Navigation – Plan du site

Textes médicaux insérés dans les Etymologiae isidoriennes*

Carmen Codoñer
p. 17-37

Résumés

Cet article propose l’édition et l’étude d’un groupe de textes insérés à la fin du livre de medicina, à la suite du chapitre intitulé de initio medicinae, dans des manuscrits datant du XIe au XIVe siècle. Cette étude prouve l’intérêt des copies recentiores des Étymologies ; elle montre aussi comment cette œuvre, du fait de son caractère encyclopédique, était sans cesse susceptible d’être complétée.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Je remercie Jacques Elfassi pour avoir traduit en français cet article et révisé l’apparat critiqu (...)

1Il n’est pas nécessaire d’insister sur l’ampleur de la tradition manuscrite des Étymologies isidoriennes. Son énorme diffusion au cours du Moyen Âge, son statut de «manuel» indispensable dans toute bibliothèque, transforment l’étude de la tradition manuscrite en un problème interminable. Dans ce cas, cette tâche est compliquée par l’existence d’indices qui incitent à postuler l’existence de plusieurs rédactions.

  • 1  M. Reydellet, « La diffusion des Origines d’Isidore de Séville au Haut Moyen Âge », Mélanges d’Arc (...)

2En se basant sur l’étude de quelques-uns des très nombreux manuscrits existants, on a proposé plusieurs hypothèses pour expliquer les phases de la transmission depuis le moment où le texte est sorti (ou, si nous admettons plus d’une «édition», les textes sont sortis) pour la dernière fois des mains d’Isidore. Ces travaux, depuis Lindsay, ont abouti à reconnaître une transmission en trois familles, dont le dernier stemma fut dessiné par Reydellet1. À partir de cette base a vu le jour le projet d’édition des Étymologies : vingt éditeurs devaient se charger des vingt livres et la solution définitive à chacun des problèmes posés, si tant est que la notion de «définitif» soit admissible dans ce type de travaux, devait émerger de la somme d’informations issues de l’édition de chacun des vingt livres qui composent les Étymologies. Cette masse de données devait offrir une vision multiple et en même temps plus nette. En effet, le projet incluait aussi l’élaboration d’un volume introductif qui devait tirer les conséquences du travail individuel mené à bien par chaque éditeur.

3Malheureusement, les éditeurs des différents livres ont vu leur tâche trop facilitée. L’extraordinaire travail de Reydellet réduisait les possibilités d’apporter quelque chose de nouveau : les manuscrits soigneusement sélectionnés avaient déjà été analysés de différents points de vue, le stemma était établi et l’existence de la contamination mise en évidence. L’unique contribution possible, si on exclut l’addition d’un commentaire, était limitée à une collation adéquate des manuscrits recommandés qui, parce qu’il s’agit de livres isolés, ne pouvait modifier en profondeur la vision que l’on avait déjà de l’ensemble. En théorie l’entreprise était irréprochable. Toutefois, il est utopique de penser qu’un éditeur va se limiter à «son» livre quand celui-ci ne présente pas un caractère clairement indépendant, c’est-à-dire si le livre à éditer acquiert seulement sa vraie spécificité comme partie à l’intérieur du tout – c’est le cas de plusieurs livres. Il est possible qu’à la fin il parvienne aux mêmes conclusions que celles qui ont déjà été obtenues par Reydellet, mais les problèmes ne doivent pas être éludés.

4L’étude des travaux existants sur la transmission de l’œuvre me mit en contact avec de nouveaux manuscrits qui, à leur tour, m’amenèrent à d’autres. Leur connaissance directe, sans que je me circonscrivisse au livre X, me permit d’ajouter de nouveaux éléments aux manuscrits déjà connus; et finalement, comme cela arrive toujours, pour essayer de trouver une explication aux questions non résolues, je m’avançai vers les recentiores. Ce travail est une petite contribution à la connaissance d’une branche de la tradition présente dans plusieurs manuscrits du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle; il s’agit des copies suivantes : Milano, Ambrosiano H 187; BAV Ottob. 477 et Lat. 623; El Escorial b.I.12; R.II.11 et &.I.12; Paris, Mazarine 689 ; et Toulouse, Bibliothèque Municipale 176.

  • 2  J’ai l’intention de consacrer un travail approfondi à l’étude des additions considérées dans leur (...)

5Tous ces manuscrits ont intercalé dans le texte des Étymologies isidoriennes une série d’additions de taille et de contenu variés2.

