Navigation – Plan du site

Latinitas perennis, vol. I The Continuity of Latin Literature, éd. Wim Verbaal, Yannick Maes et Jan Papy

Olivier Pédeflous
Référence(s) :

Latinitas perennis, vol. I The Continuity of Latin Literature, éd. Wim Verbaal, Yannick Maes et Jan Papy Leyde, Brill, 2007, 226p.

ISBN 978-90-04-15327-1

Texte intégral

1Depuis bien longtemps maintenant, on s’interroge sur la continuité de la tradition latine en Europe au cours des siècles et c’est à Ernst Robert Curtius que l’on doit d’avoir jeté les bases de ce type de recherche dans sa magistrale synthèse, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, parue en 1946. Tout récemment, dans un autre registre, on saluera la traduction française sous le titre Le Latin est mort, vive le latin ! de l’ouvrage stimulant de Wilfried Stroh, initialement publié en allemand, qui mène le lecteur de la latinité archaïque jusqu’au XXIe siècle.

2Le présent collectif, édité par trois savants belges, présente les versions écrites et développées d’une journée d’étude organisée à Bruxelles le 22 avril 2005 ; premier opus d’une série consacrée à la Latinitas perennis, ce volume est dédié à la notion de périodisation dans la latinité et se distingue par un louable souci de théorisation qui permet d’ouvrir une réflexion féconde sur les limites d’un modèle normatif, valable pour d’innombrables exemples dans chaque période. Cet ouvrage a aussi le grand avantage d’envisager la question sur une large diachronie, de la Romanité archaïque jusqu’au XVIe siècle, ce qui permet d’élargir la perspective de volumes consacrés à un auteur ou à un genre littéraire, la preuve en est le choix d’un plan conceptuel et non purement chronologique comme on a coutume de le faire. L’ensemble est divisé en trois temps : les débuts, les périodes de perfection (ou classicisme), et les moments de transition, autant de catégories qui sont mises en cause par les contributeurs. Chaque partie, à l’exception de la première qui est introductive, présente trois éclairages, empruntés aux trois périodes reconnues comme majeures dans l’historiographie : latin classique, latin médiéval et latin de la Renaissance. Ce questionnement est en phase avec un récent colloque consacré à la périodisation tenu à la Villa Vigoni à l’été 2007 auquel deux auteurs du volume ont d’ailleurs contribué (Gregor Vogt-Spira et P. Galand-Hallyn).

3La première partie, qui lance le débat, explore les multiples problèmes posés par la nécessité d’organiser une matière confuse et multiple. Win Verbaal, exposant habilement les différentes constructions qui en résulte, y théorise le rapport à l’histoire et l’importance de l’histoire des disciplines dans la compréhension de telle ou telle construction. Il analyse certaines des solutions retenues par l’histoire littéraire et montre de manière convaincante les nouvelles difficultés qui jaillissent desdites solutions. Ainsi, le passage d’une histoire littéraire contenant deux grandes renaissances (au XIIe s. et aux XVe-XVIe siècles) à un chapelet de renaissances à l’intérieur même de chaque siècle pose la question de la pertinence de la méthode et de la caractérisation des temps intermédiaires entre deux renouveaux (p. 9). C’est finalement la posture de l’historien de la littérature devant un contenu qu’il essaie d’organiser et de catégoriser, toujours imparfaitement, qui est interrogée ici.

4La deuxième partie, « Beginnings ? », est une passionnante enquête sur les débuts, souvent fantasmés, de la littérature latine à travers des expérimentations très différentes. Sander Goldberg, dans une contribution plaisamment intitulée « Antiquity’s Antiquity », s’attache à l’étude de l’idée d’archaïsme à travers le regard porté par Cicéron et ses contemporains sur les productions de leurs aînés, ces latins qui ont un « goût particulier pour le passé » (p. 17) mais qui en même temps déguisent leurs dettes envers leurs anciens (p. 28). Il met en lumière la tension entre la valorisation de l’archaïsme comme ornement stylistique et en même temps le refus de paraître archaïque, ce qui complique considérablement le travail du chercheur amené à des systématisations qui occultent les manipulations auxquelles se sont livrés les auteurs de la fin de la République. Francesco Stella envisage la question à travers la poésie biblique des derniers temps de l’Antiquité et du haut Moyen Âge qu’il interroge sous le jour du lien original entre influence gréco-romaine et apport sémitique. C’est une idée qui jaillira à la Renaissance sous la forme d’une grande difficulté à concilier les préceptes du latin classique et la rudesse du latin de la Vulgate et qui a été bien mise en lumière par Christophe Bourgeois dans sa thèse sur les Théologies poétiques de l’âge baroque : la Muse chrétienne, 1570-1630 (Champion, 2006). La notion de « poétique de l’altérité » que F. Stella défend à partir de l’idée d’interférence des cultures développé par Arnaldo Momigliano a l’avantage de penser le problème sur le mode de la coexistence au lieu de toujours privilégier le modèle de la rupture. Davide Canfora, de son côté, propose une autre manière d’envisager les origines ; s’attachant à l’étude de la variété des styles dans les Facetiae du Pogge au temps du premier Quattrocento, il souligne la volonté de retrouver un latin parlé, sorte de mirage de l’origine, qui est à mettre en parallèle avec les propres recherches épigraphiques de cet humaniste. Par là, le Pogge cherche à restituer un peu de la vivacité de cette langue à un moment où les liens avec la Rome antique paraissent définitivement coupés.

