Navigation – Plan du site

La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen Âge tardif (XIIe-XVe s.)

Jacques Elfassi et Bernard Ribémont
p. 1-5

Texte intégral

  • 1  B. Bischoff, «Die europäische Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla», Isidoriana: Estudio sobr (...)
  • 2  L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, éd. J. Fontaine et C. Pellistrandi, Madrid, 1992 (Co (...)
  • 3  M. C. Díaz y Díaz, «Introducción general», San Isidoro de Sevilla. Etimologías, éd. J. Oroz Reta e (...)

1S’il est banal de rappeler l’importance d’Isidore de Séville au Moyen Âge, sa réception médiévale a été relativement peu étudiée, probablement parce que les philologues et les historiens ont été découragés devant l’ampleur de la tâche. Sans doute serait-il excessif de prétendre que ce sujet est vierge de toute investigation: qu’il suffise ici de citer les articles, aujourd’hui considérés comme classiques, de B.Bischoff et de M. C. Díaz y Díaz1, les actes du colloque L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique2, qui aborde certains aspects de la perception d’Isidore au Moyen Âge, ou encore les monographies de M. C. Díaz y Díaz et de J. Fontaine sur Isidore de Séville, qui comportent plusieurs pages sur la réception médiévale3. Néanmoins de tels travaux sont encore rares, et les belles synthèses de M. C. Díaz y Díaz et J. Fontaine, aussi riches soient-elles, ne font que quelques pages. De nombreux aspects restent à explorer, que n’épuisera évidemment pas ce numéro des CRM.

2Nous avons choisi ici de nous intéresser, sinon à un aspect particulier de la réception médiévale d’Isidore – au contraire, nous avons essayé de l’étudier d’une manière aussi diverse que possible –, du moins à une période donnée, du XIIe au XVe siècle. Nous sommes partis, en effet, de deux hypothèses de travail:

1° l’influence d’Isidore continua à être importante dans le Moyen Âge tardif

2° l’image d’Isidore dans ce Moyen Âge fut sans doute quelque peu différente de celle de l’époque carolingienne.

L’importance d’Isidore

  • 4  Voir par exemple J. Fontaine, Isidore de Séville. Genèse et originalité de la culture hispanique a (...)
  • 5  J. Fontaine, Isidore de Séville. Traité de la nature, Bordeaux, 1960; repr. Paris, 2002 (Collectio (...)
  • 6  M. C. Díaz y Díaz, Index scriptorum latinorum medii aeui hispanorum, Salamanca, 1958, p. 28-44.
  • 7  Voir A. E. Anspach, «Das Fortleben Isidors im VII. bis IX. Jahrhundert», Miscellanea Isidoriana. H (...)

3Il est généralement admis par les spécialistes de l’évêque de Séville que le prestige et l’influence de ce dernier diminuèrent à partir du XIIe siècle4. Cette idée reçue est confortée, de fait, par la plupart des éditions critiques des œuvres d’Isidore: en effet, comme les éditeurs ont fondé leur travail sur les manuscrits les plus anciens, ils ont étudié principalement la diffusion pré-carolingienne et carolingienne de l’œuvre qu’ils éditaient. Du reste, la quantité de manuscrits conservés des œuvres d’Isidore est tellement importante que nombre de philologues ont jugé préférable de se limiter à inventorier les copies antérieures au XIIe s. C’est ainsi qu’a procédé J. Fontaine, dans son édition du De natura rerum5. M. C. Díaz y Díaz, dans son précieux Index, s’est lui aussi limité au XIIe siècle6. Il en est de même pour la tradition indirecte: le Fortleben d’Isidore est tellement important durant l’époque pré-carolingienne et carolingienne qu’il a suffi à rassasier la curiosité des chercheurs7. L’attention étant ainsi portée presque exclusivement sur le haut Moyen Âge ne pouvait que renforcer l’idée d’un déclin de l’influence isidorienne après le XIIe s.

4De surcroît, cette opinion n’était pas totalement dépourvue de fondement. On ne peut nier que la découverte d’Aristote et de la science arabe changèrent l’arrière-plan intellectuel des encyclopédistes et que le modèle encyclopédique isidorien fut dès lors moins prégnant; dans le domaine de l’exégèse, la constitution puis le succès de la Glose explique aussi le recul de l’influence des Quaestiones.

