, 283, 292, 300, 304, 341 et peut-être 68 ; M. R. James, op. cit., p. 13-142 n° 192, 193, 194, 536, 712, 952, 1175 et 1235 ; Th. Gottlieb, op. cit., p. 156-261, mss. B 59 (= Melk 1237), B 75, D 44, D 85, D 144 (= Melk 1915), F 33 (= Melk 1405), auxquels il faut ajouter l’actuel Melk 77 ; p. Ruf, Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz. III. Band, III. Teil, Bistum Bamberg, München, C. H. Beck, 1939, p. 430-569, mss. B 27, B 72, B 80, C 17 (= Wolfenbüttel HAB Helmst. 277), C 32 et C 36 ; T. Webber et A. G. Watson, The Libraries of the Augustinian Canons, London, The British Library (Corpus of British Medieval Library Catalogues, 6), 1998, p. 104-399 n° 306, 443, 447, 448, 863 et 907 ; R. Sharpe et alii, English Benedictine Libraries: the Shorter Catalogues, London, The British Library (Corpus of British Medieval Library Catalogues, 4), 1996, p. 677-785 n° 416 (cinq mss.) et 423 (un ms.).

26  Fait remarquable aussi : sur ces sept monastères, cinq sont anglais, or pourtant on a vu que les copies conservées de provenance anglaise ne sont pas exceptionnellement nombreuses. Faut-il donc réévaluer l’importance de l’Angleterre dans le succès des Synonyma ? Ce n’est pas sûr. On a la chance d’avoir conservé, à Cantorbéry ou à Peterborough, des catalogues médiévaux de grande qualité, ce qui est rarement le cas ailleurs. Beaucoup d’inventaires anciens sont soit incomplets (ne décrivant pas tous les manuscrits), soit imprécis (ne mentionnant par exemple que la première œuvre d’un manuscrit qui en comporte plusieurs).

27  Voir J. Elfassi, « Les Synonyma d’Isidore de Séville : un manuel de grammaire ou de morale ? La réception médiévale de l’œuvre », Revue d’études augustiniennes et patristiques, 52, 2006, p. 167-198.

28  Voir R. Bultot, « Les Synonyma d’Isidore de Séville, source principale de l’‘Exhortatio ad contemptum temporalium’ du Pseudo-Anselme », Revue Bénédictine, 78, 1968, p. 333-339 ; sur la date et la (possible) origine française, voir J. Elfassi, « La réception de l’envie dans la pensée médiévale à travers l’œuvre d’Isidore de Séville », Le Théâtre de l’Envie. Actes du colloque de Metz, 5-7 octobre 2006, éd. J.-P. Bordier et J.-F. Chevalier, à paraître.

29  Édition du texte : S. Wenzel, Fasciculus morum. A Fourteenth-Century Preacher’s Handbook, University Park (Pa.), Pennsylvania State University Press, 1989. Sur la datation et la localisation, voir S. Wenzel, Verses in Sermons. « Fasciculus morum » and its Middle English Poems, Cambridge (Mass.), The Mediaeval Academy of America, 1978, p. 26-41.

30  Et aussi III, 1, l. 74-75 = Syn. II, 37, mais c’est un emprunt indirect : voir J. Elfassi, « La réception de l’envie… » (art. cit.).

31  Éd. p. Blanco Soto, Petri Compostellani De consolatione rationis libri duo, Münster i. W., Aschendorff, 1912 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie des Mittelalters, 8, 4). Sur la date et l’origine du texte, voir J. C. Santos Paz, « Nuevas cuestiones sobre Pedro Compostelano », Actas do IV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico, op. cit., p. 833-848.

32  Éd. J. G. Th. Graesse, Die beiden ältesten lateinischen Fabelbücher des Mittelalters, Tübingen, für des literarischen Vereins in Stuttgart, 1880, p. 125-280. Sur la date et la localisation de l’œuvre, voir p. Ruelle, Le Dialogue des créatures. Traduction par Colart Mansion (1482) du Dialogus creaturarum (XIVe siècle), Bruxelles, Palais des Académies, 1985, p. 21-31.

33  Éd. utilisée : A. Rey, Maestre Pedro. Libro del consejo e de los consejeros, Zaragoza, Librería general, 1962. L’auteur, « Maestre Pedro », est généralement identifié à Pedro Gómez Barroso, évêque de Carthagène († 1348) : voir F. Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana. I La creación del discurso prosístico : el entramado cortesano, Madrid, Cátedra, 1998, p. 944-945.

34  Éd. M. Brisson, A Critical Edition and Study of Frere Robert (Chartreux), Le Chastel Perilleux, Salzburg, Institut für Englische Sprache und Literatur (Analecta Cartusiana, 19-20), 1974. L’auteur est aujourd’hui identifié avec un profès de la chartreuse de Bourgfontaine (diocèse de Soissons) mort en 1387 : voir A. Sulpice-Pérard, « Quelques traités de la chartreuse de Bourgfontaine au XIVe siècle et le problème de l’acédie féminine : Le Chastel Périlleux, Le Trésor de l’âme, Le Tombel de Chartreuse et Le Chant du Roussigneul », Tristesse, acédie et médecine des âmes dans la tradition monastique et cartusienne, éd. N. Nabert, Paris, Beauchesne, 2005, p. 107-121 et 200-204.

