Navigation – Plan du site

Encyclopédies et lapidaires médiévaux

La durable autorité d’Isidore de Séville et de ses Étymologies
Isabelle Draelants

Résumés

La large réception des Étymologies d’Isidore de Séville dans l’Occident latin au Moyen Âge est bien connue, mais ses modalités de diffusion méritent d’être mieux étudiées. Leur réception est examinée ici dans deux types d’oeuvres relatives à la nature : les encyclopédies d’abord, les lapidaires ensuite, jusqu’au XIIIe s. Celui-ci fut la période la plus riche et la plus originale de la production encyclopédique. Les Étymologies y tinrent lieu de réservoir documentaire pour l’information sur la nature, mais l’œuvre perdit peu à peu son statut de paradigme du genre encyclopédique. Par ailleurs, sa méthode étymologique, quand elle apparaît encore, ne constitue plus une façon de penser la nature au XIIIe s. L’auctoritas d’Isidore comme naturaliste – il est inconnu comme théologien – est aussi contrebalancée progressivement, puis dépassée par la science aristotélicienne, chez Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais et Vincent de Beauvais (chez Arnold de Saxe, il n’est simplement plus cité). Dans le De mineralibus d’Albert le Grand, Isidore subsiste comme source dans les cas où la même matière n’est pas disponible chez d’autres autorités plus récentes. La seconde partie de cet article est jalonnée d’information sur les lapidaires entre le Ier et le XIIIe siècle, et contient un tableau comparatif des minéraux cités par les principaux lapidaristes durant cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir E.M. Jonsson, «Le sens du titre Speculum aux XIIe et XIIIe siècles et son utilisation par Vin (...)
  • 2  Isidorus Hispalensis, De natura rerum, édition J. Fontaine, Bordeaux, 1960.
  • 3  Rabanus Maurus, De universo libri XXII, édition Patrologia latina, t.111, col.13-614. Une nouvelle (...)
  • 4  Édition M. Müller, Die Quaestiones naturales des Adelardus von Bath, Münster, 1934 (Beiträge zur G (...)
  • 5  Édition Th. Wright, Alexander Neckam, De rerum natura, London, 1863 (Rerum Britannicarum Medii Aev (...)
  • 6  Liber de naturis inferiorum et superiorum, Ed. K. Sudhoff, Archiv für Geschichte der Mathematik, d (...)
  • 7  Édition H. Boese, Liber de natura rerum, Teil I: Texte, Berlin-New York, 1973. L’apparat critique (...)
  • 8 Liber de proprietatibus rerum excerptus ex multis auctoribus ou Liber de naturis rerum abreviatusou (...)
  • 9  Il existe plusieurs éditions critiques, dont W.M. Lindsay, Etymologiarum sive originum libri XX, O (...)
  • 10  L’édition de référence reste, pour la plupart des livres, Bartholomaeus Anglicus, De genuinis reru (...)
  • 11  Cf. B. Ribémont, De natura rerum. Études sur les encyclopédies médiévales, 1995 (Sapience).

1Dans sa dimension épistémologique, la construction de toute encyclopédie est conçue comme un speculum, miroir qui réfléchit le monde dans une vision d’ensemble et construit un rapport analogique entre le discours et les realia1. Ancré sur les mots, le savoir encyclopédique médiéval est aussi profondément livresque; il s’enracine dans une longue tradition qui cumule depuis l’Antiquité les connaissances acquises dans le monde latin ainsi qu’en Orient. Parmi celles-ci, l’enquête sur la natura rerum est primordiale, au point d’être l’éponyme de nombre d’œuvres naturalistes et/ou encyclopédiques, depuis Sénèque jusqu’aux naturalistes du XVe siècle, en passant par l’œuvre d’Isidore de Séville (622)2, de Raban Maur (c. 840)3, d’Adélard de Bath (avant 1133)4 d’Alexandre Nequam (c. 1200)5, de Daniel de Morley (c. 1200)6, de Thomas de Cantimpré (c. 1230-40)7, du Pseudo-John Folsham (c. 1250?)8, pour ne parler que des auteurs latins. Mais au-delà de leur intérêt pour la nature des choses, ces ouvrages accordent une importance primordiale à l’auctoritas livrée par la tradition,liée à une attention presque obsessionnelle aux mots et aux noms. Un relatif nominalisme domine donc leur appréhension du réel; à sa base réside, implicitement ou explicitement, le modèle de la démarche étymologique initiée par Isidore de Séville dans ses Etymologiae sive Differentiae9, selon laquelle «L’étymologie est l’origine des vocables» (Etym. I, 29). Cette œuvre emblématique de l’évêque de Séville a par ailleurs joué pour la conception et l’organisation du savoir de certaines encyclopédies médiévales un rôle paradigmatique, bien constaté chez Raban Maur, Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais (c. 1230-47)10 et Vincent de Beauvais (c. 1240 pour la version bifaria et 1259 pour la version trifaria de son Speculum maius)11. En revanche, comme nous le verrons, le nominalisme isidorien n’y joue plus un rôle premier dans l’appréhension des choses.

2Chez les encyclopédistes, les Étymologies constituent une source principale et primordiale, essentiellement de deux manières : comme source documentaire et comme modèle de pensée rationnelle fondé sur les mots. Cette œuvre d’Isidore de Séville offre en effet une documentation de qualité, déjà sélectionnée et organisée en vue d’une diffusion et d’une compréhension aisées. En effet, l’évêque de Séville, officiant dans le royaume wisigothique, était conscient du danger culturel que couraient ses contemporains dans le contexte de la fin d’une civilisation gréco-romaine. Il a concentré ses travaux dans l’objectif d’une mise en mémoire, rassemblant sous une forme organisée, accessible aux Chrétiens, l’ensemble des notions didactiques que l’Antiquité avait léguées et qui étaient encore disponibles. D’autre part, Isidore a créé, ou du moins priviliégié, un type de compréhension du monde qui était compatible avec celui de la Chrétienté naissante. Platonicienne, elle est basée sur un principe explicatif unique, tiré de l’enseignement fondamental de l’Antiquité, la grammaire: il s’agissait de révéler un rapport ontologique entre la chose et son nom. Les Étymologies d’Isidore compilent ainsi les sources et organisent la matière en fonction du rapport explicatif entre la chose et son nom. Grâce à l’influence considérable de cette œuvre, l’étymologie devint un mode de pensée typique de la première partie du Moyen Âge, un système d’explication compatible avec le platonisme ambiant, avant que l’avènement de nouveaux textes issus du monde islamique, via les traductions, ne lui substitue peu à peu une appréhension rationnelle plus «sensible» et expérimentale des choses, plus aristotélicienne.

  • 12  Cf. I. Draelants, «La science naturelle et ses sources chez Barthélemy l’Anglais et les encyclopéd (...)

3Le mode d’explication étymologique était grammatical, proche de la démarche intellectuelle de l’exégèse littérale (celle du premier sens de l’Écriture, grammatical et historique) qui au cours du XIIIe siècle s’efface au profit d’autres modes d’exposition du texte. En même temps que se délie le lien entre le mot et la chose, la conception symbolique et allégorique de la cosmologie médiévale traditionnelle laisse peu à peu la place, à la fin du XIIe siècle et au début du siècle suivant, à une épistémologie philosophique rationnelle, davantage aristotélicienne. Il est cependant manifeste que les encyclopédistes du deuxième tiers du XIIIe siècle, époque où la production encyclopédique a été la plus riche, oscillent encore entre l’un et l’autre, selon le poids platonicien ou aristotélicien de leurs sources littéraires12. Quoique les encyclopédistes de ce siècle soient profondément motivés par la prédication, ils adoptent un nouveau mode d’illustration de l’Écriture sainte, qui pour certains d’entre eux constitue désormais plus un point de départ qu’un aboutissement pour décrire la Création. Dans leurs œuvres de compilation, l’exégèse se transforme au profit d’un mode d’énonciation plus descriptif et érudit, qui a pour objectif d’accumuler toutes les informations disponibles sur un phénomène naturel plutôt que de les sélectionner en vue d’un éclairage synthétique.

4C’est à un parcours parmi les encyclopédies qui ont jalonné l’influence changeante des Étymologies d’Isidore entre le VIIe siècle et le XIIIe siècle que cette contribution invite. Cette postérité isidorienne dans un genre littéraire particulier est abordée d’abord d’un point de vue général et illustrée d’exemples tirés de chapitres zoologiques, ensuite via l’examen d’un domaine particulier du monde naturel: la minéralogie, où la postérité du livre XVI des Étymologies a connu une présence continue et de nombreux relais tout au long de cette période.

1. Quasi-omniprésence des Étymologies dans les encyclopédies médiévales

  • 13  Peut-on suggérer que la présence de Michel Scot parmi les pères de l’Église serait due à sa partic (...)

5D’un point de vue général, les Étymologies d’Isidore sont présentes et influentes dans presque toutes les œuvres admises dans le genre encyclopédique médiéval, protéiforme il est vrai. On sait que Raban Maur a écrit son De universo comme une version allégorique du De natura rerum et des Étymologies. Quatre siècles plus tard encore, Barthélemy l’Anglais, chaque fois que c’est possible, inclut dans ses notices animalières une citation d’Isidore. Dans son De proprietatibus rerum, Isidore reste une source fondamentale, une auctoritas primordiale parmi les sancti qui s’opposent aux theologi dans l’exposition des sources des prologues des chapitres. Le Livre des propriétés des choses termine en effet dans la plupart des manuscrits par une liste des auteurs chrétiens et antiques, caractérisés par les adjectifs sancti, theologi, où apparaît Isidore de Séville aux côtés d’autres pères de l’Église comme Ambroise, Jérôme, Augustin, Cassiodore, Grégoire le Grand, mais aussi du traducteur et astrologue du début du XIIIe siècle Michel Scot13. La catégorie des philosophi regroupe en revanche les auteurs antiques et leurs traductions par les Arabes, ainsi que les écrivains contemporains.

  • 14  Cf. Prologus, éd. H. Boese, p. 3, l. 16-29.
  • 15  Nous avons publié la liste des autorités présentes dans le Liber de natura rerum dans: «La questio (...)

6Quant à Thomas de Cantimpré, comme Barthélemy l’Anglais, il met dans son Liber de natura rerum l’ensemble des autorités citées sous l’égide suprême du père de l’Église Augustin d’Hippone, mais c’est largement aux «philosophes» plutôt qu’aux doctores qu’il donne la parole. Parmi le nombre d’autorités citées, il réserve à Aristote, dit-il dès le prologue, le premier rang parmi les auteurs: primus omnium, le second étant Pline, suivi de Solin et d’Ambroise de Milan14.Les cinquième et sixième sont Isidore de Séville et Basile le Grand, tous deux encore Pères de l’Église, latin et grec. Ils interviennent en effet comme naturalistes pour commenter l’œuvre de la Création, celle de l’Hexaemeron. Il semble, si l’on tente des décomptes chiffrés des citations, que Thomas de Cantimpré s’en tienne d’assez près à ce classement a priori des autorités, annoncé dans le prologue du Liber de natura rerum. En suivant l’ordre de fréquence de ses références via des marqueurs – dont la présence n’est pas aussi systématique que chez ses collègues –, on obtient en effet la séquence hiérarchique suivante: Pline l’Ancien, presque à égalité avec Aristote, suivis par la Bible et la Glose, des autorités indéterminées (le «on dit»), Isidore, l’Experimentator, Jacques de Vitry et son Historia orientalis, le Liber rerum, Solin, Ambroise et Augustin15. En réalité, ces deux derniers auteurs, Ambroise et Augustin, prennent les premières places au vu du nombre réel de citations empruntées mais souvent non dotés d’un marqueur. En revanche, les autres Pères de l’Église se font plus discrets qu’annoncé, mais Isidore de Séville récolte près de cent trente citations dotées d’un marqueur de source explicite.

  • 16  Cf. M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius de Vincent d (...)

7C’est chez Vincent de Beauvais que l’utilisation encyclopédique d’Isidore de Séville est la plus représentative. Dans le Grand Miroir, Isidore de Séville apparaît, comme personnage, sous les traits d’un savant, d’un commentateur de l’Écriture, d’un juriste et d’un moraliste, comme l’a montré M. Paulmier-Foucart16. Mais le fil rouge de sa présence se tisse tout au long de l’œuvre comme source documentaire.

  • 17  Cent trente-quatre chapitres inspirés de son œuvre seront introduits dans la trifaria.
  • 18  Sur les apports de Thomas de Cantimpré au Speculum, v. B. Roy, «La trente-sixième main: Vincent de (...)
  • 19  Édition E. Stange, Die Encyklopädie des Arnoldus Saxo, zum ersten Mal nach einem Erfurter Codex, E (...)

8Beaucoup plus étendu que l’œuvre de ses contemporains Barthélemy l’Anglais et Thomas de Cantimpré, le Speculum maius intègre, à des degrés divers, les œuvres de ses prédécesseurs. La version trifaria, terminée peu avant sa mort, du Speculum naturale, amplifie largement la précédente. Vincent de Beauvais a mené alors une relecture de Pline et d’Isidore, et l’on constate aussi une utilisation directe du Liber lapidum de Marbode (dont il sera question plus bas), l’entrée du De agricultura de Palladius17, un emploi intense de Guillaume de Conches. De très nombreux extraits des Étymologies sont répartis dans presque tous les livres du Speculum naturale et du Speculum doctrinale. C’est aussi l’entrée de nombreux auteurs arabes, mais surtout, l’introduction massive d’écrivains imprégnés d’aristotélisme, dont plusieurs dominicains, comme Thomas de Cantimpré, Albert le Grand et Thomas d’Aquin, auxquels s’ajoute Arnold de Saxe. Ainsi, dans le Speculum doctrinale et le Speculum naturale, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré est presque intégralement réutilisé au sein des descriptions des animaux, végétaux et animaux du Speculum naturale, dans pas moins de six cents passages de longueur variable18;toute la matière de la partie minéralogique du De floribus rerum naturalium d’Arnold de Saxe (c. 1225-45)19 se retrouve quant à elle dispersée dans le livre VIII du Speculum naturale, et des citations du De proprietatibus rerum de Barthélémy se révèlent glissées sous le marqueur actor, sous couvert duquel Vincent de Beauvais expose des opinions qu’il adopte.

  • 20  Édition S. Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais: réfraction et diffraction, (...)

9Les livres consacrés à la description de la nature dans le Speculum naturale et dans le Doctrinale de Vincent de Beauvais révèlent une pondération des auctoritates assez différente de la hiérarchie des sources annoncée par l’imposant prologue20. En effet, le Libellus apologeticus place les textes sacrés en premier lieu, et les philosophes en troisième place, juste avant les textes apocryphes. Dans le domaine naturaliste, l’autorité philosophique – c’est-à-dire la littérature profane des savants antiques – vient nécessairement compléter ou supplanter les textes sacrés. En cette matière, la position double d’Isidore était idéale, puisqu’il émarge à la patristique, mais transmet également des ouvrages exclusivement philosophiques. Pour estimer le poids des autorités, on peut se fier à l’introduction des marqueurs de citations qui sont autant de références bibliographiques médiévales, car ils témoignent de la volonté de Vincent de Beauvais de s’intéresser à un auteur et ne dépendent pas du volume de l’œuvre de ce dernier. Si l’on examine le texte de cette manière, mille deux cents extraits des Étymologies nourrissent les Speculum naturale et doctrinale, à égalité avec Aristote, et derrière l’Historia naturalis de Pline l’Ancien, ce qui fait d’Isidore la seconde autorité dans le domaine de l’exploration de la nature.

  • 21  Nos dénombrements sont effectués sur le texte de l’édition de Douai, 1624, où des citations de Pli (...)