  • 3  Dans El Escorial R.II.11 il est situé entre les chapitres 12 et 13 du livre de medicina.

6Ce qui m’intéresse ici est un texte inséré à la fin du livre de medicina, à la suite du chapitre intitulé de initio medicinae3. L’ensemble de l’édition est constituée par plusieurs pièces dont l’origine est peut-être différente.

  • 4  « La medicina en algunos manuscritos de Isidoro de Sevilla », Isidorus medicus. Isidoro de Sevilla (...)
  • 5  A. Jellinek, Bet ha-Midrash : Sammlung kleiner Midrashim und Vermischter Abhandlungen aus dem alte (...)
  • 6  K. Sudhoff, « Ein neuer text der Initia medicine », Mitteilungen zur Geschichte der Medizin und de (...)
  • 7  Dans l’article, je n’exclus pas l’hypothèse de la dépendance du texte de Sudhoff par rapport à la (...)

7Dans un article de 20054 j’ai tenté de localiser l’origine possible de l’introduction par laquelle commence la première pièce. L’existence d’une introduction semblable au Livre d’Asaph5, un Initium medicine édité par Sudhoff et une légende hébraïque de même contenu6, m’ont amenée à penser à plusieurs adaptations d’un texto hébreu commun7.

  • 8  M.Wlaschky, « Sapientia artis medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklo (...)

8Dans la suite de ce qui vient d’être dit, le texte que nous étudions ici est la somme de plusieurs «histoires de la médecine» suivies d’une brève anatomie. S’y ajoutent ensuite deux brefs traités, déjà édités dans la première moitié du XXe s. et dont je ne vais pas m’occuper8.

9Toutes ces «histoires de la médecine» ont été considérées comme une continuation du livre IV De medicina de l’évêque de Séville. Par conséquent, elles reçoivent une numération qui part du chapitre final (XIII) du livre IV; et donc, bien que la numérotation s’adapte à une distribution différente des parties selon les manuscrits, elle part toujours du chapitre XIII comme référent numérique.

10Voici comment j’analyse les pièces qui composent cette addition :

  • 9  Voir note 16.

11(A) Une première partie, commençant par l’introduction au Livre de Noé, attribue l’origine de la médecine aux enseignements de l’archange Raphaël à Noé, qui transmet son savoir à son fils Sem. Des sages de diverses régions continuent la recherche. Après un intervalle de centaines d’années, l’effort pour chercher des remèdes aux maladies s’incarne en Asclépios. C’est la partie qui coïncide avec le début du traité d’Asaph l’Hébreu9.

  • 10  R. Laux, « Ars medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklos,3, 1930, p. 4 (...)

12On pourrait peut-être voir dans la fin de cette section une réélaboration du texte introductif au livre d’Asaph. En effet, il s’agit d’un paragraphe (on ne peut même pas parler de section) qui correspond approximativement à la phrase initiale d’un ars medicinae édité par Laux, parlant des origines d’Asclépios10. S’y ajoute une phrase finale qui inclut la figure d’Asaph dans la liste traditionnelle des pionniers de la médecine : Hippocrate, Asaph, Discorius (sic) et Galien.

13Ce paragraphe pourrait être interprété comme un colophon à l’exposé précédent ou bien comme une espèce de transition à la partie doctrinale, laissant une place à la tradition profane.

14La partie du chapitre présent dans Laux (quoique avec des variantes) coïncide partiellement avec le chapitre 3 du livre de medicina d’Isidore. Il est intéressant de voir les divergences entre le récit proposé par notre texte et celui d’Isidore :

Addition

Tunc et medicina simul cum auctoribus defecit latuitque per annos pene quingentos triginta usque ad tempus Artaxersis regis Persarum. Tunc eam reuocauit in lucem Ypocrates, patre Asclepio natus in insula Choo,

et alii sapientes gentium, id est Asaph Hebreus, Discorius Balatheus et Galienus Cappadocenus et multi alii sapientes reliqui renouauerunt artem medicine que permanet usque in odiernum diem.

Isidore (éd. Lindsay)

Et ars simul cum auctore (sc. Aesculapius) defecit, latuitque per annos pene quingentos usque ad tempus Artaxersis regis Persarum. Tunc eam reuocauit in lucem Hippocrates Asclepio patre genitusin insula Coo.