  • 8  Voir article de J. Elfassi dans ce volume.
  • 9  Voir l’article de B. Van den Abele dans ce volume.
  • 10  Voir L. Robles, «Isidoro de Sevilla y la cultura eclesiástica de la España visigótica. Notas para (...)
  • 11  Pour reprendre la formule de J. Fontaine, Isidore de Séville. Genèse… (op. cit.), p. 413.

5Or pourtant, le simple décompte des manuscrits – lorsqu’on en a une liste – vient infirmer cette image d’un Isidore absent du Moyen Âge tardif. Sur 507 manuscrits conservés des Synonyma, 95 datent du XIVe s. et 207 du XVe s.: ainsi, près de trois manuscrits sur cinq furent copiés aux XIVe et XVe s.8. Sur 455 copies complètes des Etymologiae, plus de la moitié (230) date du XIIIe au XVIe siècle9. Sur 449 témoins des Sententiae, 84 sont du XIVe s. et 135 du XVe s.10: près de la moitié date donc de ces deux siècles. Si vraiment l’éclat d’Isidore a à ce point «pâli» à la fin du Moyen Âge11, comment expliquer de tels chiffres?

  • 12  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum Maius de Vincent de Be (...)

6D’autre part, à étudier les textes compilés et les encyclopédies des XIIe et XIIIe siècles, il apparaît qu’Isidore reste au rang des autorités, côtoyant sans faiblesse Aristote et les Arabes12. Les différents travaux réunis dans ce volume confirmeront la persistance de l’influence isidorienne à la fin du Moyen Âge.

Une autre image d’Isidore?

  • 13  Voir J. Mª. Sánchez Martín, Isidori Hispalensis Versus, Turnhout, Brepols, 2000 (CCSL 113A), p. 10 (...)
  • 14  Il faut cependant garder à l’esprit que les textes théologiques sont rarement traduits en langue v (...)

7À certains chiffres il est toujours possible d’en opposer d’autres: trois cents manuscrits des Synonyma datent des XIVe et XVe s., mais seulement quatre copies des Versus datent des deux mêmes siècles (une du XIVe, trois du XVe s.), alors qu’il subsiste huit manuscrits des Versus du IXe s.13. On peut remarquer que sur les neuf copies du De ortu et obitu patrum conservées aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, aucune n’est postérieure au XIIe s. Même remarque pour les Allegoriae: sur onze manuscrits possédés aujourd’hui par la BNF, seuls deux sont postérieurs au XIIe s.: lat. 2724 (XIIIe s.) et n. a. lat. 559 (XVe s.). Sur les douze manuscrits du De natura rerum à la BNF, un seul date du XIVe s. (lat. 15171) et deux datent du XVe s. (lat. 5408 et n. a. lat. 112). On a gardé trois traductions en ancien français des Synonyma et une des Chronica, mais aucune des autres textes isidoriens14.

  • 15  Voir l’article de Mª. A. Andrés Sanz dans ce volume.

8Il semble en fait que l’image d’Isidore a changé au cours du Moyen Âge. Dans son livre déjà cité (p. 410), J. Fontaine écrit: «Une triple autorité fut reconnue à Isidore dans le nouvel Empire de Charlemagne: comme théologien garant de l’orthodoxie, comme inspirateur de la réforme de l’Église et de sa culture, comme savant connaisseur de la nature». À la fin du Moyen Âge, l’Isidore des Sententiae et des Synonyma reste bien présent: un Isidore spirituel, ascétique, qui continue à inspirer les milieux monastiques. Sa dimension ascétique et pastorale peut aussi s’observer dans la réception tardo-médiévale de l’Inter Deum15.

  • 16  Voir dans ce volume l’article de C. Codoñer, qui analyse un groupe de textes médicaux insérés dans (...)
  • 17  Voir l’article d’I. Draelants dans ce volume.
  • 18  Voir l’article de B. Ribémont dans ce volume.
  • 19  Voir l’article de J.-F. Chevalier dans ce volume.
  • 20  Voir B. Ribémont, «Jean Corbechon, traducteur encyclopédiste au XIVe siècle», Cahiers de Recherche (...)