10Ainsi, le classement des autorités annoncé déjà par Thomas de Cantimpré correspond assez bien aussi à la réalité de la documentation chez Vincent de Beauvais, où Pline surpasse de loin, quantitativement, toutes les autres autorités, mais où il est suivi aussitôt par les Étymologies d’Isidore et le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré. Isidore apparaît donc quantitativement dans la version trifaria (1259) du Naturale et du Doctrinale, parmi les dix auteurs les plus cités21:

Nom d’auteur ou d’œuvre

Speculum naturale

8900 [276]

Speculum doctrinale

1099 [17]

Plinius

1721 [190]

Isidorus

946 [4]

78

Ex libro de natura rerum

671

143

Aristoteles

626 [15]

78

Avicenna

628 [24]

186

Actor

495 [13]

26

Dioscorides

471

Palladius

383 [4]

Constantinus

282 [4]

65 [1]

Platearius

265

Albertus [Magnus, Summa de homine]

250 [18]

   

11En dehors de cette utilisation massive des Étymologies, Isidore apparaît une seule fois comme polygraphe, dans la partie historique du Grand miroir, le Speculum historiale, où quatre chapitres du livre XXXIII sont consacrés à sa vie et à son œuvre (c. 31-34). Vincent de Beauvais ne disposait pas d’une biographie de l’archevêque hispanique, il emprunte donc les dires du chroniqueur du XIe siècle Sigebert de Gembloux et constitue, comme il le peut – sous la référence actor qui l’auto-désigne comme auteur –, une bibliographie des ouvrages d’Isidore. Vincent termine cette liste par extat apud nos, ce qui signifie qu’il pouvait disposer de ces livres dans la bibliothèque qu’il fréquentait. Vincent de Beauvais ajoute à la notice bio-bibliographique, aux chapitres 32-34, trois courts chapitres d’extraits des Synonymes. Il recourt aussi au savoir d’Isidore comme géographe, dans le livre I de l’Historiale, aux chapitres 62-85 et 92-95, aux côtés de rares extraits de Solin et de Pierre Comestor, mais aussi à la suite d’extraits du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais adoptés sous le marqueur actor. En revanche, Vincent de Beauvais ne connaît ni les œuvres historiques, ni les oeuvres théologiques d’Isidore; il y a tout lieu de croire que les extraits qu’il en retient viennent d’un florilège spirituel et non d’un travail original de collecte.

  • 22  «On pourrait me trouver présomptueux d’oser parler de toutes les sciences et de tous les arts, moi (...)

12Dans le Liber apologeticus (prologue), Isidore est cité cinq fois, notamment dans le chapitre 7, où on lit un panégyrique de la connaissance, Apologia de universitate scientiarum, où Vincent se présente comme un compilateur aux prédécesseurs illustres, parmi lesquels Isidore22:

Ad hoc autem ipsum nostrorum studiis provocatus sum, Isidori videlicet Hispalensis, et Hugonis atque Richardi Parisiensis. Quorum primus in libro Etymologiarum, inter caetera de quibus agit, etiam de unaquaque scientia pauca breviter tangit. Secundus in libro Didascalicon scientiam generaliter dividit, singularumque materiam breviter describit. Et tertius, qui sic dicitur, in libro Excerptionum idem facit.

«Et j’ai été conforté dans mon projet par les travaux de mes prédécesseurs, à savoir Isidore de Séville, qui a touché à chacune des sciences dans le Livre des Étymologies, et Hugues et Richard de Paris, qui ont proposé une division des sciences dans le Didascalicon et le Liber exceptionum

13Le choix des modèles du Speculum maius est donc clair: les Étymologies pour leur caractère encyclopédique, comme paradigme, et l’organisation des connaissances d’après la science victorine (qui inclut la théologie, les sciences logiques, pratiques – mécaniques – et théoriques).

14Plus loin, au c. 12 du prologue, Isidore est évoqué comme père de l’Église, parmi les auctoritates qui hiérarchisent le discours; il se trouve au premier rang des auctoritates, parmi les décrétales pontificales, les canons des conciles et les docteurs canonisés. Il avait été déjà question de lui sur ce mode dans le premier chapitre, en compagnie des quatre grands pères de l’Église romaine, quand Vincent de Beauvais expliquait pour quelles raisons il était très attentif à l’attribution correcte des citations à un auteur. Au chapitre 8 du prologue, il est question des matières de sciences naturelles, qui ne sont plus des questions de foi, et où l’autorité a moins d’importance, celle d’un auteur étant contrebalancée par celle d’un autre:

C. 8, Apologia de dictis philosophorum et poetarum:
Venena quoque serpentum quidam frigida esse dicunt, ut Isidorus, quidam vero calida, ut Avicenna. Sed quoniam in istis et in aliis huiusmodo utralibet pars contradictioni absque fidei nostre periculo potest credi vel discredi… lectoris arbitrio relinquendum cuius sententiae potius debeat adhaerere.

  • 23  Trad. M. Paulmier-Foucart.

«Je n’ignore pas qu’il y a des données contradictoires dans les extraits que j’ai faits… Aristote et Sénèque ne sont pas d’accord sur la nature de l’air; Isidore dit que le venin des serpents est froid, Avicenne prétend qu’il est chaud. tout cela n’est pas matière de foi, et le lecteur est libre de se faire une opinion.»23

15Pour ce qui touche à la nature des choses, l’autorité d’Isidore n’apparaît donc ni plus grande, ni moindre que celle des Grecs, des Latins ou des Arabes, même si la connaissance de cette nature des choses est indispensable à celle de l’Écriture. De la même façon, les livres des docteurs de l’Église n’épuisent-ils pas toute la matière: dans le domaine de la science naturelle, les libri philosophorum sont nécessaires aussi:

C. 18, Retractatio prime partis: Porro investigando naturam, cuius notitia valet, ut supra dictum est, etiam ad expositionem sacrarum scripturarum, non solum, inquam, in nostrorum libris, sicut Ambrosii, Basilii, Isidori et aliorum quorumdam, verum et in libris philosophorum…

  • 24  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius» (op. cit.), p.  (...)

16Il arrive par ailleurs, dans le Speculum doctrinale, que certains titres de chapitre soient empruntés aux Étymologies24. Mais les matières auxquelles est appliqué ce traitement sont traditionnelles et ne font pas partie du système des connaissances universitaires, et n’ont pas encore connu de renouvellement au XIIIe siècle, à l’exception notable de la médecine. Pour le reste, Isidore n’est donc plus le fondement d’une classification des matières.

17Du point de vue de l’utilisation de la documentation offerte par Isidore, ce sont donc les Étymologies qui sont utilisées presque exclusivement dans le Speculum maius, grâce à la richesse et à la qualité de leur documentation sur la nature. Pourtant, un des livres des Étymologies est totalement absent des citations que fait Vincent de Beauvais: le livre X, De vocabulis, c’est-à-dire le dictionnaire. La lexicographie d’Isidore ne serait-elle donc pas importante aux yeux du prolixe compilateur dominicain du milieu du XIIIe siècle? Pourtant, ce dernier possède son propre dictionnaire, présenté à la fin du livre I du Speculum doctrinale, au chapitre 45, avant l’exposé sur les sciences du langage; mais très peu de mots sont communs avec le dictionnaire d’Isidore. Vincent de Beauvais ne donne que très exceptionnellement l’origine du mot difficile et se contente de sa signification par équivalence, à la manière d’un glossaire. Chez Vincent de Beauvais donc, même si, au fil du recopiage de citations d’Isidore, des Étymologies sont encore reproduites, la démarche étymologique en rapport avec l’ontologie de la chose n’est plus un principe d’explication nécessaire.

  • 25  Artis huius species sunt sex, scilicet additio, substracio duplicatio, dimidatio, multiplicatio, d (...)

18Dans le domaine de l’histoire, de la théologie, et pour la plus grande partie de la grammaire, Isidore est très peu ou pas utilisé dans le Speculum maius. Pour les sujets de l’arithmétique et la théorie des nombres, on peut noter que Vincent de Beauvais, dans le Speculum doctrinale, choisit à la fois de rejeter Isidore et d’y renvoyer en même temps qu’à Boèce, dans l’idée d’éviter de rentrer dans les détails techniques abondants25.

  • 26  Quelques exemples dans Ibidem, p. 276-77.

19Ce n’est donc pas dans les différents domaines de l’histoire ecclésiastique, de l’histoire humaine, des règnes, des peuples, de la grammaire et des autres arts libéraux du trivium, ni même des livres religieux, des anges et des attributs divins que les Étymologies d’Isidore ont laissé la trace la plus remarquable chez les encyclopédistes du XIIIe siècle, mais comme réservoir de documentation dans le domaine de prédilection de ces encyclopédistes: la science naturelle.Ce sont ainsi, très largement, les livres IV, sur la médecine, le livre XI, sur l’homme et ce qui s’y rapporte, le livre XII, sur la nature des animaux, le livre XVI, sur les pierres et les métaux, et le livre XVII, sur les plantes (De rebus rusticis), qui sont amplement utilisés, à au moins 75 % de leur contenu. Les autres domaines sont soit abandonnés, soit remplacés par un autre discours26. Ce constat vaut aussi pour Thomas de Cantimpré et Barthélemy l’Anglais, représentants comme Vincent de Beauvais des ordres mendiants.

  • 27  Konrad de Mure a été rector puerorum chez les Bénédictins de Zurich de 1244 à 1271, après des voya (...)

20Ce constat dans des encyclopédies très diffusées et à la volonté manifeste d’ouverture sur toutes les sciences peut être complété par un exemple issu d’un ordre religieux plus traditionnel, comme Konrad de Mure (1210-1281), rector puerorum d’une abbaye bénédictine. En dépit d’une œuvre principalement théologique, il s’intéressa aux listes de minéraux et d’animaux dans son Fabularius en prose27et écrivit un De naturis animalium qui contient un résumé de l’ancien testament, un lexique de Abas à Zoroastes, et trois listes alphabétiques de minéraux, plantes et arbres. Sa documentation, accueillante à Isidore de Séville et au Physiologus, garde un caractère très conservateur et correspond davantage au patrimoine littéraire monastique qu’à une curiositas ouverte vers l’extérieur représentée dans les ordres mendiants.

  • 28  Cf. I. Draelants, «Introduction à l’étude d’Arnoldus Saxo et aux sources du De floribus rerum natu (...)

21En ce qui concerne la science naturelle, Isidore a donc gardé une place considérable dans la plupart des grandes encyclopédies du XIIIe siècle. Le fait n’est pas étonnant dans la mesure où le genre des compilations encyclopédiques se nourrit en effet d’abord des compilations antérieures. Pline, Solin, le Physiologus, Isidore, l’Aviarium d’Hugues de Fouilloy cher à Thomas de Cantimpré, l’herbier de «Macer floridus» (peut-être écrit par Odon de Meung, XIe siècle), sont autant d’autorités encyclopédiques traditionnelles, auxquelles on peut ajouter Palladius pour l’agriculture. Il en va de même, dans une moindre mesure, pour l’utilisation du De natura rerum et le De computo de Bède, l’œuvre homonyme de Raban Maur et l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis. Avec les Étymologies d’Isidore, ces œuvres nourrissent de manière essentielle et prééminente celles de Thomas, Barthélemy, Vincent. Cependant, la situation n’est pas comparable chez le plus aristotélicien des encyclopédistes de cette génération: Arnold de Saxe, qui n’insère aucune citation d’Isidore de Séville ou de ces naturalistes latins traditionnels dans son De floribus rerum naturalium, pour une raison annoncée dès le prologue. En effet, il est résolu, dit-il, à ne puiser que dans les philosophi moderni28, titre auquel ne peut assurément plus prétendre Isidore. Son encyclopédie est en effet fondée sur des causalités naturelles à la mode aristotélicienne, et plus seulement sur une hiérarchie des éléments naturels.

  • 29  Cf. M. Paulmier-Foucart, «Une des tâches de l’encyclopédiste: intituler, les titres des chapitres (...)

22Chez Isidore et ses héritiers intellectuels qui partagent une vision symbolique du monde, la nature reflètait la volonté divine et le plan était orienté hiérarchiquement et verticalement. Les realia n’y étaient donc pas l’objet premier de la connaissance, comme chez Aristote, mais seulement un moyen de l’atteindre, dans une vision verticale de l’univers. C’est cette cosmologie en accord avec la culture générale occidentale traditionnelle qui survit dans le Liber floridus de Lambert de Saint-Omerou le De naturis rerum d’Alexandre Nequam. Elle reste trente ans plus tard sous-jacente chez Barthélemy l’Anglais, Thomas de Cantimpré. L’organisation de la matière y est d’ordre théologique, puisqu’elle se décline sur l’Hexahaemeron29. Même dans les encyclopédies en langue vernaculaire, cette organisation traditionnelle subsiste en partie après l’arrivée de l’aristotélisme.

2. Un exemple typique d’utilisation encyclopédique: notices animalières chez trois grands encyclopédistes du XIIIe siècle

23On connaît aujourd’hui assez bien les méthodes de travail des encyclopédistes et celle des florilèges thématiques et alphabétiques: l’originale est dépecé en citations reclassées ensuite d’après plusieurs systèmes (vertus et vices, classification des sciences, jours de la création, éléments physiques, ordre alphabétique…). Dans les notices relatives aux animaux, la technique de compilation adoptée par Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais et Vincent de Beauvais est commune: la plupart du temps, il n’y a pas vraiment abréviation, mais extraction de citations, et concentration de l’information sous forme de juxtaposition de passages coupés, sans modification stylistique. Ce système implique le plus souvent que les citations internes d’auteurs antiques qu’Isidore lui-même avait introduites ne soient pas conservées par les encyclopédistes du XIIIe siècle, probablement parce que la mémoire s’en était perdue.

24Pour Thomas, Barthélemy, Vincent, on peut avancer avec une quasi-certitude que les extraits des Étymologies sont faits de première main. Un des procédés de citation des trois encyclopédistes consiste à annoncer les notices par une courte introduction isidorienne généraliste sur une question, puis à revenir à d’autres originalia (p. ex. Aristote et des auteurs de langue arabes), c’est-à-dire à des sources multiples, et à terminer par une très brève synthèse tirée des mots d’Isidore. Dans d’autres cas, le texte n’est plus coupé en petites entités, mais cité en séquences, quasiment sans coupure, sans enchevêtrement de sources, mais dans une juxtaposition de longs extraits. C’est le cas, par exemple, quand Vincent de Beauvais reprend des extraits des Étymologies sur les arts mécaniques.

  • 30  Les extraits non repris par les encyclopédistes pour les notices sur l’éléphant et le rhinocéros s (...)

25Ceci peut être illustré par les notices sur le rhinocéros, la licorne et de l’éléphant, abordés ensemble dans les Étymologies au livre animalier XII, mais aussi aux livres XIV, XV, XVI à l’occasion du traitement de certains lieux géographiques ou de l’ivoire30. Les encyclopédistes du XIIIe siècle en retiennent seulement les citations du livre XII, que voici.

  • 31  Gregorius, Moralia, XXXI, c. 10, c. 13.
  • 32  Pline, Naturalis historia, VIII, c. 20-21, dit que le monoceros est différent du rhinocéros et de (...)
  • 33  Le combat du rhinocéros avec l’éléphant est repris chez Pline, Solin, Elien, Diodore de Sicile, St (...)
  • 34  Lophos signifie en effet «mont» en grec.
  • 35  Ambroise, Hexaemeron, IX.
  • 36  Pline, Naturalis historia, VIII, c. 5.
  • 37  Solin, Solis exortus motibus, quibus possunt, salutant.

(c. 2, § 12) Rhinoceron a Graecis vocatus. Latine interpretatur in nare cornu. Idem et monoceron31, id est unicornus32, eo quod unum cornu in media fronte habeat pedum quattuor ita acutum et validum ut quidquid inpetierit, aut ventilet aut perforet.
Nam et cum elephantis saepe certamen habet33, et in ventre vulneratum prosternit. Tantae autem esse fortitudinis ut nulla venantium virtute capiatur ; sed, sicut asserunt qui naturas animalium scripserunt, virgo puella praeponitur, quae venienti sinum aperit, in quo ille omni ferocitate deposita caput ponit, sicquesoporatus velut inermis capitur. Elephantum Graeci a magnitudine corporis vocatum putant, quod formam montis praeferat ; graece enim mons lophos34 dicitur. Apud Indos autem a voce barro vocatur ; unde et vox eius barritus, et dentes ebur. Rostrum autem proboscida dicitur35, quoniam illo pabulum ori admovet ; et est angui similis, vallo munitus eburno.
(§ 15-16) Nam hoc genus animantis in rebus bellicis aptum est ; in eis enim Persae et Indi ligneis turribus conlocatis, tamquam de muro iaculis dimicant. Intellectu autem et memoria multa vigent. Gregatim incedunt36; motu, quo valent, salutant37; murem fugiunt ; aversi cœunt ; quando autem parturiunt, in aquis vel insulis dimittunt fetus propter dracones, quia inimici sunt et ab eis inplicati necantur ; biennio autem portant fetus, nec amplius quam semel gignunt nec plures, sed tantum unum ; uivunt [autem] annos trecentos. Apud solam Africam et Indiam elephanti prius nascebantur ; nunc sola eos India gignit.

(c. 4, § 5) Innoxius autem est a venenis, sed ideo huic ad mortem faciendam venena non esse necessaria, quia si quem ligarit occidit. A quo nec elephans tutus est sui corporis magnitudine.