   

15Il est manifeste que le texte a été adapté, sans préjuger de l’antériorité de l’une ou l’autre version : un lien est établi avec le développement qui précède. La simple transformation d’auctore en auctoribus, ou vice versa, suffit à le montrer; et si elle ne suffisait pas il y a la partie finale du passage. La précision triginta est un autre petit détail qui les distingue.

  • 11  L. Ginzberg, dans The legends of Jews (tr. Henrietta Szold), London-Baltimore, Johns Hopkins Unive (...)

16C’est cette seconde partie de la pièce qui a servi à dater l’époque où a vécu Asaph l’Hébreu11.

17À partir de là commence la partie doctrinale, exposant une doctrine attribuée à Asaph, comme l’indiquent plusieurs intitulés du bref traité. Il comprend une brève information sur les humeurs, les os et une description plus étendue sur les veines.

18Ensuite, et attribué explicitement à Asaph, un chapitre très long De partibus corporis. Suivent De quattuor humoribus et De partitione anni in quattuor circulis. La présence dans la partie suivante, De natura cerebri secundum Asaph, d’une phrase initiale Aitque Asaph… et un explicit qui consiste en une sententia attribuée aussi à Asaph, confirment à mon avis que tousles chapitres antérieurs aussi pourraient lui être attribués. Avec ce chapitre se clôt cette première pièce médicale, dont l’origine pourrait être hébraïque.

19(B) Puis commence un deuxième exposé, cette fois sans aucune attribution. Comme dans le cas précédent il commence par une version, sous forme narrative, des origines de la médecine, dans ce cas de fondement grec : l’hippocentaure qui transmet ses connaissances à Hippocrate, qui, à son tour, dans un dialogue de maître à disciple, les transmet à Galien.

20(C) Nous passons à une troisième partie, de contenu nettement chrétien, introduite comme les précédentes par un bref passage sur les «inventeurs de la médecine», dans ce cas Asclepios et Apollon, qui transmettent leurs connaissances à Hippocrate.

21Son premier chapitre, De assimilatione elementorum, met en relation les quatre éléments avec quatre aspects de la doctrine chrétienne. La transformation de terra et aer en puluis et uentus est intéressante : ainsi, l’assimilation du feu au péché et de l’eau à la charité est suivie de l’assimilation de puluis à terra et de uentus à aer, rapprochement qui est clairement d’ascendance biblique. Cette introduction sert de base à la conclusion finale : sicut de quatuor causis constat corpus humanum, ita mundus similiter de quatuor causis, et à la conclusion de cette section consistant en la division du corps en quatre parties : Corpus humanum in quatuor partibus diuiditur… qui continue les correspondances entre le chiffre quatre et la création, bien qu’en développant la comparaison elle se limite à la tête (caput est quarta pars cerebri…), la première des parties citées.

22Ensuite nous trouvons un paragraphe un peu surprenant, parce qu’il est partiellement une répétition (avec un changement) du dernier passage que nous avons vu, c’est-à-dire la division du corps humain. Il est basé sur la définition de toutes les parties de l’être humain qui correspondent aux chiffres quatre et cinq. La rédaction est quelque peu maladroite :

Quinquetalenta sunt in natura humana…et in quatuor partes diuiditur corpus humanum…Quatuorhumores sunt in humano corpore…

23Il s’agit d’une seconde définition des quatre parties du corps, mais cette fois pectus est remplacé par stomachus et umbilicus par uenter. À chacune des parties est assignée une fonction. Après l’énumération des quatre humores le texte reprend le motif des parties du corps, mais en faisant allusion à une seule d’entre elles, le pectus, qui avait été remplacé par stomachus, comme je viens de le dire. Il en donne une définition qui contredit sa condition de pars corporis, puisqu’il dit qu’il occupe la partie supérieure de l’estomac, qui avait été inclus comme une des parties du corps.

24Le caractère hétérogène de ce bref fragment, qui répète les parties du corps humain, déjà mentionnées, qui introduit l’idée des contraires déjà introduite à la fin de la partie précédente et qui énumère les quatre humeurs – énumération qu’on trouve à nouveau dans la section suivante –, fait penser que nous sommes devant un fragment indépendant, avec une entité propre.

  • 12  M.Wlaschky, « Sapientia artis medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklo (...)

25C’est seulement à partir de cet endroit que commencent les coïncidences avec le texte édité par Wlaschky au début du XXe siècle12 : Quatuor humores sunt in humano corpore…

26Le fait que ce soit à cet endroit que commence le texte I du groupe de quatre publiés sous le nom d’Initia medicinae, accrédite l’idée que le paragraphe débutant par quinque talenta est un fragment qui sépare le développement de contenu chrétien de la partie consacrée à la médecine proprement dite.