35  Édition : G. Holmstedt, Speculum Christiani. A Middle English Religious Treatise of the 14th century, London, Early English Text Society (Original Series, 182), 1933. Le Speculum christiani dérive principalement du Cibus anime (« Nourriture de l’âme », Angleterre, dernier quart du XIVe s.), mais ce dernier traité est inédit, de sorte que ses emprunts aux Synonyma ne peuvent être connus avec précision ; voir V. Gillespie, « The Evolution of the Speculum Christiani », Latin and Vernacular : Studies in Late-Medieval Texts and Manuscripts, éd. A. J. Minnis, Cambridge, D. S. Brewer (York Manuscripts Conferences, 1), 1989, p. 39-62.

36  Éd. J. Nechutová et R. Cegna, Nicolaus Dresdensis. Expositio super Pater Noster, Wrocław, Ossolineum (Mediaevalia Philosophica Polonorum, 30), 1990.

37  Éd. R. Lioi, S. Iacobus de Marchia,Sermones dominicales, Falconara Marittima (Ancona), 1978-1982, 4 vol.

38  Ce sermon est publié en appendice et ne porte pas de numéro, car il est conservé dans un seul manuscrit. Son exorde est identique à celui du sermon 84, ce qui explique la répétition de l’emprunt aux Synonyma.

39  Éd. C. Del Popolo, Beati Matthei de Cicilia, ordinis Minorum, Quadragessimale [sic]. A Provisional reading of some Selected Lenten Sermons, édition consultable sur Internet (http://www.franciscan-archive.org/de_cecilia/opera/quadrag.html [page consultée en août 2008]).

40  Éd. Doctoris ecstatici D. Dionysii cartusiani Opera omnia, Tournai, Typis Cartusiae S. M. de Pratis, t. 42, 1913, p. 765-794. L’auteur de ce traité est probablement un chartreux, le plus ancien manuscrit date de 1450 : voir K. Emery Jr., Dionysii Cartusiensis opera selecta. Prolegomena : Bibliotheca manuscripta, I: Studia bibliographica, Turnhout, Brepols (CCCM 121A), 1991, p. 450-453 et 456-457.

41  Le troisième livre du De anima attribué à Hugues de Saint-Victor correspond au De interiori domo (« La maison intérieure ») attribué à Bernard de Clairvaux. En l’occurrence, l’extrait de Syn. II, 45 se trouve au c. 24 du De interiori domo (PL 184, 533D).

42  Éd. F. Rubio, Prosistas castellanos del siglo XV, t. 2, Madrid, Atlas (Biblioteca de Autores Españoles, 171), 1964, p. 156-216.

43  Éd. C. J. Jellouschek, Martini de Leibitz Trialogi ascetici, Teolo, Badia di Praglia (Scripta monastica a monachis benedictinis abbatiae Praialeensis edita, 13), 1932.

44  Éd. F. Rubio, op. cit., p. 65-117.

45  Éd. M. Penna, Prosistas castellanos del siglo XV, t. 1, Madrid, Atlas (Biblioteca de Autores Españoles, 116), 1959, p. 173-202. Traduction française par J.-P. Barraqué et B. Leroy, Des écrits pour les Rois. En Espagne médiévale, la réflexion politique d’Isidore de Séville aux Rois Catholiques, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 1999, p. 147-180.

46  La relative surreprésentation des textes castillans (quatre sur seize) est due aussi à ma formation, sinon d’hispaniste, du moins de spécialiste de l’Espagne médiévale.

47  N. Daniel, G. Kornrumpf et G. Schott, Die Handschriften der Universitätsbibliothek München. Bd. III-V, Wiesbaden, O. Harrasowitz, 1974-2000.

48  Voir J. Elfassi, « Les Synonyma d’Isidore de Séville : un manuel de grammaire ou de morale ?… » (art. cit.), p. 182-183.

49  Paradiso X, 130-131 : Vedi oltre fiameggiar l’ardente spiro/d’Isidoro (« Vois plus loin flamboyer l’esprit ardent d’Isidore »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Elfassi, « La réception des Synonyma d’Isidore de Séville aux XIVe-XVIe siècles », Cahiers de recherches médiévales, 16 | 2008, 107-118.

Référence électronique

Jacques Elfassi, « La réception des Synonyma d’Isidore de Séville aux XIVe-XVIe siècles », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/10762 ; DOI : 10.4000/crm.10762

Haut de page

Auteur

Jacques Elfassi

Centre Écritures (EA 3943), Université Paul-Verlaine, Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org