26Vincent de Beauvais et Barthélemy l’Anglais citent les extraits ci-dessus à peu près intégralement, tandis que Thomas de Cantimpré ne reprend chez Isidore que ce qu’il n’a pas trouvé chez Pline, souvent plus explicite, ni chez Solin. Thomas a en effet davantage recours aux exempla ou aux historiettes que ses congénères, ce qui explique sa préférence pour le peu fiable Solin.

  • 38  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius», p. 274.

27La longueur des notices animalières est sensiblement différente chez chaque auteur, c’est pourquoi nous en avons souvent résumé la teneur, dans le tableau qui suit: Vincent de Beauvais est à son habitude beaucoup plus prolixe et découpe la matière en chapitres thématiques et calibrés. Monique Paulmier-Foucart a montré que le texte des Étymologies était chez Vincent de Beauvais apparenté à deux manuscrits de la fin du XIIe siècle provenant du fonds de Notre-Dame (Paris, B.n.F. lat. 17876) et de Saint-Germain-des-Prés (B.n.F. lat. 11864)38. Dans l’édition du De proprietatibus rerum de Frankfurt en 1601, le texte d’Isidore a été copié à partir d’un modèle très proche de celui qui a servi de base à la Patrologie latine. Par ailleurs, le choix de Barthélemy est beaucoup plus patristique que celui de ses congénères. Ses sources, pour ces deux notices, sont également moins variées que celles de son contemporain Thomas de Cantimpré, et d’autant moins que celles du Speculum naturale, qui reprend intégralement son Liber de natura rerum et le mêle aux sources antérieures sur le même sujet.

TC, LDNR IV,
De animalibus quadrupedibus, c. 33,
de elephante (2181 mots)

BA, DPR XVIII,
c. 41, De elephante
(540 mots)

VB, SN, XIX,
De bestiis.

(2897 mots)

Elephantes, ut dicit Iacobus, animalia sunt robusta viribus et corpore magna. (…) [description physique] Aristotiles : [nez] Et hec est ratio (Ambrosius) : [porte de lourdes charges et se sert de sa trompe] Liberrerum : [aime le vin] Iacobus: [utilisation par les Perses et les Indiens dans la guerre, surmontés de tours en bois] ut ait Ambrosius, [armées ; cri utilisé pour effrayer] MagnusAlexander, ut scribitur in eius epistola, pugnaturus contra Indos ereas statuas prunis ardentibus impleri iussit. Putantes autem elephantes statuas illas homines esse protendentes labia comburebantur et statim fugere ceperunt, (…) [longueur des défenses] Ex hiis dentibus combustis pulvis fit, quem phisici spodium dicunt. [utilisation en poudre comme médicament]. Elephantis etiam sanguis, maxime masculi, sistit fluxus reumatis. Elephanto, ut dicit Plinius, [dents intérieures, langue petite, noblesse dans la chasse ] Et hec venatio elephantum. Narrat scriptura libri, que continet veterum relationes, quod elephas hoc modo capitur : Due puelle virgines nude in desertum pergunt, ubi habitant elephantes, una earum urnam altera gladium ferens. Quibus alta voce cantantibus audit elephas, accurrit propere. Qui mox naturali instinctu virginee carnis innocentiam recognoscens, in eis amoris dulcedine castimoniam veneratur lambensque earum pectus et ubera delectatus mirifice resolvitur in soporem. (…) et signat sanguinem de Christi latere fusum, quem una puellarum synagoga fudit, altera vero ecclesia in urna calicis recipit. (…) respondere sponsa possit : (…). Est et alia elephantum venatio secundum Aristotilem : [autre technique de chasse en Inde] Solinus : Penes enim sensus humanosintelligentias habent pollentque memoria. Unde bene accipiunt instructionem et morum disciplinam. Multa animalia, ut dicit Aristotiles, retinent memoriam de hiis que vident vel addiscunt. Quod verum est de memoria estimationis. Solus autem homo est discretus et habet memoriam intellectualem. Est et alius modus quomodo domesticatur elephas. Sicut dicit Glosa, [allégorie du chasseur et de l’éléphant qui lui obéit] qui eripuit nos, inquit apostolus, […]. Et David : [extrait Psaume]

Solinus : Proinde elephantes quando bibere volunt, amnes gregatim petunt. [comportement ; traversent les fleuves ; discorde avec les dragons ; sont entravés par les serpents, qui viennent ensuite dans la trompe] Dracones tam magni sunt, ut dicit Plinius, quod totum elephantis sanguinem bibentes capiant. [les éléphants se déssèchent donc, mais les dragons peuvent renaître de leur sang] Ut dicit Experimentator, [serpents ; taureaux effrayés par l’éléphant] InMauritanie saltibus, ut dicit Plinius, amnis est maximus cui nomen Amilo. […] aqua purificant. Aristotiles : Decennes femine, quinquennes masculi ineunt venerem. Solinus : Biennio cœunt quinis nec amplius in anno diebus. Pudore nunquam nisi in abscondito cœunt. Ut dicit Plinius, [ne connaissent pas l’adultère] Glosa [petits déposés dans les îles, contre les dragons] Aristotiles : [accouplement, temps de gestation] Solinus dixit semel elephantem parere. [description des organes génitaux et des mamelles] Et ut dicit Ambrosius, [a peur de la souris alors qu’il effraye taureaux et chevaux] Mirabilis in excelsis deus, mirabilis et in minimis. […] Solinus dicit, [aiment les palmes, ont la peau dure, le ventre mou ; utilisation des organes par l’homme ; vivent 30 ans ; n’aiment pas le froid] Iacobus : [ivoire] Solinus : (….). Historia Persarum : (anecdote). Solinus : [mouches sous la peau] Aristotiles : [position assise] Ambrosius : [idem et adossement sur un arbre, au risque de le casser] ut ait Ambrosius[comportement des chasseurs à cette occasion]. Liberrerum : [particularité des positions et des os]. Ut dicit Experimentator, [plie les pieds postérieurs comme les hommes ; ongles] Aristotiles : Et notandum, quod contra omnia animalia terre intestina eius disposita et formata sunt. […estomac, foie, intestin, bile ; mangent de la terre et en meurent ; le vent leur nuit ; peuvent boire de l’huile ; aiment le vin, utilisé aussi pour les guérir ; vocifèrent ; vivent 40 ans ; n’aiment pas le froid ; aiment les fleuves et y nagent, pas longtemps à cause de leur poids ; naissent en Inde]. Cf. VB (reprise)

Elephas, ntis, et elephantus dicitur, pro eodem animali. Dicitur autem sic ab ελφιονGraece, quod mons dicitur Latine, et hoc est utique propter corporis maximam quantitatem, sed apud Indosbarrovocatur, unde et vox eius barritus vocatur. Cuius dentes dicuntur ebur, et rostrumpromuscis nuncupatur, nam illo oricibum admovet, ut dicit  Isidorus libro 12.

et subdit : hoc genus animantis in rebus bellicis aptum est. In his enim animalibus Medi et Persae ligneis turribus collocatis tanquam de muro iaculis, dimicant, in intellectu et memoria prae caeteris animalibus vigent, gregatim incedunt, nutu quo valent, salutant homines, murem fugiunt, aversi cœunt, in aquis pariunt vel in sylvis, et ubi fetus pariunt, ibi fetus dimittunt propter dracones, quia eis inimicantur, et ab ipsis inplicatu necantur, biennio fetus portant, nec amplius quam semel gignunt, nec plures quam tantum unum gignunt, vivunt autem trecentis annis, ut dicit Isidorus libro 12. Sed Plinius libro 8 cap. 1. [grande vertu, surpassé seulement par l’homme] Nam, ut dicunt, in nova Luna conveniunt congregatim, [comportement ; petits ; mangent des plantes contre la maladie ; intelligence, docilité] Item dicitur libro 5si [n’effrayent pas un homme perdu ; l’aident contre le dragon ; protègent leurs petits contre l’homme] Item libro 8 cap. 6.[coopèrent et restent en groupe ; laissent passer les petits devant dans les fleuves], ut dicit ibidem. [pudeur admirable ; accouplement à 50 ans pour le mâle, à 10 pour la femelle ; deux ans de gestation], ut dicunt, (…) ut dicit idem.

[utilisation de tours en bois par les Indiens] Item cap. 40. [mangent les fruits du palmier ; lutte avec les dragons ; dragons boivent leur sang] ut patet supra eodem, ubi agitur de dracone, vide ibi.

c. 38, De elephante

Isidorus. Elephantem greci a magnitudine corporis vocatum putant, eo quod formam montis preferat. Grece enim monselephondicitur, apud indos autem a voce barro vocatur, unde et vox eius barritus et dentes eius ebur.

Solinus. [deux sortes ; mangent les troncs et les pierres, ainsi que les fruits des palmiers ; craints par les Maures ; n’aiment pas le froid ; se guérissent par une huile ; dos dur, ventre mou, pas de poils]Aristoteles. [certains boivent de l’huile ; du vin, utilisé pour les guérir aussi ; animal fluvial ; aspire l’eau ; ne peut pas se baigner longtemps à cause de son poids ; grandeur du corps, comme le chameau ; grandit 60 ans, vit 200 ou 300 ans ; se frotte aux arbres] Plinius libro VIII. [aiment les fleuves ; portent les palmes au front, boivent et sentent par la trompe ; n’effrayent pas l’homme ; utilisation dans les troupes ; reste en groupe] Ex libro de natura rerum. [mouches sous la peau ; fluvial ; nait en Inde ; se lave par inspiration d’eau] cf. TC

c. 39, De humanitate et obedientia elephantorum

Aristoteles. [obéit bien – ressemble à l’homme] Plinius ubi supra. [utilisation dans les armées] Ambrosius[grandes vertus] Physiologus Elephas dum arte hominum succisis arboris, [comportement avec le maître] Solinus[aide l’homme dans les périls]

c. 40, De sagacitate ipsorum

Isidorus. Elephanti siquidem intellectu et memoria multa vigent, gregatim incedunt, motu quo valent homines salutant. Solinus. [intelligence comme les hommes ; restent en groupe] Plinius libro VIII. Elephantis est intellectus patrii sermonis.[…] probitas, prudentia, equitas. [anecdotes chez les Germains, en Ethiopie, en Arabie]Plinius […]Ex libro de natura elephanti. Teste Cassiodoro, omnium quadrupedum superant intellectum, [effets de la poudre sur les tyrans ?]

c. 41, De pugna elephantorum cum draconibus

Solinus. Elephantorum cum draconibus iugis est discordia. [… cf. Solin chez TC, sans reprise]Pliniusubisupra. [lutte avec dragons] Idem in eodem[même récit que TC chez Solin puis Pline ; entravés par les serpents ; boivent le sang] Rhinoceros etiam impugnant elephantem cornu petens alvum, quem scit esse molliorem.

c. 42, Et qualiter homines utuntur elephantibus in preliis

Isidorus. Elephantorum genus in rebus bellicis aptum est. In his enim Perse et Indi ligneis turribus collocatis, tanquam de muro iaculis dimicant. Vegetiusrenatus de re militari libro IIIo. [comportement à la guerre] Solinus [idem, chez Indiens et Perses ; utilisation du barrissement]

c. 43, Et de eodem

Ex libro de natura rerum [cf. TC] Avicenna[utilisation dans les combats ; femelle plus petite mais autant utile ; abat des arbres].Plinius libro VIIo[utilisation de tours ; effrayent les ennemis ; anecdote au temps d’Hannibal pour un combat avec un homme] ; Physiologus[s’arrête si vient un porc].

c. 44, De coitu elephantorum et generatione

[Physiologus]cf. TC Elephanti concupiscentiam fetus in se non habent, sed tempore quo volunt filios procreare, vadunt ad orientem usque in proximum paradisi, ubi inveniant mandragoram, de cuius fructu prior gustat femina, deinde masculus eius suasione et tunc conveniunt et concipit femina. (…) Solinus. [accouplement avant 10 ans pour les femelles, 50 pour les mâles ; pas d’adultère] Isidorus Elephanti aversi cœunt, cum autem parturiunt, in aquis et insulis fetus dimittunt propter dracones, qui eis inimici sunt et ab eis implicati necantur. Biennio autem fetus portant nec amplius quam semel gignunt, nec plures, sed unum tantum. Vivunt autem annis trecentis. Apud solam Aphricam et Indiam elephanti prius nascebantur, nunc hos sola india gignit. Aristoteles [accouplement ; après 10 ans pour les femelles jusqu’à 50 ans, après 50 pour les mâles ; un seul petit, comme cheval et chameau ; 2 ans gestation]. Iorach. Elephantes partum suum in desertis locis conservant propter draconem, qui dum ipsum invenit, subito interficit. Plinius[reprise d’Aristote et autres sources ; mémoire et amour ; pratiques en Inde] Ex libro de natura rerum [cf. TC]. Solinus ait elephantem semel parere, sed revera ter vel quiquies parit in etate.

c. 45. De membrorum elephanticorum creatione

[suite TC, en plus explicite : dents, langue, trompe, ongles, pieds ; position ; doigts ; mamelles ; intestin ; estomac comme le porc ; foie ; bile ; sexe ; testicules]Ex libro de naturis rerum[positions, attitudes, pieds, effraye chevaux et taureaux]

c. 46. De eodem

Plinius ubi supra [dos dur, ventre mou ; peu de poils]Idem in libro Xio[quatre dents intérieures ; peau ; testicules] Ambrosius[petit cerveau ; ne plie pas le genou ; se frottent sur les arbres ; plus solides que les hommes] Physiologus [comportement, petits yeux ; peau dure ; Perses l’utilisent dans la guerre ; ventre mou ; intérieur comme le porc, et par conséquent comme l’homme].

   

c. 104, De unicorni

Unicornis animal est parvum quidem, ut dicitYsidorus[reprend Pline], secundum fortitudinemcorporis. Brevia etiam crura habet secundum suam magnitudinem. Acerrimum nimis est, ita ut a nullo venatore vi valeat comprehendi. Huic color buxeus. Cornu in media fronte habet quatuor pedum, a quo nec ipse elephas tutus est corporis sui magnitudine. Hoc cornu ad saxa limat in pugna. Namsepe cum illo certamen habens in ventre vulneratum prosternit.

$$ Ut dicit liber Kyrannidarum, cornu illud demones eicit. Perforatur enim, et sic sono et presentia cornu fugatur demon.$$ Ferrum non timet. Manet in montibus excelsis et in solitudinibus vastissimis commoratur. Iacobus et Ysidorus : Sed hoc argumento capitur : Puella virgo in silva proponitur solaque relinquitur. Qui adveniens omni ferocitate deposita casti corporis pudicitiam in virgine veneratur caputque suum in sinu puelle aperientis imponit sicque soporatusinermis deprehenditur a venatoribus, occiditurque vel in regali palatio ad spectaculum exhibetur. Hoc animal primo, utPliniusdicit, magnus Pompeius ad spectaculum Rome exhibuit. Hoc crudele animal Christum significat, qui ante incarnationem seviebat in celo puniendo angelos propter superbiam, in terra homines propter inobedientiam sicut Adam et propter luxuriam sicut Sodomitas, propter crapulam sicut filios Israel. Huic nullo contradicere audente clamat Ysaias : Non est, inquit, qui consurgat et teneat te. Hunc virgo in deserto mundi quasi cepit, dum gloriose virginis Marie incomparabili pulchritudine castitatis illectus dei filius quasi sinum eius uterum introivit atque per eam humanatus corpus accepit, in quo a Iudeis quasi crudelissimis venatoribus comprehensus occiditur, indeque resurgens et ascendens ad celos in celestis regni palatium ad patris dexteram collocatur.

C. 88, De Rhinocerote

Ρινοκερως Grece, Latine animal cornu in nare habens interpretatur, idem est μονοκερος, id est unicornis, bestia fevissima appellata, eo quod unum cornu in media fronte habeat quatuorpedum, ita acutum et validum, ut quicquid impetierit, aut ventilet aut perforet, ut dicit Isidorus libro 12. Nam cum elephante sepe certamen habet, quam vulneratum in ventre prosternit. Tantae autem est fortitudinis, ut nulla venentium virtute capiatur. Sed sicut asserunt, qui de naturis rerum scripserunt,virgo puella proponitur, quae venienti sinum aperit, in quo ille omni ferocitate deposita, caput ponit sicque soporatus velut inermis, capitur et interimitur iaculis venatoris. Hucusque Isidorus lib. 12. Gregorius super Iob addit in maralibus ad iam dicta. Rhinoceros, inquit, fera est naturae omnino indomitae, et si quomodo capta fuerit, teneri nullatenus possit, impatiens, quia, ut dicitur, ilico moritur.

