Navigation – Plan du site

Anna Kukulka-Wojtasik, La Dame et l’amour au Moyen Âge. Symbolique du portrait amoureux dans la littérature courtoise du XIIe siècle

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Anna Kukulka-Wojtasik, La Dame et l’amour au Moyen Âge. Symbolique du portrait amoureux dans la littérature courtoise du XIIe siècle, Varsovie, Université de Varsovie, 2007, 303 p.

ISBN 978-83-926459-4-8

Texte intégral

1A. Kukulka-Wojtasik rappelle que l’idéal courtois apparaît le produit de conditions à la fois historiques et littéraires. Elle souligne les dissemblances entre fin’amor et amour courtois, en montrant que la mesure serait essentielle à la courtoisie. Elle affirme vouloir donner une dimension sémiologique au portrait dont elle voit un épanouissement particulier au XIIe siècle, où l’on accorde plus de prix à l’individu. Elle commence son étude par le roman antique : Thèbes, Enéas et Alexandre. Elle traite ensuite des troubadours et trouvères, en montrant que leur dame peut être tour à tour déesse ou mala domna. L’auteur remarque que celle qui apparaît comme la première canso de Guilhem IX est assez éloignée de l’idéal courtois mais est plutôt licencieuse. Pourtant le troubadour y inscrit amor, joy et joven, propres au programme amoureux courtois. Concernant les troubadours, l’auteur commente les œuvres de Guilhem IX et Bernart de Ventadorn, concernant les trouvères, celles de Gace Brulé et Conon de Béthune. À propos du roman arthurien, elle récuse l’impression de monotonie que l’on peut avoir dans la peinture de la femme aimée et met en lumière le croisement entre la fin’amor et la féerie bretonne. Elle évoque pour Marie de France un travail de la concision, voire une véritable rhétorique du manque. Elle dissocie lais heureux (Guigemar, Fresne, Milun, Eliduc) et lais malheureux (Equitan, Lanval, Deus Amanz, Yonec), qu’elle analyse individuellement. Elle aborde ensuite Chrétien de Troyes, en rappelant que l’idéal courtois semble perdre de la vigueur d’un roman à l’autre, jusqu’à ce que le lecteur perçoive une franche ironie dans l’œuvre du maître. A. Kukulka-Wojtasik présente une fois encore les romans l’un après l’autre : Erec, Cligès, Le chevalier au lion, Le chevalier de la Charrette et enfin le Conte du Graal. Elle conclut que les objectifs du portrait sont à la fois de dire la beauté, mais aussi d’exprimer le blâme ou l’éloge. Le portrait devra se lire par rapport à un idéal face auquel toute lacune trahit un défaut. Mais tout dépend également du système de valeur de l’auteur, dont les portraits reflètent également l’état d’âme (notamment chez Bernart de Ventadorn).

2On regrette, outre un propos assez peu novateur, quelques incorrections linguistiques. De plus, au plan pratique, on ne trouve les références de l’iconographie qui agrémente agréablement l’ouvrage qu’à l’extrême fin, ce qui est assez étonnant puisque la mise en page laisse une large place pour ces indications près des images.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Anna Kukulka-Wojtasik, La Dame et l’amour au Moyen Âge. Symbolique du portrait amoureux dans la littérature courtoise du XIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/10613

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org