27Ici commence, donc, la partie correspondant aux deux premières sections du Sapientia artis medicinae. Une différence légère, mais significative, les sépare. Le texte I d’Initia a un paragraphe initial qui n’existe pas dans le texte transmis par nos manuscrits :

Quattuor sunt uenti, quattuor sunt anguli caeli, quattuor tempora : uernum, aestiuum, autumnus et hiems.

  • 13  Ce texte apparaît sous le titre d’Epistola Isidori dans le ms. Vat. lat. 4418 de la Biblioteca Apo (...)

À partir de là le texte, avec les variantes qui sont la conséquence d’une transmission distincte, est identique13.

28Nous allons maintenant éditer les parties antérieures au texte Sapientia déjà édité. Il paraît évident que la partie initiale connaissait une existence antérieure indépendante, bien que nous n’en connaissions pas le modèle.

29Ce que nous pouvons attribuer à l’auteur de l’ensemble d’une insertion aussi longue, c’est la somme des diverses pièces, l’adaptation de la seconde de ses pièces à ses propres critères et peut-être l’élaboration (qu’elle lui soit propre ou qu’il l’ait empruntée) des éléments unissant les deux pièces. Les Étymologies étaient considérées comme un vrai compendium des connaissances nécessaires, ce qui faisait de cette «encyclopédie» le lieu adéquat pour conserver de nouvelles idées ou des doctrines complémentaires sur toutes les matières, en ce cas précis la médecine.

Édition

30Comme il s’agit d’un texte dont la tradition est indépendante du texte de base dans lequel il a été inséré, les caractéristiques générales des manuscrits n’apportent pas grand-chose à l’analyse du texte édité. C’est pourquoi je me limiterai à fournir les informations essentielles sur les manuscrits que j’ai utilisés et à proposer un regroupement schématique par familles.

31Pour ce qui est des normes suivies, j’ai limité l’apparat critique aux variantes significatives, en négligeant les variantes orthographiques. J’ai normalisé les graphies dans tous les cas où il n’y a pas accord des manuscrits.

  • 14  J’ai collationné aussi El Escorial &.I.2, mais il coïncide presque totalement avec V, de sorte que (...)

32Transmission manuscrite14 :

  • A  Biblioteca Ambrosiana H 187inf.
    Parch., XIe s., cc. I + 231 + I, 300 x 210 mm (c. 1), le folio 1 manque.
    fol. 83v (olim 84v) Item aliter de medicina…
    fol. 88r (olim 89r)… sanus efficitur. explicit liber v (v deletus)

  • B  BAV Ottob. Lat. 477
    Parch., XIIIe s., 2 col.
    f. 44ra De initio medicine…
    f. 48rb … sanus efficietur.

  • T  Toulouse, Bibliothèque Municipale 176
    Parch., fin du XIIIe s., 274 ff., 2 col.
    f. 58ra In diebus denique illis…
    f. 63ra … et sanus efficitur.

  • V  BAV Vat. Lat. 623
    Parch., XIII-XIVe s., Italie, I-IV + 156 ff., 315 x 224 mm., 2 col.
    fol. 39rb de causa et exordio…
    42ra … et sanus efficitur.

  • C  El Escorial b.I.12
    Parch., XIVe s., 216 ff., 295 x 215 mm., 2 col. Manuscrit très corrigé.
    f. 54r de causa et exordio medicine… xiiii
    f. 58r … et sanus efficietur.

  • M  Paris, Bibliothèque Mazarine 689
    Parch., XIVe s., 235 ff., 320 x 230 mm., 2 col. À la fin du ms., main du XVIe s. : « Pro libraria regalis collegii Navarre, de dono M. Alexandri, quondam janitoris ejusdem ».
    f. 60ra de causa et exordio medicine…
    f. 64vb … et sanus efficietur.

  • R  El Escorial R.II.11
    Parch., XIVe s., 249 ff., 298 x 118 mm, 2 col.
    f. 46ra de ignitio [sic] medicine… 14.
    f. 49ra … et sanus efficitur.

  • 15  Sur toutes ces questions, on peut consulter C. Codoñer, « Isidorus Hispalensis ep. 1. Etymologiae  (...)