De Rhinocerote dicit Plinius lib. 8 cap. 20. Rhinoceros in nare habens cornu, id est, in media fronte supra nares. Hostis est elephantis, unde suum cornu limat ad saxa et acuit, et sic se preparat pugne, et in dimicatione alvum impetit elephantis, quam scit partem corporis esse molliorem. Longitudo par inest ei ut equo, sed crura multum breviora. Color eius buxeus. Et sicut innuit idemlib. 8 cap. 22. Huius ferae multae sunt species, scilicet Rhinoceros, Monoceros, Aegoceros. Est autem μονοκερος, ut dicit idem, fera asperrima, similis equo in corpore, et cervo in capite, pedibus elephanti, cauda apro. Mugitum emittit gravem, unum cornu magnum emittens in media fronte habet duorum cubitorum. Hanc feram vivam negant capi. Αίγοκερος species dicitur esse unicornis, et dicitur latine capricornus, ab αιξ, quod est capra, et κερος quod est cornu, animal est pusillum, simile haedo, acerrimum nimis, in media fronte unum gerens cornu. Item dicit Plinius ibidem ; quod in India sunt unicornes boves, habentes candidas maculas et solidas ungulas sicut equi. Sunt et asini quidem Indici unicornes, ut dicit Aristoteles, Avicenna et Plinius, qui sic dicti sunt, eo quod unum in fronte habent cornu inter aures. Residuum autem corporis ipsorum, simile est corpori onagrorum sylvestrium asinorum. Sed talis μονοκερος est minoris audaciae et feritatis quam sunt alii unicornes. Et dicit μονοκερος a μονος quod est unum, et κερος quod est cornu, quasi in capite gestans cornu unum. Et declinatur Rhinoceros, otis, sicut Monoceros, otis.Et sic de aliis.

SN, c. 104, De rhinocephalo et rhinocerote

PhysiologusRhinocephalus cervicem habet equinam cum universo corpore flammis quas in ore aspirat, homines pereunt. IsidorusRhinoceros grece, latine. Interpretatur in nare cornu. Idem et monoceros, id est unicornis, eo quod unum cornu in media fronte habeat pedum quatuor, ita acutum et validum, ut quicquid impetierit, aut ventilet, aut perforet. Nam et cum elephantis sepe certamen habet et in ventre vulneratum prosternittante autem dicitur esse fortitudinis, ut nulla venantium virtute capiatur. Sed sicut asserunt, qui naturas animalium scripserunt, virgo et puella proponitur, que venienti sinum aperit, in quo ille omni ferocitate deposita, caput ponit, sicque soporatus velut inermis capitur. Solinus Ante ludos neii Pompei rhinocerotem romana spectacula nesciebant. Cui bestie colorbuxeuscornu in naribus unicum et repandum, quod subinde attritum in mucronem exit, eoque adversus elephantes preliatur. Par ipsis longitudine, breviorcruribus, alvum naturaliter petens, quam solam intelligit ictibus suis perviam. Idem. Atrocissimus monoceros, monstrum mugitu horrido equino corpore, elephantis pedibus, cauda suilla, capite cervino. Cornu a mediafronte eius protenditur splendore mirifico. Ex libro de natura rerum Rhinoceros, qui et monoceros habere dicitur in media fronte cornu robustissimum in longitudine quatuorpedum. Eoque adversus elephantes preliatur, naturaliter alvum petens, quam solam intelligit ictibus suis perviam. Cum autem a venatoribus capitur, ex sola indignatione superbum animal moritur. Plinius libro VIIIoEisdem ludis et rhinoceros unius in nare cornu qualis sepe visus. Alter hic genitus hostis elephanto, cornu ad saxa limato, preparat se pugne. In dimicatione alvum maxime petens, quam scit esse molliorem longitudo ei par. Crura multo breviora, colorbuxeus.

   

28Ces exemples le montrent: pour Thomas de Cantimpré et Vincent de Beauvais, il ne subsiste plus de nécessité étymologique; cette méthode d’explication n’agit plus comme une révélation ontologique sur les choses et n’est plus nécessaire à la compréhension du sens. Elle ne détermine plus la connaissance de la chose. Chez Barthélemy l’Anglais, elle demeure cependant assez souvent une porte d’entrée dans la connaissance de la réalité, sans plus être un principe symbolique de l’être, ni le lien, de type platonicien, avec une autre réalité (cf. le début de la notice sur l’éléphant). Ce relatif désintérêt pour la pratique étymologique chez les encyclopédistes est à comprendre comme un abandon de son sens profond.

  • 39  Cf. P.Morpurgo, «Michele Scoto e la circolazione dei manoscritti scientifici in Italia Meridionale (...)

29En revanche, nous avons pu observer que dans le Liber introductorius de Michel Scot à peu près contemporain (Michel Scot est mort en 1237), l’étymologie a gardé toute son importance presque magique, significative, symbolique, au moins pour les données cosmologiques et métaphysiques. Il est probable que le maintien de ce procédé traditionnel soit dû au type d’enseignement grammatical que Michel Scot avait lui-même reçu, et à l’influence qu’aurait joué l’école parisienne de Petit Pont dans son œuvre39. Michel Scot, auteur, était aussi traducteur de nombreuses œuvres de l’arabe au latin, et fut utilisé aux deux titres comme source d’information directe par Arnold de Saxe et Barthélemy l’Anglais pour transmettre des citations d’auteurs antiques ou orientaux peu connus. Son attitude traditionnelle dans le domaine étymologique ne contredit donc pas l’actualité de sa documentation.

30En somme, en matière d’histoire naturelle, Isidore est considéré comme une lecture indispensable par les trois encyclopédistes examinés: d’une part en simple initiateur, en ouverture d’un chapitre sur une matière (une plante, un animal, une pierre) – ce que fait aussi Michel Scot en matière d’astronomie – et d’autre part comme réservoir de documentation pour de l’information naturelle, à égalité avec d’autres sources citées. Thomas de Cantimpré et Barthélemy concentrent leurs emprunts aux Étymologies dans l’étude de la nature. Dans d’autres domaines où le savoir et l’enseignement n’a pas été renouvelé, Isidore reste une source extensive et essentielle chez Vincent de Beauvais, en particulier pour le langage et la logique.

31S’il existe par ailleurs un domaine où le relais d’Isidore est pérenne, c’est celui de la minéralogie. En effet, son information est restée d’actualité en cette matière jusqu’à l’avènement de la minéralogie moderne, et même le naturaliste dominicain Albert le Grand, qui au milieu du XIIIe siècle renouvelle, mais synthétise aussi, toute la documentation antérieure sur ce champ de savoir, ne manque jamais de citer Isidore s’il n’a pu trouver d’information plus adéquate à propos d’un minéral.

3. Les Étymologies, une source fondamentale des lapidaires médiévaux

  • 40  Première édition critique peu fiable par J. M. Riddle, Marbode of Rennes’ (1035-1123) De lapidibus (...)
  • 41  Ed. R. Halleux& J. Schamp, Les lapidaires grecs, Paris, 1985; l’édition de E.Abel, Orphei Lithica. (...)
  • 42  La tradition des lapidaires et listes de notices minéralogiques a multiplié les reprises d’Isidore (...)

32Entre le livre XVI des Étymologies d’Isidore de Séville au VIIe siècle et le poème didactique De lapidibus de l’évêque de Rennes Marbode au XIe siècle40, la minéralogie n’a pas connu d’évolution significative en Occident. Isidore de Séville lui-même prenait, dans son De natura rerum et ses Étymologies, le relais de Pline l’Ancien et de son Histoire naturelle, qui, du livre XXXIII au livre XXXVII, traite de deux cents douze pierres différentes, rassemblées à travers de très nombreuses sources. L’enquête sur la nature de Plinerégnait en effet en maître sur la science naturelle latine tardo-antique et médiévale et fut la source d’information de référence du naturalisme latin jusqu’à l’époque moderne. Isidore de Séville aurait néanmoins pu connaître un lapidaire influent de la fin de l’Antiquité: la version latine du lapidaire de Damigéron et Evax41, mais on peut déduire de son silence à ce sujet qu’il ne l’avait lu directement, même si de nombreux parallèles existent entre les deux œuvres42. C’est la raison pour laquelle l’Histoire naturelle de Pline est restée pour Isidore le texte sur les pierres le plus abondant et le plus accessible.

  • 43  Cf. la revue des lapidaires antiques dans l’introduction de R. Halleux & J.Schamp, Les lapidaires (...)
  • 44  E.R. Caley – J.F.C. Richard, Theophrastus on Stones. Introduction. Greek Text. English Translation (...)
  • 45  Sur Dioscoride, voir entre autres le Dictionary of Scientific Biography, s.v. «Dioscorides». Sur l (...)
  • 46  Cf. G. Gabrieli, «Nota biobibliographica su Qustâ ibn Lûqâ», Rendiconti della Accademia dei Lincei (...)
  • 47  Édition: Constantini Africani Opera Omnia, t. 2, Basel, 1539, p. 342-387.

33Il existait pourtant déjà dans l’Antiquité une véritable tradition de compilation de traités minéralogiques43. Parmi les plus originaux de ces traités, il faut mentionner, outre celui qui compile l’apport du grec Damigéron et du latin Evax, celui du disciple d’Aristote Théophraste44, dont certains éléments sont passés dans la tradition arabe, et celui qui constitue le livre V de la Materia medica du médecin Dioscoride, contemporain de Pline, qui connut de très nombreuses versions et traductions jusqu’au XIe siècle45. Parmi les traités écrits ou passés en langue arabe, les plus influents sur la tradition occidentale furent les écrits de Qustâ ibn Luqâ (ca. 820-ca. 912)46 et ceux du médecin d’origine tunisienne Constantin l’Africain (mort avant 1098), dont le rôle dans la transmission des données de Dioscoride, de Damigeron-Evax, et de Qustâ ibn Luqâ fut probablement déterminant grâce à son activité de traducteur. Constantin traduisit notamment le De gradibus d’Ibn Al-Jazzâr (mort en 1004)47, qui contient des notices minéralogiques inspirées des traités d’Aristote, de Théophraste et de Dioscoride.

34Comme déjà le livre XXXVII de l’Historia naturalis de Pline, les Collectanea rerum memorabilium de Solin ou les Étymologies d’Isidore, tous ces traités témoignent de l’usage, d’origine proche-orientale, de porter des pierres en amulette. Cet usage avait gagné l’Empire romain, dont émanent plusieurs œuvres d’époque tardive consacrées aux pierres, comme celle de Damigéron. La tradition littéraire a dès lors conservé – et parfois ajouté – des éléments sur les propriétés magiques des pierres.

  • 48  L’édition la plus accessible est celle publiée par A. Borgnet en 1890 dans les Opera omnia d’Alber (...)
  • 49  On se reportera, pour un panorama plus général de l’évolution de la minéralogie dans les encyclopé (...)

35Au Moyen Âge, cette littérature spécialisée a connu un nouveau développement, où les deux auteurs-relais les plus importants et les plus innovants furent au XIe siècle l’évêque Marbode de Rennes et au milieu du XIIIe siècle le dominicain Albert le Grand. Le premier écrivit un poème sur les pierres précieuses qui synthétise à la fois la tradition chrétienne médiévale et la tradition profane antique (principalement à travers l’Historia naturalis, le traité de Damigéron-Evax et les Étymologies), tandis que le second traite de tous les minéraux dans son De mineralibus48, un commentaire philosophique – on dirait aujourd’hui scientifique – qui ajoute à la tradition antique et médiévale l’acquis des traductions arabo-latines et de ce qu’il a pu recueillir de l’apport d’Aristote dans le domaine minéralogique49. Chez ces deux spécialistes illustres, les informations sur les pierres tirées directement, ou via des sources secondaires, des Étymologies, restent largement présentes, à l’instar de l’influence que l’œuvre a exercée depuis sa rédaction, jusqu’à son déclin au cours du XIIIe siècle.

  • 50  Cf. L. Baisier, The Lapidaire chrétien, Its Composition, Its Influence, Its Sources, Washington, 1 (...)

36Ces deux œuvres sont, chacune à leur manière, des modèles du genre des «lapidaires scientifiques», que nous privilégions dans cette contribution. Il ne sera en revanche pas question de la veine des lapidaires chrétiens. Ces derniers se fondent sur les pierres présentes dans la Bible et plus précisément sur le pectoral porté par le grand prêtre Aaron; ils visent à donner des pierres une explication symbolique ou allégorique. C’est le cas, par exemple, des portions minéralogiques des différentes versions du Physiologus ou des bestiaires latins et vernaculaires qui s’en inspirèrent, mais aussi des différentes versions du Lapidaire chrétien50.Les lapidaires qu’on peut qualifier de «scientifiques» cherchent quant à eux à apporter une information rationnelle et utilitaire sur les corps minéraux, grâce à des éléments descriptifs concernant la couleur, la forme, la ressemblance avec d’autres pierres, et l’emploi thérapeutique ou artistique potentiel du minéral. Ils puisent leur documentation dans les lapidaires antérieurs, parmi lesquels la documentation de Pline et d’Isidore tiennent une place de relais considérable.

3.1. Catalogues de pierres: les emprunts cumulés de la tradition encyclopédique aux Etymologiae

37Ci-dessous, un tableau des pierres représentées chez les lapidaristes antiques et médiévaux les plus féconds permet d’un coup d’œil de juger des emprunts d’information chez les différents lapidaristes et de comparer leur apport avec les données propres à Isidore.

38Dans les Étymologies, la matière minéralogique, qui se diversifie sous le nom de soixante-dix substances différentes, se présente de la manière suivante. Après avoir traité des sables, des poudres et de la glaise sur terre et dans l’eau, puis des pierres communes et des marbres, Isidore classe les pierres précieuses d’après leur couleur unique ou leur association de coloris, une distinction que ne font plus les lapidaristes postérieurs. En effet, à partir du XIIIe siècle, la commodité de l’ordre alphabétique prend le dessus sur tout autre classification. Viennent ensuite chez Isidore les cristaux (toujours parmi les pierres précieuses), les pierres ignées ou enflammables, et les pierres dorées. Suivent les métaux, puis un chapitre (25, De ponderibus) sur les unités de mesure, qui clôt le livre XVI. Cette section est totalement abandonnée lors de la postérité encyclopédique d’Isidore, puisque ces mesures antiques n’avaient plus de sens au Moyen Âge. À l’intérieur de ce classement général, Isidore applique diverses règles de classification. Fidèle au critère onomastique, il range les noms de pierre en fonction de leur homonymie partielle. Par exemple, cynophtalmus précède lycophtalmus, synocitide précède ananchitide, et la plupart des pierres commençant par chryso- sont rangées à la suite. Intervient également un critère logique de classement. Par exemple, les pierres qui sont présentes dans les corps des animaux sont présentées à la suite, comme chelonites (hirondelles), brontia (tortue), hyaenia (hyènes).

  • 51  Une version moins détaillée de ce tableau, limitée aux auteurs du XIIIe siècle et aux pierres cons (...)
  • 52  Ed. K. Hoffmann & T.M. Auracher, «Der Longobardische Dioskorides des Marcellus Virgilius», Romanti (...)
  • 53  Édition J. Wilcox – J.M. Riddle, «Qustâ ibn Lûqâ’s Physical Ligatures and the Recognition of the P (...)
  • 54  Pour Albert le Grand, en cas de différence avec le nom de la pierre chez Isidore, nous avons reten (...)

39Voici les œuvres figurant dans le tableau ci-dessous51: col. 1: Étymologies d’Isidore; col. 2: Marbode de Rennes, Liber lapidum; col.3: Solin, De rerum memorabilium; col. 4: Damigéron-Evax (en latin); col. 5, Dioscoride Lombard52; col. 6, Constantin l’Africain, De gradibus; col. 7, Qustâ ibn Lûqâ, De physicis ligaturis53; col. 8, De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais, col. 9, Liber de natura rerum, de Thomas de Cantimpré, col. 10: Arnold de Saxe, De floribus rerum naturalium III, I, De natura lapidum et IV, 8; col. 11: De mineralibus d’Albert le Grand54; col. 12: livres VI-VIII du Speculum naturale de Vincent de Beauvais. La croix indique que le nom de la pierre chez Isidore est conservé tel quel par ses successeurs.

40Nous ne faisons pas figurer dans le tableau les métaux et minéraux suivants représentés dans les Étymologies, car ils interviennent le plus souvent chez les différents auteurs dans des chapitres distincts des catalogues lapidaires: aes, cyprium, argentum, aurichalcum, aurum, obryzum, cadmia, electrum, ferrum, plumbum, scoria, stannum.

