Navigation – Plan du site

Guy Borgnet (éd.), Les Jeux de la Passion dans l’Allemagne du XIVe siècle

Estelle Doudet
Référence(s) :

Les Jeux de la Passion dans l’Allemagne du XIVe siècle, trad. en français par Guy Borgnet, Paris, Champion (« Traductions des classiques du Moyen Âge », 73), 2006, 197 p.

Texte intégral

1L’ouvrage traduit pour la première fois en français deux importants témoins de l’activité dramatique de la fin du Moyen Âge outre-Rhin : la Passion de Saint-Gall, seul jeu dramatique complet qui nous soit parvenu du XIVe siècle ; le célèbre Rouleau de Conduite de Francfort qui livre un témoignage unique sur le travail médiéval de la mise en scène. Ces deux textes sont à l’origine d’une riche tradition tant textuelle (les Passions de la Hesse) que dramatique. Les traductions sont effectuées à partir de l’édition de R. Froning (1891) pour le Rouleau de Conduite et de Rudolf Schützeichel (1978) pour la Passion. L’ouvrage accompagne les textes d’une introduction, de nombreuses notes critiques et d’utiles index des personnages pour les deux œuvres.

2Le public français averti sait l’importance de la tradition dramatique allemande médiévale : passions et mystères de grande ampleur s’y développent précocement, avec un luxe de mise en scène dont témoigne le riche Rouleau de Conduite de Francfort. Proposer à la lecture la confrontation de deux pièces exceptionnelles de ce patrimoine dans un même ouvrage et en donner une lecture aisée par la traduction est un geste qui doit être salué.

3L’intérêt de ces deux pièces va cependant bien au-delà de leur caractère de témoignage. Liées par la présence ambiguë du personnage de saint Augustin, commentateur et acteur du drame, le Rouleau comme la Passion proposent une complexité de mise en scène nouvelle : complicité avec le public dans l’expression d’un pathétique orchestré par le saint proclamator ; théâtre dans le théâtre, lorsque la Passion est jouée devant les juifs incrédules, selon un modèle déjà exploité dans le Jeu de Noël de Benediktbeuern ; alternance des incarnations scéniques du Bien et du Mal, tenant le spectateur en haleine.

4La maîtrise de l’écriture comme de la mise en scène dans ces deux œuvres n’a pas seulement pour but de consolider les communautés chrétiennes à qui elles s’adressent autour de l’habituelle réflexion sur la faute humaine. Elles expriment une idéologie fortement obsidionale, où l’Ennemi, Juifs ou diables, guette et où l’Eglise offre seule les remparts du salut. La Chrétienté allemande met ainsi en scène non son triomphe, mais ses fantasmes et ses craintes. Cette idéologie particulière, la richesse des textes et les remarquables témoignages de mise en scène font de cet ouvrage une voie d’accès à la culture allemande de la fin du Moyen Âge pour les historiens, les littéraires et les spécialistes de l’histoire du théâtre européen.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Guy Borgnet (éd.), Les Jeux de la Passion dans l’Allemagne du XIVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/1055

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org