Navigation – Plan du site

Calendrier des bergers, préface de Max Engammare

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Calendrier des bergers, préface de Max Engammare, Paris, PUF, collection Sources, Fondation Martin Bodmer, 2008

ISBN 978-2-13-056736-3

Texte intégral

1Voici un fort bel ouvrage, puisqu’il s’agit du fac-similé de l’édition de 1493, à Paris, chez Guy Marchant, du célèbre Compost des bergers ou calendrier des bergers, dont la première édition, chez le même imprimeur, date de 1491. Le livret comprend 90 feuillets et 65 bois gravés. Le calendrier lui-même, imprimé, suivant la tradition des manuscrits, en deux couleurs (noir et rouge) comporte 12 bois correspondant à l’occupation des mois, selon une tradition que l’on trouve aussi dans certaines Heures. 12 autres bois représentent les signes du zodiaque et il y a 15 diagrammes d’éclipses. On notera la présence de la Tour de Sapience, imprimée en double page.

2Ce type d’ouvrage est assez difficile à classer d’un point de vue générique, puisqu’il emprunte à différentes traditions, textes encyclopédiques, danses macabres, almanach, traités d’astrologie et de cosmologie, ouvrages d’agriculture, sans oublier évidemment les écrits saints. On pourra ajouter diverses œuvres poétiques, comme des balades d’Eustache Deschamps.

3Ce beau fac-similé, qui enrichira la bibliothèque de tout médiéviste s’intéressant aux écrits savants et/ou didactiques du Moyen Âge, est précédé d’une préface qui éclaire les points essentiels de ce texte. Le calendrier (lat. calendarium) est transmis par l’Église et s’inscrit donc dans une tradition chrétienne intégrant à la fois la chronique (telle celle d’Eusèbe) et le comput, c’est-à-dire le calcul des fêtes liturgiques mobiles, principalement celle de Pâque. L’almanach, auquel on peut également rattacher le Compost des bergers, est, comme son nom l’indique, d’une tradition arabe ; il s’inscrit quant à lui dans une tradition astrologique et astronomique. Pourquoi « calendrier des bergers » ? Non évidemment que le public visé fût des bergers, mais en souvenir de la naissance de Jésus et de l’adoration des bergers, à qui, comme le rapporte saint Luc, l’ange est apparu (Luc, 2, 8-18). Par ailleurs, on prête aisément aux bergers un ancrage fort dans la nature et donc une connaissance pragmatique des saisons, du temps, c’est-à-dire du mouvement du soleil et une observation du ciel et du mouvement des planètes. Le second prologue de l’édition de 1493 annonce ainsi une composition par un « maître berger, lequel parle et prouve par autres raisons ce que ci-devant est dit, ainsi que bergers prouvent et arguent les uns avec les autres ».

4L’ouvrage comprend d’abord un prologue « de l’aucteur » justifiant le fait qu’il retranscrit le savoir des bergers. Le second prologue est celui du prétendu maître berger, qui présente une leçon (confuse) de comput, assortie de dits sur chaque mois ; il se termine par une table de repérage des positions de la lune dans le zodiaque. Celle-ci repose sur des méthodes computistes bien connues. On connaît en effet la position de la lune en la déduisant de celle du soleil. L’âge de la lune est le temps écoulé depuis l’instant de la dernière nouvelle lune mesuré en jours. Dans le comput, on ne retient que la partie entière de cette valeur, mesurée à minuit du jour considéré. L’âge varie ainsi de 0 à 29, la valeur 0 correspondant au jour même de la nouvelle lune. Soit alors α l’âge de la lune ; il faut faire la division euclidienne de 2α+5 par 5. Cette formule est une bonne approximation. Elle est en effet linéaire, il suffit d’opérer un calcul sur la valeur du mois lunaire. On obtient ainsi (2x29,5)/5 soit 12 plus un reste de 8. La lune a parcouru 12 signes et le reste correspond à l’avancée du soleil dans le signe en ce temps.

5Suit dans notre Compost un calendrier, dans la tradition médiévale, tel qu’on en trouve en préambule de nombreux livres d’heures. Ce calendrier se clôt sur des diagrammes d’éclipses. Max Engammare (p. 19-20) en explique bien la configuration et permet au lecteur non familier de lire les colonnes de chaque mois.