   

41Dans la comparaison qui précède, ce qui frappe au premier regard est une certaine communauté de documentation: excepté celles dues exclusivement à Isidore, une grande part des pierres qui font l’objet d’une notice sont communes à tous les naturalistes du XIIIe siècle, car elles sont empruntés au Liber lapidum de Marbode deRennes. On note également l’inflation de la documentation chez Vincent de Beauvais, qui cumule l’ensemble des sources d’information, provoquant, malgré sa vigilance et par respect pour ses auctoritates, une inévitable redondance dans les notices et certains doublons dans le traitement de la même substance minérale. Cette redondance est d’autant plus considérable qu’elle existe dès les premières compilations consacrées aux pierres. Les aléas de la transmission ont ainsi souvent eu pour effet qu’une même substance finisse par donner lieu à deux notices différentes – ou davantage – sous des noms déformés.

  • 55  Cf. I. Draelants, « La science encyclopédique des pierres », op. cit.

42Il est aussi notable que l’influence directe d’Isidore est absente dans le lapidaire d’Arnold de Saxe, dont l’originalité n’est plus à démontrer55. Son intention était d’exposer une documentation la plus aristotélicienne possible, en mettant à profit toutes les sources qui pouvaient livrer des bribes de la minéralogie du Stagirite, un objectif qu’Albert le Grand reprendra complètement à son compte. Cela, d’autant plus que la source essentielle du De mineralibus d’Albert, pour le deuxième traité, est précisément le catalogue alphabétique d’Arnold de Saxe, que celui-ci dit avoir composé à partir d’Aristote, d’Evax et Aaron.

43En revanche, l’adoption systématique du livre XVI des Étymologies d’Isidore de Séville au titre de source documentaire est une caractéristique de Barthélemy l’Anglais, Vincent de Beauvais et, dans une moindre mesure, de Thomas de Cantimpré. Elle justifie la présence, chez ces auteurs, de certaines pierres qui ne se trouvent pas dans les autres sources employées par les encyclopédistes: iudaicus (alors qu’il s’agit de la pierre traitée aussi sous cegolitus), syrium, sarcophagius, succinus, specularis, toutes reprises indirectement par Albert le Grand, à travers son emploi du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré. Si Vincent de Beauvais inclut ces notices également, c’est pour répéter de même les dires de Thomas. Chez Barthélemy, on peut y ajouter asyctos, argirites, astrion, asteria, amatides, cos, gemma, melitites, meroctes, marmor, petra, parius, solis, sulphur, et chez Vincent phrygius, phengites/phlegontes/flongites, cos, marmor (le marbre intervient sous divers noms dans plusieurs notices), absyctos, asterites, astrion, callaica, chrysocolla, chrysolansis, ephestis, egyptilla, emistio, hyacinthizonta, lychynes, ostracites, pedoros, pontica, sandasirus, solis, veientana, que les autres encyclopédistes n’ont pas retenues des Étymologies.

  • 56  Pline, Historia Naturalis, XXXVI, 139 et Isidore, Étymologies,XVI, 4, 19.

44La notice sur la memphites est aussi empruntée par Albert à Thomas de Cantimpré qui l’avait trouvée chez Isidore. Par ailleurs, amiantos semble isolée chez Thomas de Cantimpré, mais elle se trouve dans la materia medica de Dioscoride, chez Pline et Isidore56. Elle correspond, chez les autres encyclopédistes du XIIIe siècle, à amandinus. Il en va de même pour Iscustos, que Thomas de Cantimpré (à qui Albert emprunte la notice) emprunte à Isidore, mais qui se trouve déjà chez Dioscoride.

45La plupart de ces pierres qu’on pourrait croire empruntées seulement à Isidore figurent initialement dans la Materia medica de Dioscoride, que Barthélemy a également utilisée de première main. Vincent de Beauvais reprend aussi chez Dioscoride les corps agapis (c. 42), asius (c. 46), cynedia (c. 44), qu’il met sous le nom d’Isidore, ainsi que (ex)ebenus. Certaines notices, présentes chez Barthélemy et Thomas,ont été négligées par Vincent de Beauvais ou Albert; elles se révèlent être tirées aussi d’une version de la Materia medica de Dioscoride et concernent les pierres auripigmentum, iudaicus, memphites, samius.

  • 57 Liber de natura rerum, XIV, 49, onichinus: glosa super Leviticum (p. 365, l. 2), glosa in loco Exod (...)
  • 58  Liber de natura rerum, XIV, 45, magnes (p. 365, l. 16).
  • 59  Exemples d’emplois par Thomas de Cantimpré: Liber de natura rerum, XIV, 44 (ligurius), 68 (topasiu (...)

46Notons aussi que l’onichinus, présent seulement chez Thomas, est un doublet d’onyx, qu’Albert le Grand a éliminé. Thomas de Cantimpré avait probablement introduit onichinus parce qu’il faisait partie des XII pierres du lapidaire chrétien, dont il inclut la matière. De temps à autre, et dans les rares cas où la nouvelle nomenclature minéralogique le permet, Thomas allie à ces autorités chrétiennes des extraits de la Glose57, de saint Augustin58, et, bien sûr, de Pline59.

  • 60  Ed. «Dioscoride alphabétique»: Dioscoridis exactissimi indagatoris fidelissimique scriptoris virtu (...)
  • 61  C’est ce qu’avançait déjà pour Barthélemy L. Thorndike, A History of Magic, t.2, p. 401-403.
  • 62  Contrairement à ce que pensait L. Thorndike, A History of Magic, t. 2, p. 457.

47Une nouvelle version latine de la minéralogie de Dioscoride, effectuée fin XIe siècle, début XIIe, eut un succès considérable dans tout l’Occident. On l’appelle «Dioscoride alphabétique». On a pensé qu’elle pouvait avoir été ordonnée alphabétiquement par Constantin l’Africain, car certains ajouts sont en rapport avec ses autres traductions60. Les additions propres à cette version originaire d’un milieu monastique sont des extraits de Gargilius Martialis, du Pseudo-Apulée, de Pseudo-Oribase, d’Isidore, de Galien et d’autres auteurs. Cette version de Dioscoride inclut, dans la section minéralogique, le texte du Damigéron-Evax sur les pierres, pour les minéraux mentionnés dans la Materia medica de Dioscoride. C’est probablement devant un tel texte, mêlant Evax et Dioscoride, que Barthélemy l’Anglais61 et Arnold de Saxe se sont trouvés pour rédiger leurs catalogues de pierres. Beaucoup de manuscrits contenant le Liber lapidum de Marbode comprenaient aussi le lapidaire d’Evax-Damigéron, parfois copié en marge du texte de Marbode. Arnold de Saxe a utilisé probablement exemplaire de ce genre du De lapidibus de Marbode additionné d’extraits du Damigéron-Evax alphabétique. Ce n’est pas la même version de Dioscoride, ni de Marbode, qui a été vue par Vincent de Beauvais62.

48Certains minéraux, non représentés chez Isidore, se trouvent donc ajoutés chez les lapidaristes et encyclopédistes du XIIIe siècle, ou déjà chez Marbode de Rennes. Dans ce cas, la source de Marbode peut être Pline, ou Solin (qui rapporte Pline, comme dans le cas de peanites), ou encore Damigeron-Evax. En effet, le lapidaire de Marbode, terminé probablement en 1096, fut constitué sur la base de Pline, Solin, Bède, et surtout le livre XVI des Étymologies. Par ailleurs, pour expliquer certaines similitudes avec ce qu’on a gardé du lapidaire d’Aristote, on a dit que Marbode avait utilisé une traduction latine du De physicis ligaturis de Qustâ ibn Lûqâ, qu’il aurait pu consulter dans une copie anonyme peu après sa traduction en latin. Quoi qu’il en soit, la source essentielle de Marbode est le Damigéron-Evax latin, qui transmet une matière analogue à la matière présumée du De lapidibus d’Aristote.

  • 63  A. Beccaria, I codici di medicina del periodo presalernitano, Roma, 1956, p. 152-56.

49Il existait aussi, à l’époque de Marbode au plus tard, des lapidaires qui mêlaient au texte de Damigéron-Evax, sur les propriétés des pierres, les descriptions tirées des Étymologies d’Isidore. En témoigne, entre autres, le manuscrit Paris, B.n.F. lat. 7028, du XIe siècle, originaire de Saint-Hilaire de Poitiers. Il contient ces extraits, enchâssés dans une copie des Dunamidia pseudo-galéniques63.

  • 64  J. Pitra, Analecta Sacra, t. 2, Tusculum, 1884, p. 641 sq.
  • 65  Ed. H. Boese, op. cit., p. 367.

50D’autres textes sur les pierres, moins connus et moins répandus, ont également contribué à enrichir la matière minéralogique. C’est le cas de l’Epistola regis Aegypti ad imperatorem Octavianum, éditée par J.Pitra64. Connue des médecins salernitains au XIIe siècle, elle est copiée dans notamment le manuscrit Cava, Archivio e Bibl. della Badia3, qui contient le De temporibus de Bède, des extraits d’Isidore sur les gemmes, suivis du texte latin du lapidaire de Damigéron-Evax. Ce texte a servi à Thomas de Cantimpré, dans la deuxième version du De lapidibus compris dans le Liber de natura rerum, à propos du pyrophilus65:

Pyrophilos lapis est pretiosissimus, ut narrat scriptura Esculapii philosophi ad Octauianum Augustum missa. Dicit enim:Cor hominis ueneno perempti non potest

Par la suite, cette notice a été empruntée par Albert le Grand à Thomas de Cantimpré.

  • 66  Ces deux sources sont également présentes dans le De floribus rerum naturalium d’Arnold de Saxe, m (...)
  • 67  Ce minéral a un nom emprunté à l’allemand; il est probable que Barthélemy rapporte une connaissanc (...)

51Barthélemy l’Anglais semble, comme Vincent de Beauvais, animé par une volonté d’exhaustivité. En effet, près de quarante substances supplémentaires se trouvent dans son catalogue alphabétique par rapport à celui de ses contemporains. Il s’agit de métaux ou de substances utiles à l’alchimie, que Barthélemy a trouvées la plupart du temps chez Avicenne (De congelatione et conglutinatione lapidum, c’est-à-dire ce qui est transmis comme le livre IV des Météorologiques d’Aristote) ou dans un Liber alchemie attribué à Hermès66. Il dit cependant avoir trouvé certaines pierres chez Isidore de Séville, dont il dépend davantage que les autres encyclopédistes en cette matière. Voici la liste de ces trente-neuf minéraux, où nous rendons en caractères droits ce que Barthélemy dit devoir à Isidore, même si certaines de ces notices ne se trouvent que dans la Materia medica de Dioscoride: Arena, c. 1; Argella, c. 2; Aurum, c. 4; Aurichalcum, c. 5; Argentum, c. 7; Argentum vivum, c. 8; Asyctos, c. 13; Argirites, c. 15; Astrion, c. 16; Asteria, c. 18; Amatides, c. 19; Bitumen, c. 20; Calculus, c. 22; Cos, c. 23; Calx, c. 24; Camentum, c. 25, es, c. 37, Electrum, c. 38, Ferrum, c. 45; Ferrugo, c. 46; Gleba, c. 47; Gemma, c. 48; Melitites, c. 64; Myrrhite, c. 66; Meroctes, c. 68; Marmor, c. 69; Petra, c. 75; Parius, c. 76; Plumbum, c. 81; Pulvis, c. 82; Rosten/reiben67c. 86; Solis gemma, c. 91; Stannum, c. 93; Sulphur, c. 94; Sal, c. 95; Terra sigillata, c. 98; Tartarum, c. 99; Vitrum, c. 100, Idachites, c. 101 [doublet pour enhydros].

52Les sources de Barthélemy sont donc nombreuses. À Pline et Isidore s’ajoutent Marbode et Dioscoride en plusieurs versions pour ce dernier, ainsi que les traités médicaux de Platearius et Constantin, et, nous l’avons dit, l’alchimie d’Avicenne et d’Hermès, mais aussi la jeune traduction des Météorologiques d’Aristote. Les Pères de l’Église ne sont pas oubliés, Augustin et Grégoire en particulier. Sur toutes ces autorités, les Étymologies d’Isidore dominent. Barthélemy devait disposer sans doute d’un exemplaire complet des Étymologies, car il prend soin de donner les références précises aux livres et aux chapitres de cet ouvrage. Cette source est suivie de près par le Liber lapidum de Marbode cité souvent en vers, avec la référence «in lapidario», sans nom d’auteur. Sous ce même marqueur apparaissent parfois des passages en prose, ce qui prouve que Barthélemy se trouvait devant un texte composite du Liber lapidum.

53L’exemple suivant illustre le constat du rôle de source centrale du Liber lapidum de Marbode, complété chez Barthélemy par la référence redondante à Isidore et à Dioscoride:

  • 68  Cette dernière phrase est un ajout dans le texte de Marbode, propre à la famille des manuscrits.

Arnold de Saxe,

DFRN III, I, 72

Barthélemy l’Anglais,

DPR, XVI, c. 89, p. 762

Sardius gemma est rubei coloris et clari. Et sunt quinque species, sed hec utilior est aliis. Transmittitur a Sardis. Hic accendit gaudium, et pellit timorem. Audaces reddit, et acuit mentem. Et eo presente onyx lapis non nocet68.

Sarda ex gemma rubei coloris, […] eo quod Sardibus primitus est reperta, ut dicit Isidorus et glossa super Apoc. […] Dicit tamen Dios. quod praeter illam virtutem habet sarda longe plures. Sunt enim species eius quinque inter quas ille est utilior qui transmittitur a Sardibus, et valet, quia accendit gaudium et repellit timorem, audaces reddit et acuit mentem, et ipso praesente, non nocet onyx. Dicit etiam quod Sarda totaliter sanguinei coloris gestantem se ab incantationibus et maleficiis tueatur.

   

54Barthélemy distingue clairement le texte dioscoridien du lapidaire d’Isidore et de Marbode, car il juxtapose parfois l’opinion de l’un et de l’autre, comme dans la notice sur le corail, où l’on reconnaît la source commune chez Arnold de Saxe:

A.S., DFRN III, I, 19

B.A., DPR, XVI, c. 33, p. 732

Corallus lapis est, due sunt species rufus et albus. Est sicut ramusculus, trahitur a mari, valet contra quemlibet fluxum sanguinis et epylenciam et contra uana monstra collo suspensus et demoniaca et fulmina et contra tempestates et grandines. Et aspersus fructus multiplicat, et expedit principia et fines negotiorum.

Coralium nascitur in mari rubro, et quandium tegitur aquis, […] ut dicit Isidorus capit. de rubris gemmis. Et sequitur ibidem, quantum apud nos preciosa est Indica margarita, tanto preciosior est coralium apud Indos. Hoc magi dicunt resistere contra fulmen. Isidorus. Idem dicitur in lapidario.[= Liber lapidum, Marbode]
Ipsius est, ut ait Zoroastes, mira postestas./ Fulmina,riphones, tempestatesque repellit /… A quocunque geratur./
Est autem duplex, albus et rufus, et nunquam ultra semipedem longior inuenitur. Rufus maxime valet contra omnem fluxum sanguinis, contra epilepsiam et contra diabolica et uaria monstra, multiplicat fructus et expedit fines et principia negociorum.

   

  • 69  Il subsiste au moins vingt-cinq exemplaires manuscrits du Naturale. Les deux qui conservent la ver (...)
  • 70  I. Draelants, «La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle»,(op. cit.), annexes.

55Les choses sont différentes pour le Speculum naturale. Dans le tableau comparatif général ci-dessus, la liste de minéraux du Speculum naturale se fonde sur les deux versions, bifaria (avant 1244)et trifaria (c. 1259) du Speculum maius. La version du Speculum naturale appelée bifaria est parfaitement contemporaine du travail de documentation mené par Barthélemy l’Anglais, Thomas de Cantimpré et Arnold de Saxe. Elle a mis à profit une documentation collectée dans des bibliothèques du nord de la France. Il ne subsiste à l’heure actuelle que deux manuscrits incomplets de cet texte du naturale69, qui donnent à connaître la table des matières des treize premiers livres, la description du contenu du total des trente livres, et le texte des livres I à VIII. Ce premier speculum naturale développe l’histoire naturelle d’après le récit de la Genèse, la description des propriétés des choses, la chute de l’homme et le péché, pour terminer par les sciences, les arts et les vertus comme moyens de salut. La tradition manuscrite a heureusement conservé le chapitre concernant les pierres de cette première version du Speculum naturale. Nous en avons publié ailleurs les rubriques et la liste des sources pour les livres consacrés aux pierres70, c’est pourquoi n’insisterons ici que sur la contribution de la documentation isidorienne dans ce premier état du Speculum naturale.

  • 71  La table des matières de ce livre se trouve aux f. 8r-v du manuscrit Bruxelles, B.R., 18465: Quint (...)

