Navigation – Plan du site

Fabienne Joubert (dir.), L’Artiste et le Clerc. Commandes artistiques des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Fabienne Joubert (dir.), L’Artiste et le Clerc. Commandes artistiques des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales », 36), 2006

Texte intégral

1Le recueil d’articles qui composent cet ouvrage met au jour les liens entre le prélat et l’artiste au Moyen Âge. En effet, à côté de la commande princière, la commande ecclésiastique d’une œuvre d’art n’est pas un fait négligeable dans l’activité créatrice de la fin de cette période. Qui commande une œuvre d’art ? Quels sont les liens sociaux et professionnels existant entre une clientèle particulière et des artistes travaillant pour leur compte ? Quel est le rôle des commandes officielles dans la création artistique de la période médiévale ? Cet ouvrage très riche et contenant de nombreuses illustrations répond à ces questions en cinq parties distinctes déclinées en seize articles :

21) « Figures ». Les quatre articles de cette première partie focalisent leur attention sur la figure d’un commanditaire. Sont ainsi passés en revue l’abbé Amé de Chalon et ses grands travaux (Sandrine Roser), Jean Chevrot, prélat Bourguignon qui laisse dans son testament un nombre non négligeable d’œuvres d’art, de manuscrits, de mobiliers et d’éléments liturgiques et dont l’article de Ludovic Nys reproduit la liste et une édition du testament et de l’inventaire de la chapelle Chevrot. Enfin, Fabienne Joubert évoque dans son article le rôle de Jean Rolin, Cardinal-Evêque d’Autun et ses commandes artistiques alors qu’Annaïg Chatain se charge d’analyser la contribution de Jean Baillet, évêque d’Auxerre de 1477 à 1513, à « l’élaboration de l’iconographie épiscopale auxerroise ».

32 ) « Politique ». Cette deuxième partie se compose également de quatre articles. Ces derniers montrent combien la commande artistique peut relever de l’acte politique avant toute autre considération. En témoigne l’article de Dany Sandron sur la « fondation par le cardinal Jean de la Grange de deux chapelles à la cathédrale d’Amiens : une tradition épiscopale devenue manifeste politique à la gloire du roi Charles V ». Le titre de l’article est éloquent et son contenu montre à quel point la dimension politique du décor sculpté, par exemple, est un acte politique tout autant qu’artistique. Isabelle Isnard retrace le parcours de la construction difficile et très politique de l’abbatiale de la Trinité de Vendôme, commanditée par trois abbés. Pareillement, Annayota Volti analyse la mise en chantier de la chapelle de la passion des cordeliers de Troyes dans une véritable entreprise édilitaire à la fin du XVe siècle, tentant de réconcilier royauté et papauté. Véronique Boucherat enfin, emmène son lecteur dans la construction de l’église de Rumilly-lès-Vaudes (XVIe siècle) par le chanoine Jean Colet.

43) « Mémoire ». Trois articles composent cette partie concernant les lieux artistiques de la mémoire. Ainsi sont traités successivement les vitraux de l’abbatiale Saint-Ouen et de la Cathédrale de Rouen (Alexandra Blaise), les fresques de Vitale de Bologne dans la collégiale d’Udine (Michele Tomasi) et enfin les fonctions et particularités des mises au tombeau, souvent monumentales qui apparaissent en France dans les années 20 du XVe siècle et qui disparaîtront un siècle plus tard (Elsa Karsallah).

54) « Préférence ». Cette partie est composée de deux articles et met en lumière les réseaux constitués dans la réalisation d’ouvrages. Philippe Lorentz offre à son lecteur le tableau des relations entre le sculpteur de la fin du Moyen Âge Nicolas Gerhaert de Leyde et le chanoine Conrad de Bussnang, particulièrement dans la réalisation d’un prestigieux tombeau. Etienne Hamon quant à lui explore les liens entre le cardinal George d’Amboise, sensible à l’élaboration artistique dans la création architecturale et les artistes – architectes qui travaillent pour lui.

65) « Ouverture ». La dernière partie de l’ouvrage concerne « l’ouverture » dont font preuve certains ecclésiastiques dans le monde de la cour, de ses plaisirs et de ses charmes. En témoigne l’article de Rose-Marie Ferre sur les « ecclésiastiques et les fêtes profanes à la cour de René d’Anjou » ou encore celui de Nathalie Leblond consacré à la peinture murale des arts libéraux commanditée par le chanoine Pierre Odin à la fin du XVe siècle et découverte en son temps par Prospère Mérimée au beau milieu du XIXe siècle. Toujours à la fin du XVe siècle, fut commandé par l’évêque Jean d’Espinay le terrier de Marcoussis, manuscrit profane de belle facture dont l’ouvrage nous livre quelques pages et qui trahit sans doute la proximité de l’ecclésiastique avec le siècle (Sandrine Pagenot).

7Le recueil d’articles est ainsi extrêmement bien composé, thématiquement et logiquement. A sa lecture, le lecteur perçoit une partie non négligeable des enjeux de la commande artistique au Moyen Âge mais aussi les variétés de commandes et les liens entre commanditaires et artistes. De très belles reproductions jalonnent l’ouvrage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Fabienne Joubert (dir.), L’Artiste et le Clerc. Commandes artistiques des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/1049

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org