6Le calendrier suit les principes du comput, tel qu’il fut ‘stabilisé’ par Bède le Vénérable. Il utilise ainsi le cycle solaire computiste de 28 ans, les lettres dominicales, le nombre d’or et les lettres tabulaires. Ces notions sont explicitées dans la préface de ME, mais je voudrais peut-être ici les préciser davantage car il me paraît que ME n’insiste pas suffisamment sur le caractère calculatoire de ces notions. Il faut dire qu’elles sont assez complexes et que la plupart des vulgarisateurs médiévaux – je pense en particulier à Brunetto Latini – les reproduisant s’y sont trompés en confondant procédé de calcul et réalité astronomique.

7L’année lunaire est composée de 12 lunaisons (mois lunaires) qui comptent 29 et 30 jours – soit un total de 354 jours. S’il existait une commune mesure aux cours de la lune et du soleil, les nouvelles et pleines lunes se reproduiraient à dates fixes. En réalité, l’année solaire compte 365 j 5 h 48 mn 45 s, et l’année lunaire 354 j 8 h 48 mn 34 s pour 12 lunaisons, une lunaison étant de 29 j 12 h 44 mn 3 s. Une année solaire ne peut donc contenir un nombre entier de lunaisons. Entre l’année solaire et l’année lunaire, existe une différence de 11 jours environ, précisément 10 j 21 h 0 mn 11 s avec l’année solaire. Cette différence accumulée d’année en année correspond à l’épacte. Lorsqu’elle atteint une valeur égale ou supérieure à la durée d’une lunaison, c’est-à-dire au bout de 3 ans (3x11=33, en évaluant le décalage à 11 jours), on intercale dans l’année lunaire une lunaison supplémentaire de 30 jours, afin de rattraper le retard sur l’année solaire, au moins partiellement. C’est l’embolisme. L’année lunaire en cause passe alors de 354 à 384 jours, en chiffres arrondis. Au bout de dix-neuf ans, les mêmes valeurs se retrouvent à un jour près. Or ce jour correspond (presque exactement) à l’erreur accumulée en évaluant par excès à 11 jours l’excédent de l’année solaire. Il suffit donc de sauter le jour excédentaire (« saut de lune ») pour entamer un nouveau cycle identique au précédent. En effet, la première année, il y a un décalage de 11 jours, la deuxième de 22 ; la troisième, il y a embolisme, on rajoute 30 jours à l’année lunaire ; il reste donc 3 jours de décalage. En recommençant ces opérations, les décalages sont successivement, depuis le premier jour : (11, 22, 3), (14, 25, 6), (17, 28, 9), (20, 1, 12), (23, 4, 15), (26, 7, 18) où, après 6 embolismes, l’on est arrivé à la dix-huitème année. À la fin de la dix-neuvième année, le décalage est donc de 29 (18+11) jours. Il suffit donc d’un nouvel embolisme de 30 jours pour avoir, à un jour près (« saut de lune ») correspondance entre années solaire et lunaire. L’initiative de cet arrêt revient au Sanhédrin, à Jérusalem, puis, après le désastre de 70, aux Académies de Palestine. Un cycle de 235 lunaisons, dit « de Méton (433 av. J.-C.) » est achevé ; dans le comput, chaque numéro de l’année d’un cycle (de 1 à 19) est nommé « nombre d’or ».

8L’épacte mesure la différence entre l’année solaire et l’année lunaire et représente l’âge de la lune au premier jour de l’année. Grâce à la valeur annuelle d’épacte, il est donc facile de remonter au premier jour de la lunaison en cours. En ajoutant 14 jours, on trouve alors la date de la pleine lune correspondante. L’épacte julienne prend d’année en année ces 19 valeurs successivement: 8, 19, 0, 11, 22, 3, 14, 25, 6, 17, 28, 9, 20, 1, 12, 23, 4, 15, 26. À un multiple de 30 près, ces valeurs forment une progression arithmétique de raison 11. Pour la calculer on peut procéder ainsi : prendre le numéro de l’année et faire la division euclidienne par 19 ; on obtient le nombre d’or de l’année moins un. Multiplier le reste de la division par 11 et ajouter 8. On effectue ensuite la division euclidienne de ce nombre par 30 : l’épacte est le reste de cette division.