56La description de la terre et du règne minéral intervient, dans ce Speculum naturale primitif, au livre V, qui concerne l’œuvre du troisième jour (la terre)71. Ce livre compte 133 chapitres, où les chapitres 78 à 123 sont consacrés à des substances métalliques et minérales particulières. Le premier préfigure tous les autres: De hiis que continentur in visceribus terre. Il est précédé de développements sur l’eau comme élément et d’exposés sur les aluns et sels considérés comme minéraux, ainsi que de chapitres sur le quatrième élément, la terre. Ce sont les chapitres 78 à 123 qui connaîtront un développement très important dans la version trifaria, avec l’apport important des lapidaires alphabétiques d’Arnold de Saxe et de Thomas de Cantimpré. La matière de ces chapitres, modifiée dans l’exposition, prendra ainsi place aux livres VI, VII et VIII du nouveau Speculum naturale, où seront traitées les substances issues de l’eau et de la terre, selon un schéma tripartite: minerae (minéraux, aluns, VI) – metalla (VII) – lapides (pierres et cailloux, VIII).

57La documentation de cette version bifaria du livre des pierres partage la même tradition de science naturelle héritière de Pline, Augustin, Solin et Isidore que celle observée chez Thomas de Cantimpré et Barthélemy l’Anglais. Les livres XVI et XIX des Étymologies y sont extensivement mis à profit, Pline intervient de temps à autre, Solin est plus fréquent et il est complété si nécessaire par le Physiologus, cet ancêtre célébrissime des bestiaires médiévaux. D’Augustin, Vincent de Beauvais a emprunté (au c. 104) une grande partie du passage de la Cité de Dieu (livre 21)sur l’aimant, qu’il reprendra dans la version trifaria. Quant au Dyascorides utilisé dans la version bifaria, iln’intervient pas seulement dans le livre des pierres, mais aussi régulièrement à propos des plantes (bifaria, livre VI; trifaria, livres IX et X dans l’édition de Douai); selon toute apparence, il s’agit du texte de pharmacopée de la Materia medica, et non d’un lapidaire formé d’extraits de Dioscoride mêlés éventuellement à ceux d’Evax-Damigéron, comme c’est le cas chez Barthélemy et chez Arnold de Saxe. Les sources plus récentes sont Platearius, De simplici medicina, le Canon d’Avicenne, le traité in Almansorem de Rhazès, le De gradibus de Constantin. La plupart de ces extraits seront conservés dans la version ultérieure du Naturale.

  • 72  Voir l’annexe de l’article cité plus haut, La science encyclopédique des pierres.

58Les marqueurs et les pierres traités dans les chapitres 101 à 123 du livre X, qui se consacrent à des pierres en particulier plutôt qu’à des exposés généraux ou à des métaux72, signalent précisément les livres ou les chapitres de l’œuvre dont les extraits sont tirés, en tout cas lorsqu’il s’agit d’Isidore, de Pline et de la Chronique d’Hélinand de Froidmont. Sur ces vingt-deux chapitres, comptant quatre-vingt-dix-huit marqueurs, Isidore est nommé trente-cinq fois (auxquelles il faut ajouter six marqueurs à restituer), c’est-à-dire qu’il occupe quarante pour cent de la documentation. En outre, le chapitre 108, tiré du passage d’Isidore sur les pierres précieuses, a été recomposé à partir d’un originale d’Isidore avant d’être réparti en trois chapitres (29, 32, 33) dans la version trifaria.

59Il faut noter également que Vincent de Beauvais, dans cette première version du Speculum naturale, ne fait pas usage de première main du principal traité qu’on s’attendrait à trouver sous une telle rubrique, à savoir le lapidaire de Marbode de Rennes – quelle qu’en soit la version, interpolée ou non –, sur lequel se fondent ses contemporains encyclopédistes; il l’ignore sans doute encore à ce stade de la rédaction.

  • 73  Liber apologeticus, c. 18: Fateor ex mea parte meo iudicio professionis et intencionis mee modum e (...)

60En revanche, dans la version trifaria conservée dans l’édition de Douai de 1624, le catalogue alphabétique des pierres ne commence qu’au chapitre 36 du livre VIII, entièrement consacré aux minéraux: dicto de gemmis in generali, nunc restat dicendum de singulis secundum ordinem alphabeti. Vincent de Beauvais n’en consacre pas moins plusieurs notices, dans celles qui précèdent, à des pierres aux propriétés spectaculaires (l’aimant naturel), dont il reparlera ensuite; il s’y intéresse aussi à des substances trouvées dans une documentation qui ne lui servira plus beaucoup dans le catalogue alphabétique des pierres. Les chapitres 1 à 36 s’intéressent ainsi à des corps comme la chaux, le tuf, la silice, le marbre ou le sable, qui sont intégrés systématiquement dans le catalogue chez Barthélemy, mais qui se trouvent dans des chapitres spécifiques chez Albert le Grand. La matière qu’on trouvait au livre V dans la version bifaria se trouve distribuée en trois livres:VI. De terra nudatione ac de huius elementi natura, VII. De corporibus quae continentur in terrae visceribus, VIII. De lapidibus. Cette inflation correspond à un développement exagéré de l’œuvre du troisième jour, que Vincent de Beauvais confessait déjà dans la version du Liber apologeticus qui précède le Speculum naturale (bifaria)dans le manuscrit de Saint-Martin de Tournai73. En effet, dans la version bifaria, un seul livre est consacré à l’œuvre des autres jours, tandis que l’œuvre du troisième jour, qui concerne la terre, avait déjà occupé trois livres (qui deviendront dix dans la version trifaria). Sauf à perdre toute adéquation à l’esprit du temps, il n’était plus possible pour Vincent de Beauvais de rédiger en 1256 une somme du savoir sans consacrer cet espace élargi à l’étude de la nature.

61Dans le catalogue alphabétique des pierres, ce sont les encyclopédistes qui deviennent les autorités principales: Solin, Thomas, Arnold, mais aussi Isidore et Pline, qui sont relus et plus largement cités que dans la version précédente. Des citations des Météorologiques d’Aristote et du pseudépigraphique De vegetabilibus s’ajoutent à ce matériel, ainsi que des extraits des Aluns et sels de Rhazès. Cependant, l’apport principal du livre VIII est le Liber lapidum de Marbode, dont les vers illustrent chacune des notices du calatogue alphabétique sous le marqueur in lapidario, utilisé pour un même contenu chez Barthélemy l’Anglais.

  • 74  Nous avons publié les notices sur les pierres d’Hélinand dans les annexes à l’article La science e (...)
  • 75  R. Halleux, éditeur du lapidaire de Damigéron-Evax, a montré que certains témoins manuscrits entre (...)
  • 76  Cf. I. Draelants, «Le dossier des livres sur les animaux et les plantes de Iorach: tradition occid (...)
  • 77  Chronicon, Livre X,54; ms. Città del Vaticano, B.A.V., Regin. lat. 535f. 246a: X, c. 55. De tribus (...)

62Il faut signaler par ailleurs l’existence, dès la version bifaria du Speculum naturale, d’une source de documentation importante, mise à contribution sans toujours le signaler dans les chapitres sur les pierres (Vincent de Beauvais préférant donner comme marqueur de citation celui que sa source elle-même donnait, «sautant» ainsi l’indice d’une médiation dans la transmission). Il s’agit du Chronicon du trouvère puis moine cistercien Hélinand de Froidmont, resté en grande partie inédit. Il fut rédigé vers 1211-1223. À l’occasion d’un exposé sur le pectoral d’Aaron au chapitre X, Hélinand consacre trois chapitres (55, 56, 57) à chacun des rangs de pierres qui l’ornent: De tribus lapidibus primi ordinis in rationali – De tribus secundi – De tribus tercii. Neuf pierres seulement rentrent donc en ligne de compte74.Sa documentation, à en juger par les marqueurs, est très variée: elle s’alimente à l’Exode, à Théophraste, Simmaque, Flavius Josèphe, Virgile, Fulgence, Pline, Solin, Isidore, Raban Maur, mais aussi au Lapidarium, qui n’est autre que le lapidaire de Marbode. Un marqueur Evax rex Arabum induit la question de savoir s’il s’agit de Marbode ou bien du lapidaire extrapolé d’Evax-Damigéron. Il nous semble qu’il s’agit du second, pour autant qu’on puisse en juger par la courte notice offerte. Il n’est donc pas exclu qu’Hélinand ait disposé d’un lapidaire composite reprenant les dires de plusieurs lapidaristes, dont Théophraste75, comme le laisse croire la phrase suivante: Et in lapidario scriptum est Theofrastum de natura eius scripsisse quos tantum omnes auctores non dubium est Iheronimum legisse. D’autres petites notices sur les pierres interviennent à d’autres endroits dans le livre X du Chronicon. Elles rapportent les dires de Jérôme, Pline, Cicéron et Macer (c’est-à-dire l’herbier de Macer floridus, un texte contemporain de Marbode de Rennes). Il nous paraît aussi que sous la variété des marqueurs se cache un intermédiaire principal: Pline, qui transmet lui aussi les informations de Théophraste et Simmaque, mais également celles de «Iuba», cet écrivain antique, naturaliste, qui réapparaît transformé sous le nom de Iorach chez Arnold de Saxe76. Chez Hélinand, Isidore apparaît une seule fois invoqué à propos des pierres, à propos de la topaze et de l’émeraude77. Il ne constitue donc pas pour Hélinand une source de référence pour les pierres.

63Enfin, vers 1200-1210 également, un précoce encyclopédiste brittanique, Alexandre Nequam, avait déjà consacré quelques chapitres à la matière minérale dans un environnement documentaire assez semblable à celui des sources de Thomas de Cantimpré, quoique moins diversifié et à peu de choses près sans introduction de sources gréco-latines ou arabo-latines en traduction. Parmi les sources essentielles du De naturis rerum d’Alexandre Nequam, les Étymologies avaient déjà leur place. L’auteur a rassemblés ses informations sur la nature à partir de Pline, Solin, Solin, Cassiodore et Isidore de Séville, mais il emprunte aussi, sans les nommer, à Aristote et à Dioscoride, non sans ajouter des commentaires et anecdotes personnelles. Pline, Solin et Isidore sont aussi les sources de sa description des minéraux aux chapitres 50 et 51, celle des métaux aux chapitres 52 à 55 et celle des pierres aux chapitres 85 à 98. Ces chapitres interviennent à l’intérieur de la description de l’élément terre, au livre II, où sont traités les minéraux suivants: 50. De carbone, 51. De calce, 52. De metallis, 53. De auro, 54. De ferro, 55. De vivo argento, 85. De lapidibus achate et medicon, 86. De asbesto, 87. De chelidonio, 88. De magnete, 89. De lapide qui allectorio dicitur, 90. De beryllo, 91. De smaragdo, 92. De adamante, 93. Idem de adamante, 94. De adamante et magnete, 95. De galactite, 96, De crystallo, 97. De gagate. Le dernier chapitre traite de la vertu d’attraction.

  • 78  De laudibus divinae sapientiae, éd. Th. Wright, p. 503: Hic artes didici docuique fideliter, inde (...)
  • 79  Cf. A. Birkenmajer, «Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristot (...)

64Alexandre Nequam ne semble avoir utilisé ni un lapidaire chrétien, ni le Liber lapidum en vers de Marbode. La notice sur l’asbeste provient d’Isidore. Celles concernant l’aimant, la magnétite, la galactite, le cristal et l’agate sont inspirées en grande partie des Collectanea rerum memorabilium de Solin. Une comparaison trahit aussi une influence de la Materia medica de Dioscoride, pour achates et medicon, qui n’est autre que le medus chez les autres encyclopédistes, comme pour la chélidoine, l’alectoire et le béryl. Cet usage du lapidaire inclus dans la très célèbre pharmacopée de Dioscoride n’est pas étonnant dans la mesure où il est avéré qu’Alexandre Nequam, probablement formé comme médecin – d’après son propre témoignage78 – a eu également des contacts avec la médecine salernitaine79.

3.2. L’exemple de l’aimant

65L’influence des Étymologies à travers le temps et le cumul systématique de la compilation encyclopédique peut aussi être observée grâce à l’exemple de l’aimant, un minéral traité chez tous les encyclopédistes, de manières diverses, en raison de sa fascinante vertu attractive. L’information d’Isidore à ce propos prolonge celle apportée par Pline l’Ancien et se pérennise chez la plupart des encyclopédistes du XIIIe siècle. Ci-dessous, nous proposons un tableau comparatif des informations sur l’aimant et la magnétite chez les encyclopédistes, en rapport avec l’origine de leurs données.

66Vincent de Beauvais consacre dans son Speculum naturale plusieurs notices au diamant et à l’aimant. Dans le tableau ci-dessous, nous n’incluons pas les passages qu’il a tirés textuellement du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré et du Liber Lapidum en vers de Marbode, ni les extraits de Pline l’Ancien, Naturalis historia, ou des Étymologies d’Isidore de Séville identifiés nommément par un marqueur de référence. Arnold de Saxe, en dehors de son catalogue alphabétique des pierres (partie III du De floribus rerum naturalium), ajoute au chapitre 8 de la quatrième partie des propriétés liées à l’attraction qu’il a trouvées chez Aristote. Ces informations ont ensuite été incorporées par Vincent de Beauvais et par Albert le Grand dans les notices de leur lapidaire alphabétique, mais nous ne les incluons pas dans le tableau qui suit. La présence d’Arnold de Saxe dans ce tableau ne se justifie pas par des citations explicites d’Isidore, exclues dans son œuvre puisqu’il avait décidé de ne citer que les philosophi moderni. Cependant, bien qu’Arnold ait négligé nombre d’auteurs vénérables, il faut noter que des informations de Pline et d’Isidore ont traversé le temps pour se retrouver dans son texte, par l’intermédiaire de l’utilisation d’une version de Marbode. De la même manière, s’y est immiscé le lapidaire de Damigéron-Evax.

  • 80  Nous n’avons fait figurer que les autorités susceptibles d’avoir été utilisées par les encyclopédi (...)
  • 81  Albert le Grand ajoute que le procédé fonctionne mieux encore si le bouc a ingéré du vin, du petro (...)
  • 82  Les métaux sont l’or, l’argent ou le «chalybe» (acier) chez Albert le Grand.

Propriétés

adamas

et autorités chez qui on les trouve80

diamant

magnétite

Ne se trouve que dans une quantité plus petite qu’une noisette (Solin, Isidore, Marbode)

TC, XIV, 4

Est très dur (Isidore, Marbode)

TC, XIV, 4 ; AG, Min. II, II, 1

A la couleur du cristal (Marbode)

TC, XIV, 4 ; AG, Min. II, II, 1

A une couleur plus sombre que le cristal (Marbode, pour une deuxième espèce)

AS, III, I, 3 ; VB, VIII,39

Ne peut être « vaincu » par le fer (ni par le feu) (Isidore, Solin, Marbode),
mais se rompt sous l’action (du vinaigre et) du sang (et de la chair) de bouc (Pline, Solin, Isidore)81

AN, 92 ; TC, XIV, 4 ; AG, II, II, 1

AS, III, I, 3 ; VB VIII, 39

est supérieur aux autres pierres venues d’Inde (Solin)

AN, 93

se trouve sur les rives cristallines de l’Inde

TC, XIV, 4

convient aux lymphatiques/lunatiques, (Pline/Solin)

AN, 93

et aux possédés

TC, XIV, 4

résiste au poison (Solin, Dioscoride, Marbode)

AN, 93 ; TC, XIV, 4 ; AS, III, I, 3 ; VB VIII, 39

Se trouve en plus grande quantité (qu’une noisette)

TC, XIV, 4 ; AS III, I, 3, AG, II, II, 1

Vient d’Arabie, de Chypre et de Ferrare (Solin, Marbode)

TC, XIV, 4 ; AS III, I, 3 ; AG, II, II, 1

Pénètre le plomb, le fer

AG, II, II, 1

AS III, I, cit 3

Entame les pierres précieuses

TC, XIV, 4 ; AG, II, II, 1

AS III, I, 3 ;VB VIII, 39

Porté à l’avant-bras gauche,
dans l’or, le fer ou l’argent, garantit contre les ennemis, la maladie, les (bêtes/hôtes) insoumi(se)s, les rixes, les querelles
sa force est plus grande s’il est enchâssé dans l’or ou le fer (Dioscoride, BA, Marbode)

AG, II, II, 182

TC, XIV, 4
BA, XVI, 9

TC, XIV, 4 ; VB, VIII, 39
AS, III, I, 3 ;


BA, XVI, 9

   

  • 83  Cette attribution est donnée par Vincent de Beauvais. Nous pensons qu’il l’a tirée du De gradibus (...)

