Navigation – Plan du site

Marc-André Wagner, Le Cheval dans les croyances germaniques. Paganisme, christianisme et traditions

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Marc-André Wagner, Le Cheval dans les croyances germaniques. Paganisme, christianisme et traditions, Paris, Champion (« Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge », 73), 2005

Texte intégral

1Voici un livre destiné à devenir un ouvrage de référence pour les études germaniques et pour les spécialistes du folklore. La taille importante – l’ouvrage atteint presque mille pages –, le nombre des sources exploitées, la rigueur et la clarté de l’exposition, la richesse du dossier iconographique et des annexes, la précision des deux index qui précèdent la table des matières font de cet ouvrage à la fois un outil de recherche extraordinaire et une lecture agréable. L’auteur montre un souci pédagogique tout à fait approprié à un champ de recherche qui, hélas, n’est pas forcément à l’ordre du jour dans les études médiévales, en offrant nombre de définitions et de précisions concernant des personnages, des dieux et des concepts fondamentaux de la tradition littéraire, de la religion, du folklore et de la société germaniques, ce qui rend cet ouvrage très accessible à un public non spécialiste.

2Les deux premières parties suivent une perspective anthropologique : l’auteur analyse les pratiques, les rituels, les mythes qui attribuent au cheval un rôle symbolique. Le champ de la recherche est vaste et suit une perspective comparatiste qui s’ouvre au domaine indo-européen, en insistant sur le lien entre le cheval et la troisième fonction dumézilienne, la fonction liée à la richesse et à la fécondité. Le cheval en tant que symbole de l’acte sexuel, de la fécondité, mais aussi comme symbole de mort, guide de l’âme dans l’au-delà (psychopompe), médiateur entre le monde des vivants et celui des morts, incarnation du cycle cosmique. Les sources utilisées sont les textes d’historiens grecs et romains, des chroniques médiévales, les sagas et les textes épiques germaniques, mais aussi des sources archéologiques, témoignant de la pratique de l’inhumation et du sacrifice du cheval.

3La troisième partie ancre les croyances dans une dimension historique et analyse les efforts de l’Église chrétienne dans l’abolition des pratiques sacrificielles liées au cheval. D’un côté on note l’effort de diabolisation du cheval, qui se trouve associé au domaine de la sorcellerie, la chevauchée diabolique qui mène au sabbat. De l’autre côté, le cheval assume une fonction allégorique positive, notamment dans le domaine de la prédication (l’annexe C recense trente-deux exempla commentés où le cheval joue un rôle), dans les bestiaires, dans les constructions allégoriques mais aussi dans les textes liés à la figure du chevalier, du miles christianus au service de la cause chrétienne.

4La quatrième partie, enfin, porte sur les « survivances », à savoir sur les traces des pratiques et des superstitions liées à la figure du cheval à l’époque moderne, entre le XVIe et le XIXe siècle. Au tout début de l’introduction, l’auteur insiste sur le fait que la distinction entre « croyance » et « superstition » se base principalement sur des critères chronologiques : la superstition concerne la « survivance de croyances qui ne sont plus réellement comprises ». Les survivances intéressent donc, d’un côté, le domaine de la médicine et des autres pratiques rituelles populaires qui attribuent au crottin et au sang des équidés des propriétés thérapeutiques et, de l’autre, la littérature, notamment les légendes germaniques qui ont été rassemblées par la philologie allemande du XIXe siècle, à partir des travaux des frères Grimm. L’auteur insiste sur l’ambiguïté du terme « légenda » qui, dans le domaine allemand, désigne le récit hagiographique et préfère utiliser le terme « mémorat ». L’annexe F présente un Index analytique des thèmes associés au cheval à l’intérieur d’un corpus de plus de 200 mémorats germaniques.

5L’étude de Marc-André Wagner repose sur une masse considérable de sources, présentées avec clarté et analysées avec rigueur, avec une grande attention aux enjeux linguistiques, notamment à l’analyse étymologique. Dans quelques cas, l’auteur avance même des hypothèses personnelles en ce sens : c’est le cas (p. 254) d’une des appellations du lutin, Kobold, mot qui a été traditionnellement interprété comme « celui qui surveille et administre la Kobe, la hutte, le foyer, et par extension la maison ». L’auteur propose d’interpréter le terme Kobe comme « écurie », et donc Kobold comme « gardien des chevaux », ce qui constituerait un témoignage de plus du lien ancestral entre les lutins et les chevaux, des figures également ambiguës qui se situent dans l’espace intermédiaire entre la civilisation des hommes, l’élément sauvage et le monde surnaturel.

6La bibliographie semble un peu disproportionnée face à l’ampleur de l’ouvrage et nous n’avons pas pu nous empêcher de repérer quelques lacunes, pourtant excusables, en partie, à cause de la parution très récente des ouvrages en question. L’auteur ignore l’ouvrage récent de Carlo Donà, Per le vie dell’altro mondo. L’animale-guida e i misteri del viaggio, paru en 2003 chez l’éditeur Rubbettino (Soveria Mannelli), un ouvrage destiné à devenir une référence incontournable pour les études folkloriques. Carlo Donà approfondit le motif mythique de l’animal guide, de sa signification anthropologique, de sa diffusion universelle et de ses applications littéraires, en mettant à la disposition du chercheur un répertoire de textes d’une richesse extraordinaire, un répertoire à l’intérieur duquel le cheval joue, bien évidemment, un rôle de tout premier plan. L’ouvrage de MAW aurait sans aucun doute tiré énormément de profit de ce travail et notamment de la première partie, consacrée au cheval en tant que médiateur entre le monde des hommes et l’autre monde. À propos de la deuxième partie et du rapport entre le cheval et la sorcellerie, l’auteur cite l’ouvrage de Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge, mais semble ignorer un ouvrage qui est bien plus proche de ses objectifs en étant très orienté vers le domaine du folklore germanique : Storia notturna de Carlo Ginzburg, paru chez Einaudi en 1995 et traduit en français avec le titre Le Sabbat des sorcières, un texte fondamental, qui consacre également des pages importantes à la symbolique de la chevauchée nocturne et à la diabolisation de l’image du cheval.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Marc-André Wagner, Le Cheval dans les croyances germaniques. Paganisme, christianisme et traditions », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/1039

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org