9La lettre dominicale sert à indiquer chaque année la position des dimanches dans le calendrier. Pour chaque jour de l’année, elle prend successivement et cycliquement, au nombre 7 près, une des valeurs de A à G. La série commence au 1er janvier avec la lettre A. Les jours de même nom sont donc désignés par la même lettre. Si le 1er janvier est un lundi, A désigne les lundis, B les mardis...G les dimanches : dans ce dernier cas, G est alors la lettre dominicale de l’année. Si le premier dimanche de l’année tombe le 1er janvier, la lettre dominicale est A pour l’année courante. Si le premier dimanche est le 2 janvier, la lettre dominicale est B et ainsi de suite jusqu’à G (premier dimanche de l’année est le 7 janvier). Comme une année commune comporte 365= (52 x 7)+1 jours, l’année suivante commence un jour plus tard. La lettre dominicale recule ainsi d’une unité à la fin de chaque année commune. Dans le cas particulier des années bissextiles, le bissexte introduit une rupture. À cause de ce jour supplémentaire, tout se passe comme si la lettre dominicale avait déjà reculé une deuxième fois avant la nouvelle année. On introduit donc une lettre dominicale double pour les années bissextiles : la première lettre alors se rapporte aux mois de janvier et février et la deuxième aux 10 autres mois de l’année : dans le calendrier julien, le sixième jour bis avant les calendes de mars, soit le 25 février, reçoit la même lettre que le sixième jour avant les calendes de mars, le 24 février.

10Le calendrier se termine par des diagrammes d’éclipses (sur 5 pages) correspondant aux années 1491-1549, en reprenant les tableaux conçus pour l’édition de 1491 ce qui, comme le note justement ME, pose un petit problème pour les éclipses du 8 mai 1491 au 2 avril 1493. Ces représentations, au demeurant, sont traditionnelles, du De sphera de Jean de Sacrobosco (écrit ici par ME Sacro Bosco ?) à Regiomontanus.

  • 1  Voir la récente édition d’É. Brayer et A.-F. Leurquin-Labie, Paris, SATF, 2008.

11Les deuxième et troisième parties du livre forment la partie ‘morale’ du texte, traitant de vices et de vertus. On commence par un arbre des vices et peines de l’enfer, ajout par rapport à l’édition de 1491. On y retrouve les lieux communs véhiculés depuis fort longtemps, dans la tradition des Moralia in Job, des diverses psychomachies, des Voies de Paradis et d’Enfer ou des traités didactiques comme l’Elucidarium ou La Somme le roi de Frère Laurent, ce dernier ouvrage donnant bien un ensemble de « degrez » que l’on peut schématiser en arbre1. Si le texte ne présente pas de traits particulièrement originaux, l’édition toutefois offre un ensemble de bois particulièrement intéressants. L’histoire de ceux-ci pourrait donner lieu à quelques développements sur les rapports entre Marchant et Vérard (voir les indications et commentaires de ME, p. 22-5).

12La quatrième partie est introduite par le traditionnel homme zodiacal et par le squelette planétaire. Il contient un certain nombre de recettes de régime de santé tels qu’on en trouve dans la tradition salernitaine ou chez Aldebrandin de Sienne. ME met à jour une originalité du chapitre, avec une influence de la tradition juive, peut-être le Régime de santé de Maïmonide.

13La cinquième partie concerne l’astrologie et contient ici encore des informations courantes dans les traités du temps. Je ne suis pas certain que la référence systématique que ME fait à Simon de Phares soit la meilleure solution, dans la mesure où le texte s’apparente à une compilation dont il est difficile de trouver une influence précise. Quand à l’hypothèse selon laquelle l’auteur de ce Compost pourrait être Simon Clades, j’avoue rester très prudent à ce sujet (ME l’est également, de facto).

14Un beau livre donc, à un prix très raisonnable pour un fac-similé (25€), bien présenté et que l’on aura plaisir à consulter et étudier.

Notes

1  Voir la récente édition d’É. Brayer et A.-F. Leurquin-Labie, Paris, SATF, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Calendrier des bergers, préface de Max Engammare », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/10543

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org