Propriétés

Magnes

Augmente la grâce et la persuasion et la faculté de discerner (Diosc. BA, Marbode)

AS, III, I, 53, BA XVI, 43

Broyé et mêlé à du lait, soigne l’hydropisie (*Dioscoride : VB, BA, Marbode) ainsi que la mélancolie et l’alopécie (Platearius, De simplici medicina : VB)

TC, XIV, 45 ; AG, II, II, 11 ; VB, VIII, 21
AS, III, I, 53 ; VB, VIII, 21 ; BA XVI, 43

En poudre, soigne les brûlures (*Dioscoride, Marbode)

TC, XIV, 45 ; VB VIII, 21

Se trouve chez les Troglodytes et en Inde (*Dioscoride VB, Isidore, Marbode)

TC, XIV, 45 ; AS, III, I, 53 ; AG, II, II, 11 ; VB, VIII, 21 ; BA, XVI, 43

Se trouve en mer d’Inde, où il est difficile de naviguer avec des bateaux munis de clous (Galien, De lapidibus ?83)

VB, VIII, 21 ; AG, II, II, 11

Attire le verre comme le fer

TC, XIV, 45

   

  • 84  Non trahit autem ferrum, eo quod sit proprius locus generationis eius, ut quidam mendose dixerunt.

diamant

magnétite

aimant

Eloigne les craintes (Pline/Solin) /
rêves vains /fantômes / incubes (Dioscoride, Marbode)

AN, 93 ;

TC, XIV, 4 ; AS, III, I, cit. 3 ; VB, VIII, 39

AG, II, II, 11

Posé sur lui, empêche que le magnes n’attire le fer (Isidore, Marbode)
Soustrait le fer à l’attraction du « magnes » (Isidore, Marbode)

AN, 94 ; AS, III, I, cit. 3 ; AG, II, II, 1 ; VB, VIII, 39
AN, 94 ; TC, XIV, 4 ; AG, II, II, 1

AG, II, II, 11

Il attire le fer (Dioscoride, Marbode)

n’attire pas le fer84 : AG, II, II, 1

AN, 98 ; TC, XIV, 4 ; AS, III, I, 3 ; VB VIII, 39

AN, 98 ; TC, XIV, 45 ; AS, III, I, 53 ; AG, II, II, 11

Frottée à lui, une aiguille (de fer) s’aimante
et s’oriente au nord

TC, XIV, 4

AG, II, II, 11

AN, 98

Est favorable aux actes magiques (Isidore, Marbode)

TC, XIV, 4

TC, XIV, 45

A une couleur de fer/brillante (Isidore, Marbode)

TC, XIV, 4 ; AS, III, I, 3 ; VB, VIII, 39

TC, XIV, 45 ; AS, III, I, 53 ; AG, II, II, 11 ; BA, XVI, 43

Identifie l’épouse adultère si on la pose sous/sur sa tête pendant son sommeil (Dioscoride BA, Marbode)

BA, XVI, 9

AN, 88 ; TC, XIV, 45 ; AG, II, II, 1 ; BA XVI, 9

(ré)concilie les maris et les épouses (Dioscoride BA, Marbode)

BA, XVI, 9

TC, XIV, 45 ; AS, III, I, 53 ; BA XVI, 43

Posé en lamelles sur des charbons aux quatre coins de la maison, éloigne les habitants, drogués par la fumée, et la rend disponible aux voleurs (*Diosc. VB-BA, Marbode)

TC, XIV, 45 ; AS, III, I, 53 ; AG, II, II, 11 ; BA XVI, 43 ; VB VIII, 21

   

67Les informations d’Isidore sur l’aimant et le magnes apparaissent donc fondues dans une documentation qui s’est accumulées en couches successives, tout en puisant continûment aux sources anciennes.

4. Pour conclure sur la pérennité des Étymologies

68Isidore, déjà réduit à son rôle d’auteur des Étymologies, a vu, dans les encyclopédies naturelles du début du XIIIesiècle, l’intérêt pour son œuvre se concentrer sur son apport dans le domaine de la connaissance de la nature. Mais même en cette matière, sa réception a évolué vers une diminution notable en faveur d’autres sources. Les Étymologies restent néanmoins une référence pour les naturalistes, mais à des titres divers: chez Vincent de Beauvais, dans la préoccupation de n’omettre aucune autorité. Chez Albert le Grand, commentateur philosophique plutôt qu’encyclopédiste, la matière isidorienne n’apparaît que dans les cas où, pour une information précise, elle a été transmise par des auteurs postérieurs dont les dires sont moins certains ou criticables ; si l’information d’Isidore ne lui paraît pas présente ailleurs, Albert continue de s’y référer. Alexandre Nequam, Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais reviennent encore de première main aux Étymologies avant 1240, c’est-à-dire à l’époque de la première version (terminée en 1244) du Speculum maius, où la proportion des extraits d’Isidore est encore très importante. Dans certains chapitres sur la mer, par exemple, un quart de l’information du Speculum naturale est tirée des Étymologies; dans celui des minéraux, c’est quarante pour cent de la documentation qui leur est encore empruntée. Plus de la moitié du texte des Étymologies est utilisée dans l’ensemble du Speculum. En revanche, dans la réécriture terminée en 1259, quand le naturale éclate en naturale et doctrinale, avec les extraits ajoutés d’auteurs «modernes», les Étymologies ne représentent plus qu’un dixième de l’information dans ces mêmes chapitres.

69à travers les couches de sédimentation encyclopédique, l’autorité d’Isidore reste visible pendant des siècles dans les œuvres naturalistes souvent motivées par le souci de mener un travail de recherche et d’étude «utile» aux contemporains, comme les encyclopédies franciscaines et dominicaines de la première moitié du XIIIe siècle. Cependant, sa documentation décline dans l’ensemble par rapport aux connaissances nouvelles que représentent les traductions d’œuvres d’Aristote et d’Avicenne, Albumasar, le De plantis d’Aristote, les Questiones naturales d’Adélard de Bath, la philosophia mundi de Guillaume de Conches, etc. Chez les encyclopédistes davantage orientés vers la science aristotélicienne, comme Arnold de Saxe, ce sont les philosophi moderni qui s’installent aux dépens d’Isidore et de Pline, et les Étymologies ne subsistent même plus comme la nécessaire référence à un modèle encyclopédique et naturaliste antérieur. Ce mouvement accompagne celui de l’enseignement universitaire, où les textes et commentaires sur les textes philosophiques et scientifiques nouvellement traduits forment un programme inédit par rapport à l’ancien quadrivium.

70Par ailleurs, dans la plupart des lapidaires médiévaux jusque 1230 environ, tant que l’enquête sur la nature des compilateurs reste livresque, les Étymologies d’Isidore continuent d’être un répertoire naturaliste de référence, une source obligée. Cela, même quand d’autres textes qui l’ont déjà exploité, comme le Liber lapidum de Marbode de Rennes, sont utilisés comme source à part entière ou lorsque des œuvres traduites de l’arabe transmettent la Météorologie ou des bribes de la minéralogie d’Aristote chez les nouveaux travaux naturalistes du XIIIe siècle. En revanche, Isidore n’est plus une source directe au moment du renouvellement de la connaissance des pierres qui démarre avec le De natura lapidum d’Arnold de Saxe (1230-40), et a fortiori dans le De mineralibus d’Albert le Grand (1245-63) qui s’en inspire très largement, revendique la méthode et l’information aristotéliciennes, et ajoute à des sources livresques traditionnelles et nouvelles l’apport de son observation et de son expérience.

71Dans cette étude, nous nous sommes arrêtée en particulier sur la production didactique de la période la plus riche en encyclopédies latines: les deux premiers tiers du XIIIe siècle. Au-delà de cette période, la postérité encyclopédique d’Isidore prend divers chemins, que ce soit via la réutilisation de ces encyclopédies du XIIIe siècle dans d’autres compilations encyclopédiques latines, ou dans leurs traductions adaptées en langues vulgaires, où le recours de première main de la documentation d’Isidore se poursuit néanmoins discrètement jusqu’au XVIIIe siècle.

Notes

1  Voir E.M. Jonsson, «Le sens du titre Speculum aux XIIe et XIIIe siècles et son utilisation par Vincent de Beauvais», Vincent de Beauvais: Intentions et réceptions d’une œuvre encyclopédique au Moyen Âge. Actes du XIVe colloque de l’Institut d’Études Médiévales, organisé conjointement par l’atelier Vincent de Beauvais (A.R.Te.M., Univ. de Nancy II) et l’Institut d’Études médiévales (Université de Montréal), 27-30 avril 1988, éd. M. Paulmier-Foucart, S. Lusignan, A. Nadeau, Saint-Laurent– Paris, 1990, p. 11-32.

2  Isidorus Hispalensis, De natura rerum, édition J. Fontaine, Bordeaux, 1960.

3  Rabanus Maurus, De universo libri XXII, édition Patrologia latina, t.111, col.13-614. Une nouvelle édition est en préparation par William Schipper pour le Corpus Christianorum; le texte provisoire est accessible sur www.mun.ca/rabanus/.

4  Édition M. Müller, Die Quaestiones naturales des Adelardus von Bath, Münster, 1934 (Beiträge zur Geschichte des Philosophie und Theologie des Mittelalters, 31/2) et Adelard of Bath, Conversations with my Nephew: On the Same and the Different, Questions on Natural Science, and on Birds, éd. C. Burnett, I. Ronca, P. Mantas España, B. Van den Abeele, Cambridge, 1998.

5  Édition Th. Wright, Alexander Neckam, De rerum natura, London, 1863 (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores, 34), p. 1-354.

6  Liber de naturis inferiorum et superiorum, Ed. K. Sudhoff, Archiv für Geschichte der Mathematik, der Naturwissenchaften und der Technik, 8 (1917).

7  Édition H. Boese, Liber de natura rerum, Teil I: Texte, Berlin-New York, 1973. L’apparat critique n’a jamais paru.

8 Liber de proprietatibus rerum excerptus ex multis auctoribus ou Liber de naturis rerum abreviatusou Summa de natura et proprietatibus rerum animatarum et inanimatarum. Cf. D.Abramov, «Die moralisierende Enzyklopädie Liber de naturis rerum von Pseudo-John Folsham», Die Enzyklopädie im Wandel vom Hochmittelalter bis zur frühen Neuzeit. Akten des Kolloquiums des Projekts D im SFB 231 (29.11.-1.12.1996),hrsg. Chr. Meier-Staubach, München, 2002 (Münstersche Mittelalter-Schriften,78), p. 123-54.

9  Il existe plusieurs éditions critiques, dont W.M. Lindsay, Etymologiarum sive originum libri XX, Oxford, 2e éd., 1957, et l’édition en cours aux Belles-Lettres (Auteurs latins du Moyen Âge), Paris, 1989 pour le livre XII par J. André, 2004 pour le livre XIII par G.Gasparotto, 1981 pour le livre XVII par J. André et 1995 pour le livre XIX par M.Rodriguez-Pantoja Márquez.

10  L’édition de référence reste, pour la plupart des livres, Bartholomaeus Anglicus, De genuinis rerum coelestium, terrestrium et inferarum proprietatibus libri XVIII,… procurante Georgio Bartholdo Pontano a Braitenberg, Frankfurt, apud W. Richterum, 1601 (éd. anast. Minerva GmbH, Frankfurt a.M., 1964), mais une édition critique complète est en cours chez Brepols, s. dir. H. Meyer, B.Van den Abeele et I. Ventura (coord.): Bartholomaeus Anglicus De proprietatibus rerum, vol. I, Prohemium [éd. H. Meyer], Libri I-IV [éd. l. I, M.W. Twomey, l.II, B. Roling, l. III-IV, R.J. Long], Turnhout, 2007 (De diversis artibus, 78, N.S. 41); I.Ventura, Bartholomaeus Anglicus De proprietatibus rerum, vol. VI, Liber XVII, Turnhout 2007 (De diversis artibus 79, N.S. 42).

11  Cf. B. Ribémont, De natura rerum. Études sur les encyclopédies médiévales, 1995 (Sapience).

12  Cf. I. Draelants, «La science naturelle et ses sources chez Barthélemy l’Anglais et les encyclopédistes contemporains», Bartholomäus Anglicus, De proprietatibus rerum. Texte latin et réception vernaculaire. Lateinischer Text und volkssprachige Rezeption, éd. B. Van den Abeele – H. Meyer, Turnhout, Brepols, 2006 (De diversis artibus, Coll. de travaux de l’Académie internationale d’Histoire des sciences, t. 74, N.S. 37), p. 43-99.

13  Peut-on suggérer que la présence de Michel Scot parmi les pères de l’Église serait due à sa participation au Concile de Latranen 1215 ?

14  Cf. Prologus, éd. H. Boese, p. 3, l. 16-29.

15  Nous avons publié la liste des autorités présentes dans le Liber de natura rerum dans: «La question ou le débat scolastique comme forme du discours scientifique dans les encyclopédies naturelles du XIIIe siècle: Thomas de Cantimpré et de Vincent de Beauvais», Scientiarum historia, (2005/2), p. 1-29 (annexes), mis en ligne www.univ-nancy2.fr/MOYENAGE/VincentdeBeauvais/Philosophienaturelle.htm#2 

16  Cf. M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais», L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Madrid, 1992,(CCV 35), p. 269-83.

17  Cent trente-quatre chapitres inspirés de son œuvre seront introduits dans la trifaria.

18  Sur les apports de Thomas de Cantimpré au Speculum, v. B. Roy, «La trente-sixième main: Vincent de Beauvais et Thomas de Cantimpré», Vincent de Beauvais: Intentions et réceptions d’une œuvre encyclopédique au Moyen Âge (…), p. 241-51.

19  Édition E. Stange, Die Encyklopädie des Arnoldus Saxo, zum ersten Mal nach einem Erfurter Codex, Erfurt, 1904-1906; 1907 (Beilage zur Jahresbericht d. Gymnasium Erfurt).Ed. en cours par I. Draelants et édition des prologues dans I.Draelants, «Une mise au point sur les œuvres d’Arnold de Saxe, 1e partie», et «2e partie», Bulletin de Philosophie Médiévale, 34 (1992), p. 164-80, et 35 (1993), p. 130-49. Édition d’extraits dans I. Draelants, Un encyclopédiste méconnu du XIIIe siècle: Arnold de Saxe. Œuvres, sources, réception, Louvain-la-Neuve, 2000(thèse d’histoire).

20  Édition S. Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais: réfraction et diffraction, Montréal-Paris, 1979. Traduction intégrale dans M. Paulmier-Foucart, avec la coll. de M.-Ch. Duchenne, Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du monde, Paris, 2004 (Témoins de notre Histoire).

21  Nos dénombrements sont effectués sur le texte de l’édition de Douai, 1624, où des citations de Pline ont été ajoutées ou allongées par les éditeurs. Nous considérons comme une seule citation un texte précédé d’un marqueur de source du type Isidorus in libro…, même si le texte qui suit le marqueur est composé de plusieurs extraits. Le nombre total de citations précédées d’un marqueur, pour chaque Speculum, figure à la première ligne. Les chiffres entre crochets sont des citations à rétablir (marqueur manquant, par exemple).

22  «On pourrait me trouver présomptueux d’oser parler de toutes les sciences et de tous les arts, moi qui ne suis suffisamment savant en aucune matière, mais mon propos n’est pas d’en traiter comme un auteur, je fais seulement des extraits, je construis un compendium utile à la mémoire, mis en ordre.» Cité par M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius» (op. cit.), p. 269, dont les principales conclusions générales sont reprises ici sur l’utilisation d’Isidore dans le Speculum maius.

23  Trad. M. Paulmier-Foucart.

24  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius» (op. cit.), p. 280.

25  Artis huius species sunt sex, scilicet additio, substracio duplicatio, dimidatio, multiplicatio, divisio, de quibus singulis propriae regulae datae sunt in algorismo, quas et plures alias numeri divisiones et proportiones, de quibus in Isidoro et Boetio, ad praesens brevitatis causa praetermitto. Speculum doctrinale, XVI, 9, à la fin d’un long passage Actor sur le comput et le calcul. Cité par M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius» (op. cit.), p. 281.

26  Quelques exemples dans Ibidem, p. 276-77.

27  Konrad de Mure a été rector puerorum chez les Bénédictins de Zurich de 1244 à 1271, après des voyages à Paris et à Bologne. Cf. A.P. Orban (éd.), Conradus von Mure, De naturis animalium, Heidelberg, 1989, ici notamment p. 11-12.

28  Cf. I. Draelants, «Introduction à l’étude d’Arnoldus Saxo et aux sources du De floribus rerum naturalium», Die Enzyklopädie im Wandel (op. cit.), p. 85-121 et I. Draelants, «La science naturelle et ses sources» (op. cit.).

