Navigation – Plan du site

Robert Bork and Andrea Kann (ed.), The Art, Science, and Technology of Medieval Travel,

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Robert Bork and Andrea Kann (ed.), The Art, Science, and Technology of Medieval Travel, Aldershot, Ashgate (« AVISTA, Studies in the History of Medieval Technology and Art », 6), 2008, 226 p.

ISBN 978-0-7546-6307-2

Texte intégral

1L’ouvrage reprend, telles quelles ou en les modifiant parfois substantiellement, treize communications qui ont été présentées en 2006 au Congrès international des études médiévales de Kalamazoo, lors des sessions organisés par l’AVISTA (The Association Villard de Honnecourt for Interdisciplinary Study of Medieval Technology, Science, and Art), association dont Robert Bork est le président. Ces études se distribuent en quatre parties titrées respectivement Véhicules médiévaux et logistique, Voyages médiévaux dans les arts, Cartes médiévales et leurs utilisations et Instruments médiévaux de navigation. L’ensemble est précédé par une introduction signée par Robert Bork et Andrea Kann ; il contient vingt-trois illustrations en noir et blanc et un Index.

2Le voyage a beau être le thème fédérateur de l’ensemble, l’interdisciplinarité règne en maître au point de rendre la lecture disparate à l’extrême, tant par les sujets abordés que par la manière de les traiter. C’est l’occasion pour le médiéviste lui-même de faire un autre type de voyage, celui, strictement intellectuel, qui consiste à se frotter aux différentes approches que le Moyen Âge suscite. Pour m’en tenir à la première partie, et selon l’ordre de leur présentation, Bernard S. Bachrach traite de la planification militaire des Carolingiens, du réseau routier et des engins de transport qu’elle implique, en s’appuyant largement sur les travaux qu’il a publiés depuis plus de vingt ans (plus d’une dizaine sont cités). Avec John E. Dotson, le lecteur franchit les siècles pour entrer dans la technique vénitienne des bateaux, du XIIIe au XVIe siècle, en ayant pour guide le dilemme posé par l’auteur dans l’ouverture de son étude : les arsenaux sont confrontés à deux contraintes physiques opposées, soit accroître la capacité des bateaux, soit accroître leur vitesse, alors que « tout est compromis », comme l’annonce le titre de la contribution. Julian Munby recourt aux traités spécialisés des années 1450-1650 pour décrire le passage du chariot au carrosse, avec la mise au point de systèmes d’amortissement de plus en plus sophistiqués. La dernière étude de cette partie revient en arrière pour étudier le transport des matériaux qui ont servi, en 1433-1435, à la construction du château de Caister, au nord du Suffolk, lequel a la particularité d’être en brique ; son auteur, David H. Kennett, s’appuie sur des archives publiées et des rapports de fouilles pour souligner les différences entre les transports par voies fluviales et par voies terrestres.

3Les trois autres parties sont, dans leur ordre, aussi variées ; elles obligent le lecteur à bondir de sujet en sujet et de méthode en méthode. Qu’on en juge : dans la deuxième partie : Michelle Duran-McLure, « Pèlerins et portails dans la Sienne médiévale tardive » ; Anne McClanan, « Les terres étranges d'Ambrogio Lorenzetti » ; et Annette Lermack, « Pèlerinage spirituel dans le Psautier de Bonne du Luxembourg ». Dans la troisième : Nigel Hiscock, « Cartographier le macrocosme : le platonisme chrétien à l’arrière-plan des cartes et des diagrammes médiévaux » ; Dan Terkla, « Catéchèse sans cérémonie et la Mappa Mundi d’Hereford » ; Nick Millea, « La carte de Gough : la plus ancienne carte routière de Grande-Bretagne ou la proclamation d’un Empire ? » ; et Evelyn Edson, « Le voyage de Pétrarque entre deux cartes ». Et, dans la quatrième : Richard A. Paselk, « Les outils médiévaux de la navigation : une vue d'ensemble » ; et Sara Schechner, « Astrolabes et voyage médiéval ».  

4Sans entrer dans le détail de ces contributions, généralement bien informées et parfois pertinentes, je me contenterai d’insister sur deux caractéristiques du recueil : la grande richesse de la recherche anglo-saxonne en histoire des techniques et, comparativement, la pauvreté des travaux francophones en ce domaine. Ce bilan contrasté devrait conduire les Anglo-saxons à ne pas omettre les études parues de ce côté de l’Atlantique. On est surpris de constater l’absence, dans la contribution de Bachrach, d’une référence à Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux VIIIe et IXe siècle, Bruxelles, 2002. Hischok de son côte parle de « platonisme chrétien » à propos des cartes médiévales et notamment des fameuses cartes en TO. Platon aurait du mal à reconnaître sa pensée dans le schématisme de ces cartes. Quant à Jésus-Christ, il a bien d’autres chats à fouetter. Dans la mesure où le succès de ce type de carte est dû à Isidore de Séville, l’auteur aurait pu tirer profit des études de Jean Jolivet sur « le platonisme grammatical » des médiévaux, dont Isidore est précisément l’ancêtre (ces études sont regroupées dans le recueil d’articles, Aspects de la pensée médiévale : Abélard. Doctrines du langage, Paris, Vrin, 1987). Il y a « platonisme grammatical » quand, dans l’organisation d’une pensée, les mots remplissent la fonction des Idées platoniciennes. L’expression présente l’avantage de respecter l’authenticité du platonisme tout en rendant compte d’un affadissement de celui-ci. Ne peut-on pas élargir la notion proposée par Jolivet et parler, au lieu et place du « platonisme chrétien » qui serait à l’arrière-plan des cartes médiévales, d’un « platonisme géographique » qui est au cœur même des cartes médiévales ? Celui-ci consisterait à soumettre la variété des configurations géographiques à la régularité de certaines formes géométriques. De même, pour les diagrammes médiévaux : il y aurait autant de qualification du platonisme que de champ d’application des diagrammes. Je pourrais citer un autre grand absent francophone : Patrick Gautier Dalché, dont les travaux ont depuis vingt-cinq ans renouveler l’analyse de la cartographie médiévale. On le voit : la rareté continentale n’est pas synonyme de stérilité.

5Il reste un volume d’une grande variété qui, selon les contributeurs, synthétise des résultats déjà acquis ou apporte de nouveaux résultats (je pense surtout, dans cette dernière catégorie, aux contributions de Michelle Duran-McLure, Annette Lermack, Nock Millea et Sara Schechner).

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Robert Bork and Andrea Kann (ed.), The Art, Science, and Technology of Medieval Travel, », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 16 novembre 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/10513

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org