9On peut considérer en revanche que l’Isidore scientifique, celui des Etymologiae et du De natura rerum a perdu beaucoup de poids, effacé par les «Modernes». Toutefois, il faut ici être très nuancé. Tout d’abord, les Étymologies restent souvent le réceptacle naturel des nouvelles connaissances: de nombreux manuscrits tardifs de cette œuvre comportent ainsi des additions qui ne font que «compléter» le texte isidorien, mais sans le faire disparaître16. En outre, l’évêque de Séville reste une autorité première dans les encyclopédies du XIIIe siècle. Certes, les contenus de savoir, les rubriques descriptives empruntent en premier lieu aux Arabes, à Aristote, Constantin, etc. Mais, très souvent, l’introduction de la rubrique est encore un ut dicit Isidorus. L’étymologisme, s’il n’est plus la méthode opérationnelle par excellence, demeure bien présent, à deux niveaux: le premier, très important, est celui de la «narration encyclopédique», pour laquelle l’étymologie représente un élément premier d’entrée en matière. Le second concerne les contenus, pour lesquels l’explication étymologique demeure encore opérationnelle, mais relayée par des assertions plus modernes17. Il est frappant de voir combien Brunetto Latini, alors qu’il ne cite pas explicitement Isidore au livre I de son Livre dou Tresor, compile systématiquement le De ortu et obitu patrum pour la partie de son encyclopédie consacrée à l’histoire sainte et comment il récupère, voire reconstruit bon nombre d’étymologies isidoriennes18. Les humanistes italiens eux-mêmes, tout en prenant leur distance avec l’auteur des Etymologiae, ne peuvent s’empêcher de les utiliser, même de manière inavouée19. On ajoutera un facteur de pérennité de l’encyclopédisme isidorien avec les traductions du Moyen Âge tardif. Lorsque, par exemple, Jean Corbechon traduit le De proprietatibus rerum en 1372, il est conduit à mettre en français, à adapter les étymologies d’Isidore, leur donnant ainsi un nouvel «air»20.

  • 21  Voir P. Henriet, «Rex, lex, plebs. Les miracles d’Isidore de Séville à León (XIe-XIIIe siècles)», (...)
  • 22  Voir J. L. Carriazo Rubio, «Isidoro de Sevilla, spiritu prophetiae clarus», En la España Medieval, (...)

10D’autres aspects d’Isidore sont à présent mieux connus, un peu inattendus: un Isidore faiseur de miracles, dans le Léon du XIIIe s.21, ou un prophète, dans la Castille du XVe s.22.

11Il n’est pas possible, dans le cadre de ce volume, de rendre compte de manière exhaustive de tous les aspects de la perception d’Isidore de Séville à la fin du Moyen Âge. Du moins avons-nous essayé d’en montrer la variété et les nuances.

Notes

1  B. Bischoff, «Die europäische Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla», Isidoriana: Estudio sobre San Isidoro de Sevilla en el XIV Centenario de su nacimiento, éd. M. C. Díaz y Díaz, León, 1961, p. 317-344 (=Mittelalterliche Studien. Ausgewählte Aufsätze zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, t. 1, Stuttgart, 1966, p. 171-194); et M. C. Díaz y Díaz, «Isidoro en la Edad Media hispana», Isidoriana, éd. M. C. Díaz y Díaz, León, 1961, p. 345-387 [repris avec quelques corrections dans De Isidoro al siglo XI, Barcelona, 1976, p. 141-201].

2  L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, éd. J. Fontaine et C. Pellistrandi, Madrid, 1992 (Collection de la Casa de Velázquez, 35).

3  M. C. Díaz y Díaz, «Introducción general», San Isidoro de Sevilla. Etimologías, éd. J. Oroz Reta et M. A. Marcos Casquero, Madrid, 21993, t. 1 (Biblioteca de Autores Cristianos, 433), p. 215-223; J. Fontaine, Isidore de Séville. Genèse et originalité de la culture hispanique au temps des Wisigoths, Turnhout, 2000, p. 401-415. Voir aussi J. Fontaine, «La estela europea de Isidoro de Sevilla», San Isidoro, doctor Hispaniae. Catálogo de la exposición, éd. J. González Fernández, Sevilla, 2002, p. 141-151. Voir également B. Ribémont, La «renaissance» du XIIe siècle et l’encyclopédisme, Paris, Champion, 2002, coll. Essais sur le Moyen Âge.