33A est le manuscrit le plus ancien et aussi le plus fiable. Bien que les liens de parenté dans la transmission des Etymologiae ne soient pas décisifs dans l’étude de cette addition, il est intéressant de constater qu’il a comme point commun avec K (Wolffen. 64) et C (Leiden F. 74) l’omission de toutes les lettres sauf la dernière, celle dans laquelle Isidore annonce qu’il a envoyé à Braulion les Étymologies, la double dédicace des livres (à Braulion et Sisebut) : En uobis, et l’absence du Vt ualeas15.

34Dans la transmission du texte que nous éditons nous avons deux manuscrits clairement différenciés qui sont à la tête de deux branches : A et V. Le manuscrit T dépend de A, avec qui il partage de multiples omissions et additions.

35Par ailleurs, on peut considérer BCMR comme un groupe d’origine commune, bien que les influences et les interférences dans l’une ou l’autre direction soient nombreuses.

36Quant à la complexité des relations entre l’ensemble des manuscrits, il suffira de proposer deux exemples pour en donner une idée. Le premier se trouve à la l. 66 :

forcia uirtutis hominisA
forcia uirtus uel uirtutis h. RVT
forma uirens h. mg. al. forcia uirtus B
forma uirens uel uirtutis h. CM

37Nous pouvons reconstruire le processus de la manière suivante. Le texte de l’archétype avait : fortia hominis. Marginalement ou entre les lignes s’est ajouté comme glose à fortia un uirtus destiné à l’expliquer, glose qui s’intègre au texte : fortia uirtus hominis. D’un côté, A n’a pas compris l’expression et l’a corrigée en forcia uirtutis. De l’autre, RVT, peut-être sous l’influence de deux modèles, retrouvent l’original forcia uirtus, mais en donnant la glose comme alternative : uirtutis. Enfin, un groupe de trois copies (BCM) lit de manière erronée forma uirens, mais ils se séparent dans l’option choisie comme alternative : forcia uirtus ou uirtutis.

Autre exemple (l. 222) :

artem medicine A
artem
medicinalis scientie T
artem
medicinalem scientie V
artem
medecinalem/medinalem RC

38La leçon de l’archétype était peut-être medicine. À partir de là a eu lieu une série de développements qui ont peut-être comme point de départ la transformation du substantif au génitif medicine en un adjectif medicinalem, ce qui peut expliquer ensuite le reste des versions.

39Devant une situation semblable, nous avons jugé préférable de ne pas établir de stemma ; nous nous limitons à accepter l’existence de deux branches, représentées par A et V, et à souligner l’affinité de T avec A et celle de BCMR avec V, soit dans leur ensemble soit séparément.

Notes

*  Je remercie Jacques Elfassi pour avoir traduit en français cet article et révisé l’apparat critique. Je remercie aussi K. Fischer pour avoir révisé le texte latin ; le texte a pu être amélioré grâce à cette révision.

1  M. Reydellet, « La diffusion des Origines d’Isidore de Séville au Haut Moyen Âge », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École Française de Rome,78, 1966, p. 383-437. Bien que je ne sois pas entièrement d’accord avec lui, je ne suis parvenue à aucune conclusion fondée sur des arguments suffisamment solides pour proposer un nouveau stemma offrant les meilleures garanties. C’est pour cette raison que j’ai décidé de le garder dans la partie consacrée aux Etymologiae dans P. Chiesa et L. Castaldi (éd.), La trasmissione dei testi latini del Medioevo. Mediaeval Latin Texts and their Transmission. Te.Tra. 2, Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo (Millennio medievale, 57 ; Strumenti e studi, n.s. 10), 2005.

2  J’ai l’intention de consacrer un travail approfondi à l’étude des additions considérées dans leur ensemble, mais en détaillant chacune d’elles.

3  Dans El Escorial R.II.11 il est situé entre les chapitres 12 et 13 du livre de medicina.

4  « La medicina en algunos manuscritos de Isidoro de Sevilla », Isidorus medicus. Isidoro de Sevilla y los textos de medicina, éd. A. Ferraces Rodríguez, La Coruña, Universidade da Coruña, 2005, p. 65-84.

5  A. Jellinek, Bet ha-Midrash : Sammlung kleiner Midrashim und Vermischter Abhandlungen aus dem alteren judische Literatur, vol. 3, Leipzig, C. W. Vollrath, 1855, p. 156. Voir E. Lieber, « Asaf’s book of Medicines : a hebrew Encyclopedia of greek and jewish medicine, possibly compiled in Byzantium on an Indian model », Dumberton Oak Papers, 38, Symposium on Byzantine Medicine, 1984, p. 233-249.