5La troisième partie, « Perfections ? » est sans doute la plus brûlante puisqu’elle interroge, sans reprendre le terme dans l’intitulé-cadre, la notion de classicisme, tenue pour la clef de voûte de l’histoire littéraire traditionnelle et à l’aune de laquelle on jugeait les productions périphériques des deux côtés de la chronologie. Gregor Vogt-Spira mène d’une main de maître une étude centrée autour de l’élaboration d’un canon classique dans la Rome de la fin de la République et de l’Âge augustéen par le biais de l’enseignement grammatical et rhétorique. Il indique les conditions internes qui font que cette littérature a pu s’établir comme la période d’excellence, créant par là même un modèle pour les littératures vernaculaires à venir. Jan Ziolkowski, qui se concentre sur le « long XIIe siècle », fruit d’un grand nombre de changements décisifs, propose de mettre en valeur la notion d’autorité (auctoritas) et se plaît à expliciter la constitution d’un nouveau panthéon de « classiques », éclairant par là même la notion de fondamentale de canon. Marc Van der Poel offre une étude très convaincante sur les limites de l’application des catégories rhétoriques et poétiques de l’Antiquité à la création littéraire de la Renaissance, trop souvent tenue pour acquise, et montre les importants remaniements qui se ont été opérés alors. Il montre à quel point la rhétorique enseignée à la Renaissance apporte une multiplicité de réponses à l’articulation du fameux couple classicisme-modernisme qui parcourt toute la période.    

6La quatrième et dernière partie est dédiée à l’étude de la notion de transition, elle-même fort ambiguë : il n’est certes pas anodin de qualifier un auteur ou une époque de transitoire. Cette partie s’ouvre sur l’article de Michael Roberts qui redéfinit la place de la continuité et du changement dans la poétique tardo-antique, aujourd’hui reconnue comme fondatrice pour la création littéraire au Moyen Âge et à la Renaissance. Il met en avant la capacité d’adaptation qui préside à cette praxis poétique en un moment de changements drastiques. Thomas Haye s’arrête sur une case aveugle de la recherche, la littérature latine du dernier Moyen Âge qui n’a pas reçu l’attention qu’elle méritait, expliquant cela par la densité de Gebrauchsschriftum qui a pu conduire à faire de cette époque une phase dégénérative de la littérature (p. 180). S’inscrivant en faux contre cette analyse, T. Haye donne un certain nombre de critères pour établir la visibilité de ce moment historique « écartelé entre les deux Renaissances » comme le dit W. Verbaal dans l’introduction (p. 11). Perrine Galand-Hallyn, enfin, clôt joliment ce volume en s’interrogeant sur la posture originale de Joachim Vadian dans sa Poétique qui fait un sort à la littérature médiévale, contrairement aux autres traités de la Renaissance dans lesquels il est de mise de renvoyer les écrits médiévaux dans les ténèbres barbares. C’est une alternative de taille au fameux schème historiographique de naissance, acmé et mort de la langue, suivi d’une renaissance qui a été sanctifié par les Poetici libri septem de Jules-César Scaliger. P. Galand-Hallyn souligne que ce système repose sur la notion d’éclectisme des styles qui explique cette affinité pour l’alternative au classicisme, et c’est précisément le fondement du laboratoire poïétique des anti-cicéroniens.

7A travers cette trop brève présentation, on voit sans peine, je l’espère, ce que l’antiquisant, le médio-latiniste, le néo-latiniste gagneront à consulter ce volume qui donne une vision rénovée de leur discipline et des concepts et exemples très féconds pour leurs recherches. Que ce soit à travers une analyse précise d’une œuvre (Davide Canfora) ou par le biais d’une approche plus théorique (Thomas Haye), avec tout un dégradé de combinaisons diverses, les différents contributeurs à ce volume nous convainquent de l’efficience d’un questionnement argumenté des fondamentaux de l’histoire littéraire. Devant la qualité des contributions et de la perspective d’étude retenue, le lecteur attend impatiemment les deux volumes suivants annoncés dans la préface, Appropriation by Latin Literature et The Property of Latin Literature, qui viendront utilement compléter celui-ci.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pédeflous, « Latinitas perennis, vol. I The Continuity of Latin Literature, éd. Wim Verbaal, Yannick Maes et Jan Papy », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 09 novembre 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/10333

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org