29  Cf. M. Paulmier-Foucart, «Une des tâches de l’encyclopédiste: intituler, les titres des chapitres du Speculum naturale de Vincent de Beauvais», L’enciclopedismo medievale, éd. M. Picone, Ravenna, 1994, p. 147-62 et Eadem, «Le plan et l’évolution du Speculum maius de Vincent de Beauvais: de la version bifaria à la version trifaria», Die Enzyklopädie im Wandel (op. cit.), p. 245-68.

30  Les extraits non repris par les encyclopédistes pour les notices sur l’éléphant et le rhinocéros se trouvent en XIV, c. 3, § 5; c. 5, § 12 et § 15; c. 6, § 12, et en XV, c. 1, § 18 et c. 5, § 18, à propos de l’ivoire (ebur).

31  Gregorius, Moralia, XXXI, c. 10, c. 13.

32  Pline, Naturalis historia, VIII, c. 20-21, dit que le monoceros est différent du rhinocéros et de l’unicorne (XI, c. 46). Il s’inspire là d’Aristote, Historia animalium, II, c. 1. Pline ajoute qu’on en voit souvent à Rome, mais qu’il n’est pas possible de le prendre vivant. Solin reprend les dires de Pline (Vivus, inquit, non venit in hominum potestatem), en variant les mesures: pedum quatuor (chez Pline: cubitorum duorum; cubiti unius). Chez Elien, De naturis animalium, IV, c. 52, De asinis Indicis, on trouve la mesure suivante: sesquicubiti. Pline estime que le monoceros ne peut pas être «l’âne indien».

33  Le combat du rhinocéros avec l’éléphant est repris chez Pline, Solin, Elien, Diodore de Sicile, Strabon.

34  Lophos signifie en effet «mont» en grec.

35  Ambroise, Hexaemeron, IX.

36  Pline, Naturalis historia, VIII, c. 5.

37  Solin, Solis exortus motibus, quibus possunt, salutant.

38  M. Paulmier-Foucart, «Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum maius», p. 274.

39  Cf. P.Morpurgo, «Michele Scoto e la circolazione dei manoscritti scientifici in Italia Meridionale: la dipendenza della Scuola Salernitana dalla Scuola Parigina di Petit Pont», Atti del Congresso sulla diffusione delle Scienze Islamiche nel Medioevo Europeo (2-4 ottobre 1984), Roma, 1987, p. 167-191.

40  Première édition critique peu fiable par J. M. Riddle, Marbode of Rennes’ (1035-1123) De lapidibus, Considered as a Medical Treatise with Text, Commentary and C.W. King’s Translation […], Wiesbaden, 1977 (Sudhoffs Archiv. Beihefte, 20); remplacée par l’édition critique d’après les manuscrits latins de France par M.-E. Herrera, Marbodo de Rennes. Lapidario. Liber lapidum. édición, traducción y commentario, Paris, Les Belles-Lettres, 2005 (Auteurs latins du Moyen Âge).

41  Ed. R. Halleux& J. Schamp, Les lapidaires grecs, Paris, 1985; l’édition de E.Abel, Orphei Lithica. Accedit Damigeron de Lapidibus, Berlin, 1881 (réimpr. Hildesheim, 1971), peut encore être utile en comparaison. Celle de J. Radcliffe est difficile à trouver: Damigeron, De virtutibus lapidum. The Virtue of Stones. Attributed to Damigeron. Transl. by P.P.Tahil, Seattle, 1989.

42  La tradition des lapidaires et listes de notices minéralogiques a multiplié les reprises d’Isidore, brouillant souvent le message initial de l’œuvre de Damigeron-Evax, déjà assez obscure par mixité d’influences.

43  Cf. la revue des lapidaires antiques dans l’introduction de R. Halleux & J.Schamp, Les lapidaires grecs, p. XV à XXXIV; J.M. Riddle, «Lithotherapy in the Middle Ages. Lapidaries considered as medical texts», Pharmacy in History, 12 (1970), p. 39-50; K.M. Wirbelauer, Antike lapidarien, Würzburg, 1937, et la notice «Lapidarien»de la Pauly’s Realenzyklopädie.

44  E.R. Caley – J.F.C. Richard, Theophrastus on Stones. Introduction. Greek Text. English Translation and Commentary, Columbus, Ohio, 1956; D.E. Eichholz, Theophrastus de Lapidibus, Oxford, 1965.

45  Sur Dioscoride, voir entre autres le Dictionary of Scientific Biography, s.v. «Dioscorides». Sur la transmission médiévale de Dioscoride, J.M. Riddle, «Dioskorides», Catalogus Translationum et Commentariorum, t.4, Washington, 1981, p. 1-143; Id., «Dioskurides im Mittelalter: Überlieferung», Lexikon des Mittelalters, t. 3, col. 1095-1097; Id., Dioscorides on Pharmacy and Medicine, Austin, 1985 ; Id., «The Latin Alphabetical Dioscorides Manuscript Group», Proceedings of the XIIIth International Congress for the History of Science, Acts Section IV, Moscou, 1971.

46  Cf. G. Gabrieli, «Nota biobibliographica su Qustâ ibn Lûqâ», Rendiconti della Accademia dei Lincei. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, 5th ser. 21 (1912), p. 341-82; J.Wilcox, «Our Continuing Discovery of the Greek Science of the Arabs: The Example of Qustâ ibn Lûqâ», Annals of Scholarship, 4 (n°3, 1987), p. 57-74; et E.R. Harvey, art. s.v. dans Dictionary of Scientific Biography, New York, 1975, p. 244-246.

47  Édition: Constantini Africani Opera Omnia, t. 2, Basel, 1539, p. 342-387.

48  L’édition la plus accessible est celle publiée par A. Borgnet en 1890 dans les Opera omnia d’Albert le Grand, mais elle présente de très nombreux défauts et une normalisation des noms de pierres qui éloigne du témoignage des manuscrits médiévaux. Il est donc utile de se référer aussi à l’édition de 1517 à Oppenheim.

49  On se reportera, pour un panorama plus général de l’évolution de la minéralogie dans les encyclopédies, à la contribution suivante: I. Draelants, «La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle: l’apogée d’une veine minéralogique», Aux origines de la géologie de l’Antiquité à l’âge classique. Actes du Colloque de la Sorbonne, 10-12 mars 2005, éd. Cl.Thomasset, J.Ducos, J.-P. Chambon, Paris, 2008, [40 p.].

50  Cf. L. Baisier, The Lapidaire chrétien, Its Composition, Its Influence, Its Sources, Washington, 1936 (thèse de doctorat publiée de la Catholic Univ. of America). Ce travail, valable pour le lapidaire chrétien, n’a pas approfondi les autres lapidaires qui furent diffusés au Moyen Âge et tire souvent des conclusions fautives à partir d’éléments issus de ces autres sources chez les auteurs médiévaux. Voir surtout Chr. Meier, Gemma spiritalis. Methode und Gebrauch der Edelsteinallegorese vom frühen Christentum bis ins 18. Jahrhundert, t. 1, München, 1977.

51  Une version moins détaillée de ce tableau, limitée aux auteurs du XIIIe siècle et aux pierres considérées comme précieuses, a été publiée en annexe de l’article suivant: I. Draelants, «La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle…»,(op. cit.).

52  Ed. K. Hoffmann & T.M. Auracher, «Der Longobardische Dioskorides des Marcellus Virgilius», Romantische Forschungen, 1 [1882], p. 49-105, 10 [1897], p. 181-247 et p. 369-446; 11 [1899], p. 1-121; 13 [1902], p. 161-243; 14 [1903], p. 601-37. Édition continuée par H. Stadler, «Dioscorides Langobardus (cod. Lat. Monac. 337) », Romanische Forschungen, 13 (1902), p. 161-243 ; 14 (1903), p. 601-36.

53  Édition J. Wilcox – J.M. Riddle, «Qustâ ibn Lûqâ’s Physical Ligatures and the Recognition of the Placebo Effect», Medieval Encounters. Jewish, Christian and Muslim Cultures in Confluence and Dialogue, 1 (1995), p. 1-50 (texte p. 31-39).

54  Pour Albert le Grand, en cas de différence avec le nom de la pierre chez Isidore, nous avons retenu la leçon de l’édition d’Oppenheim, 1517, généralement plus fiable, plutôt que celle rétablie par A. Borgnet en 1890.

55  Cf. I. Draelants, « La science encyclopédique des pierres », op. cit.

56  Pline, Historia Naturalis, XXXVI, 139 et Isidore, Étymologies,XVI, 4, 19.

57 Liber de natura rerum, XIV, 49, onichinus: glosa super Leviticum (p. 365, l. 2), glosa in loco Exodi (p. 366, l. 14), 60, sardius: glosa (p. 368, l. 4).

58  Liber de natura rerum, XIV, 45, magnes (p. 365, l. 16).

59  Exemples d’emplois par Thomas de Cantimpré: Liber de natura rerum, XIV, 44 (ligurius), 68 (topasius).

60  Ed. «Dioscoride alphabétique»: Dioscoridis exactissimi indagatoris fidelissimique scriptoris virtutem simplicium medicinarum Liber, cccccccxvij continens capitula: cum nonnullis additionibus Petri paduensis…, Lyon, per Gilbertum de villiers, 1512.

61  C’est ce qu’avançait déjà pour Barthélemy L. Thorndike, A History of Magic, t.2, p. 401-403.

62  Contrairement à ce que pensait L. Thorndike, A History of Magic, t. 2, p. 457.

63  A. Beccaria, I codici di medicina del periodo presalernitano, Roma, 1956, p. 152-56.

64  J. Pitra, Analecta Sacra, t. 2, Tusculum, 1884, p. 641 sq.

65  Ed. H. Boese, op. cit., p. 367.

66  Ces deux sources sont également présentes dans le De floribus rerum naturalium d’Arnold de Saxe, mais dans la partie I (De celo et mundo), au livre V, et non dans le lapidaire qui constitue la IIIe partie du De floribus.

67  Ce minéral a un nom emprunté à l’allemand; il est probable que Barthélemy rapporte une connaissance acquise dans la région de Magdeburg, où les mines et les richesses du sol étaient nombreuses (il le dit lui-même dans la partie géographique de son encyclopédie).

68  Cette dernière phrase est un ajout dans le texte de Marbode, propre à la famille des manuscrits.

69  Il subsiste au moins vingt-cinq exemplaires manuscrits du Naturale. Les deux qui conservent la version bifaria se trouvent à Bruxelles, Bibliothèque royale Albert 1er, 18465 (provenance: abbaye de Saint-Martin de Tournai, ca. 1270-1280, conservant l’introduction générale au Speculum maius appelée liber apologeticus, les livres I-VIII et la table de ces livres) et Bruxelles, B.R. 9152 (provenance: Saint-Laurent de Liège, XVe s., conservant la même introduction, les livres I-VII et la table des livres I-XIII);cf. M. Paulmier-Foucart, «Étude sur l’état des connaissances au milieu du XIIIe siècle: nouvelles recherches sur la genèse du Speculum maius de Vincent de Beauvais», Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais, 1 (1978), p. 91-122, qui décrit pour la première fois le manuscrit de Bruxelles, et H.Voorbij, Het Speculum Historiale van Vincent van Beauvais. Een studie van zijn ontstaansgeschiedenis, Groningen, 1991, p. 330-35. La liste complète et actualisée des manuscrits du Speculum naturale se trouve également dans la récente thèse d’Eva Albrecht, qu’il ne nous a pas été permis de consulter: De ontstaansgeschiedenis en de compilatie van het Speculum naturale van Vincent van Beauvais (= 1264), 2 vol., Katholieke Universiteit Leuven, 2007.

70  I. Draelants, «La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle»,(op. cit.), annexes.

71  La table des matières de ce livre se trouve aux f. 8r-v du manuscrit Bruxelles, B.R., 18465: Quintus agit de inicio operis tercie diei. idest de dispositione partium inferiorum huius mundi.

72  Voir l’annexe de l’article cité plus haut, La science encyclopédique des pierres.

73  Liber apologeticus, c. 18: Fateor ex mea parte meo iudicio professionis et intencionis mee modum excessi maximeque in eis que ex precepto Dei terra germinans protulit tercia die creacionis mundi. Cité par M. Paulmier-Foucart, «Étude sur l’état des connaissances au milieu du XIIIe siècle»(op. cit.), p. 102.

74  Nous avons publié les notices sur les pierres d’Hélinand dans les annexes à l’article La science encyclopédique des pierres (op. cit.).

75  R. Halleux, éditeur du lapidaire de Damigéron-Evax, a montré que certains témoins manuscrits entremêlaient la matière d’extraits de Théophraste.

76  Cf. I. Draelants, «Le dossier des livres sur les animaux et les plantes de Iorach: tradition occidentale et orientale», Occident et Proche-Orient: contacts scientifiques au temps des croisades. Actes du Colloque de Louvain-la-Neuve, 24-25 mars 1997, éd. I. Draelants, A. Tihon, B. Van den Abeele, Louvain-la-Neuve, Turnhout, 2000, p. 191-276.

77  Chronicon, Livre X,54; ms. Città del Vaticano, B.A.V., Regin. lat. 535f. 246a: X, c. 55. De tribus lapidibus primi ordinis in rationali:(Isidorus in libro ethim. XVI) Ysidorus autem dicit trogoditas predones cum in arabia fessi fame herbam effunderent eum eruisse deinde cum eadem insula nebulis operta quereretur tandem a nauigantibus inuenta est et id sic dicta qui trogodite topaz in querere dicunt. Smaragdius autem ut in eodem legitur xii habet species sed scithici meliores sunt quos a grifibus rapiunt ariomapsi.

78  De laudibus divinae sapientiae, éd. Th. Wright, p. 503: Hic artes didici docuique fideliter, inde / Accessit studio lectio sacra meo. / Audivi canones, Hippocratem, cum Galieno, / Ius ciuile mihi displicuisse neges. /

79  Cf. A. Birkenmajer, «Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote au XIIe et au XIIIe siècles», La Pologne au VIe congrès international des sciences historiques, Oslo, 1928, Varsovie, 1930, p. 1-15, ici p. 4; B. Lawn, The Salernitan Questions. An Introduction to the History of Mediaeval and Renaissance Problem Literature, Oxford, 1963, p. 32, 44-45 et 64.

80  Nous n’avons fait figurer que les autorités susceptibles d’avoir été utilisées par les encyclopédistes dont nous parlons. AS = Arnold de Saxe, AG = Albert le Grand, De mineralibus, TC = Thomas de Cantimpré, BA = Barthélemy l’Anglais.

81  Albert le Grand ajoute que le procédé fonctionne mieux encore si le bouc a ingéré du vin, du petrosillum et du siler montanum, puisque qu’un tel sang de bouc sert aussi à casser les calculs de la vésicule. Ce commentaire semble de son cru, mais il est puisé à la tradition médicale. Référence à Pline: Historia naturalis, XXXVII, 57. Jérôme consacre aussi un chapitre pareil au diamant, où il mentionne quatre espèces très résistantes, qui se dissolvent dans le sang de bouc et sont les antidotes au poison (In amos, III, 7, éd. P.L., t. 25, col. 1124D). Il est probable que cette propriété physique soit trouvée dans Xénocrate d’Ephèse, un lapidariste du Ier siècle à qui Pline doit probablement le catalogue alphabétique des gemmes qui se trouve à la fin du livre XXXVII (139-185).

82  Les métaux sont l’or, l’argent ou le «chalybe» (acier) chez Albert le Grand.

83  Cette attribution est donnée par Vincent de Beauvais. Nous pensons qu’il l’a tirée du De gradibus de Constantin, où l’on peut lire (éd. Opera omnia, Bâle, 1539, p. 342-87, ici p. 378): Aristoteles dixit esse lapidem in ripa maris Indiae inuentum. Cuius natura calida et sicca in tertio gradu. Dixit etiam in libro de lapidibus quod nautae non audent transire cum naui ferreos clavos habente aut aliquod artificium ferri in ea ducere. Nave etiam illis montanis appropinquante, omnes clavi et quidquid ex ferro editum a montanis attrahitur cum proprietate quam habent. L’anecdote était donc présente dans l’original du De lapidibus «d’Aristote».

84  Non trahit autem ferrum, eo quod sit proprius locus generationis eius, ut quidam mendose dixerunt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Draelants, « Encyclopédies et lapidaires médiévaux », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/10682 ; DOI : 10.4000/crm.10682

Haut de page

Auteur

Isabelle Draelants

Chargée de recherches au CNRS, Université de Nancy 2, Atelier Vincent de Beauvais

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org