6  K. Sudhoff, « Ein neuer text der Initia medicine », Mitteilungen zur Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften, 15, 1916, p. 281-287 ; S. Muntner, « The antiquity of Asaph the Physician and his editorship of the earliest Hebrew book of medicine », Bulletin of the History of Medicine, 15, 1951, p. 101-131.

7  Dans l’article, je n’exclus pas l’hypothèse de la dépendance du texte de Sudhoff par rapport à la version latine. Une intervention de Vivian Nutton sur un texte voisin dans un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane (Vat. lat. 2378) m’a fait comprendre que cette hypothèse était peu vraisemblable ; en effet, les textes hébreux comportent tous un élément qui ne se trouve pas dans la version latine : la permission de la part de Dieu de laisser libre un des esprits du Mal pour qu’il châtie les hommes mauvais. Je remercie V. Nutton pour m’avoir permis de lire son article avant sa publication.

8  M.Wlaschky, « Sapientia artis medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklos,1, 1928, p. 103-113. Aux manuscrits cités par l’auteur on peut ajouter le ms. 88 de la Bibliothèque Municipale de Vendôme, selon ce qui ressort de la description de H. E. Sigerist, « Early medieval medical texts in manuscripts of Vendôme », Bulletin of the History of Medecine,14, 1943, p. 68-113. Le titre est le même, la partie qui nous intéresse occupe les 138v-139v ; l’incipit et l’explicit de cette partie est aussi la même. Le manuscrit de Vendôme continue avec la partie III de la Sapientia…

9  Voir note 16.

10  R. Laux, « Ars medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklos,3, 1930, p. 417-434, qui coïncide avec notre texte seulement sur l’ascendance d’Hippocrate.

11  L. Ginzberg, dans The legends of Jews (tr. Henrietta Szold), London-Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998 (= Philadelphia,Jewish Publication Society of America, 1909), vol. I, cap. 4, rapporte la légende, mais dans ce cas il change l’ordre et place Asaph à la fin de la série. Ce déplacement d’Asaph à une autre position à l’intérieur du texte légendaire, tel que l’offre Ginzberg, affaiblit la datation du personnage proposée par des érudits antérieurs. Effectivement, il passerait du Ier s. av. J.‑C. ou Ier s. ap. J.‑C. à une date postérieure à Galien, sans plus de précisions. Voir E. Lieber, art. cit. Il est curieux, toutefois, que le même Ginzberg, dans son article sur Asaph, dans The Jewish Encyclopedy, écrit en 1901, suive l’ordre du Livre de Noé pour le dater.

12  M.Wlaschky, « Sapientia artis medicinae. Ein frühmittelalterliches Kompendium der Medizin », Kyklos,1, 1928, p. 103-113. Aux manuscrits cités par l’auteur on peut ajouter le ms. 88 de la Bibliothèque Municipale de Vendôme, selon ce qui ressort de la description de H. E. Sigerist, « Early medieval medical texts in manuscripts of Vendôme », Bulletin of the History of Medecine,14, 1943, p. 68-113. Le titre est le même, la partie qui nous intéresse occupe les 138v-139v ; l’incipit et l’explicit de cette partie est aussi la même. Le manuscrit de Vendôme continue avec la partie III de la Sapientia…

13  Ce texte apparaît sous le titre d’Epistola Isidori dans le ms. Vat. lat. 4418 de la Biblioteca Apostolica Vaticana.

14  J’ai collationné aussi El Escorial &.I.2, mais il coïncide presque totalement avec V, de sorte que je le cite seulement quand il s’en éloigne.

15  Sur toutes ces questions, on peut consulter C. Codoñer, « Isidorus Hispalensis ep. 1. Etymologiae », La trasmissione dei testi latini del Medioevo. Mediaeval Latin Texts and their Transmission. Te.Tra. 2, P. Chiesa et L. Castaldi (éd.), Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2005 (Millennio Medievale, 57 ; Strumenti e Studi, n.s. 10), p. 274-299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Codoñer, « Textes médicaux insérés dans les Etymologiae isidoriennes », Cahiers de recherches médiévales, 16 | 2008, 17-37.

Référence électronique

Carmen Codoñer, « Textes médicaux insérés dans les Etymologiae isidoriennes », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 02 décembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/10452 ; DOI : 10.4000/crm.10452

Haut de page

Auteur

Carmen Codoñer

Université de Salamanque

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org