4  Voir par exemple J. Fontaine, Isidore de Séville. Genèse et originalité de la culture hispanique au temps des Wisigoths, Turnhout, 2000, p. 413-414.

5  J. Fontaine, Isidore de Séville. Traité de la nature, Bordeaux, 1960; repr. Paris, 2002 (Collection des Études Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 39), p. 19-38.

6  M. C. Díaz y Díaz, Index scriptorum latinorum medii aeui hispanorum, Salamanca, 1958, p. 28-44.

7  Voir A. E. Anspach, «Das Fortleben Isidors im VII. bis IX. Jahrhundert», Miscellanea Isidoriana. Homenaje a S. Isidoro de Sevilla en el XIII Centenario de su muerte. 636 – 4 de abril – 1936, Roma, 1936, p. 323-356, et surtout B. Bischoff, art. cit.

8  Voir article de J. Elfassi dans ce volume.

9  Voir l’article de B. Van den Abele dans ce volume.

10  Voir L. Robles, «Isidoro de Sevilla y la cultura eclesiástica de la España visigótica. Notas para un estudio del libro de las ‘Sentencias’», Archivos leoneses, 47-48, 1970, p. 80-153.

11  Pour reprendre la formule de J. Fontaine, Isidore de Séville. Genèse… (op. cit.), p. 413.

12  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum Maius de Vincent de Beauvais», L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, éd. J. Fontaine et C. Pellistrandi, Madrid, 1992, 269-283; B. Ribémont, La «renaissance» du XIIe siècle et l’encyclopédisme, op. cit. Voir aussi l’article de Max Schmitz dans ce volume.

13  Voir J. Mª. Sánchez Martín, Isidori Hispalensis Versus, Turnhout, Brepols, 2000 (CCSL 113A), p. 103-147 et liste p. 208.

14  Il faut cependant garder à l’esprit que les textes théologiques sont rarement traduits en langue vulgaire. Sur les traductions d’Isidore en ancien français, voir l’article de F. Duval dans ce volume.

15  Voir l’article de Mª. A. Andrés Sanz dans ce volume.

16  Voir dans ce volume l’article de C. Codoñer, qui analyse un groupe de textes médicaux insérés dans plusieurs manuscrits des Étymologies.

17  Voir l’article d’I. Draelants dans ce volume.

18  Voir l’article de B. Ribémont dans ce volume.

19  Voir l’article de J.-F. Chevalier dans ce volume.

20  Voir B. Ribémont, «Jean Corbechon, traducteur encyclopédiste au XIVe siècle», Cahiers de Recherches Médiévales, 6, 1999, p. 75-98; «Encyclopédie et traduction: le double prologue du Livre des proprietés des choses», Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, t.II, (dir. E. Baumgartner, L. Harf), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 59-88.

21  Voir P. Henriet, «Rex, lex, plebs. Les miracles d’Isidore de Séville à León (XIe-XIIIe siècles)», Mirakel im Mittelalter. Konzeptionen, Erscheinungsformen, Deutungen, éd. M.Heinzelmann, K. Herbers et D. R. Bauer, Stuttgart, 2002, p. 334-350. Voir aussi l’article de J. C. Martín dans ce volume.

22  Voir J. L. Carriazo Rubio, «Isidoro de Sevilla, spiritu prophetiae clarus», En la España Medieval, 26, 2003, p. 5-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, « La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen Âge tardif (XIIe-XVe s.) », Cahiers de recherches médiévales, 16 | 2008, 1-5.

Référence électronique

Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, « La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen Âge tardif (XIIe-XVe s.) », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/10712

Haut de page

Auteurs

Jacques Elfassi

Centre Écritures (EA 3943), Université Paul-Verlaine, Metz

Articles du même auteur

Bernard Ribémont

Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org