Navigation – Plan du site

Monika Schulz, Eherechtsdiskurse

Gabriele Ribémont-Vickermann
Référence(s) :

Monika Schulz, Eherechtsdiskurse. Studien zu « König Rother », « Partonopier und Meliur », « Arabel », « Der guote Gêrhart », « Der Ring », Heidelberg, Winter (« Beiträge zur älteren Literaturgeschichte »), 2005, 201 p.

Texte intégral

1Toujours trop peu nombreuses sont les études littéraires qui tiennent compte d’autres domaines du savoir quelque essentiels soient-ils pour la compréhension des textes analysés. S’il est vrai que le chercheur littéraire qui s’aventure, par exemple, sur des pistes juridiques, comme le fait Monika Schulz, constitue un « risque de sécurité herméneutique » (Ulrich Mölk, cité par l’auteur dans son introduction), une démarche contrôlée, soumise à la vérification de spécialistes, peut faire avancer de manière significative la critique littéraire souvent trop cloisonnée.

2Tel est le cas du dernier livre de la germaniste Monika Schulz qui entreprend la relecture de cinq textes littéraires du Moyen Âge allemand qui s’échelonnent sur presque trois siècles, à savoir König Rother (autour de 1150), le roman Partonopier und Meliur de Konrad von Würzburg (réécriture de 1277 du Partenopeu français), la chanson de geste Arabel d’Ulrich von dem Türlin (qui raconte, au XIIIe siècle, la préhistoire du Willehalm de Wolfram von Eschenbach), le roman Der guote Gêrhart (début du XIIIe siècle) de Rudolf von Ems et la parodie Der Ring de Heinrich Wittenweiler (vers 1410). Si tous ces textes appartiennent à des logiques génériques différentes, ils peuvent être regroupés grâce à leur schéma narratif commun de la demande en mariage (« Brautwerbung ») et du mariage dont le König Rother est, selon la tradition, le prototype. En contre de cette tradition qui relève les invariants narratifs, Monika Schulz se propose ici de montrer comment chaque texte intègre et répond à un arrière-fond juridique différent susceptible de rendre plausibles les changements par rapport au schéma, voire de résoudre les apories narratives.

3Le lecteur pourrait regretter une présentation plus ample des questions et changements juridiques en matière de mariage, mais le parti pris de l’auteur de procéder en partant des textes littéraires se justifie largement par le fait que le dénominateur commun des textes choisis ne consiste pas justement dans un même arrière-fond juridique (sujet à des transformations importantes pendant la période donnée), mais dans un même schéma narratif dont les variantes, par contre, ne s’expliquent qu’en passant par la connaissance des débats contemporains sur la légitimité du mariage.

4Ainsi, le König Rother et son récit de mariage reflètent la suprématie de l’Occident chrétien au prisme du tout nouveau droit canonique et de ses critères pour la validité du mariage. Surtout la fameuse « Kemenatenszene », la scène centrale située à l’appartement des femmes, témoigne, avec une princesse beaucoup plus active que son rôle féminin traditionnel le supposerait et par les gages qui, dans la tradition, fondent un véritable contrat, du consentement de la mariée, fille de Constantin, contre l’avis du beau-père tyrannique qui réunit tous les traits caractéristiques péjoratifs que l’on prêtait aux Byzantins. En termes juridiques, il y a concurrence entre le raptus dans l’acception constantinienne telle qu’elle marque d’ailleurs, encore jusque dans le XVIIIe siècle, le droit français, et, de l’autre côté, le droit canonique qui institutionnalise, vers 1140, à partir du Decretum de Gratien, le consentement des époux comme seule condition au mariage : consensus qui solus sufficit ad contrahendum matrimonium. Sur la matière ancienne se greffe donc une actualité juridique qui est celle du XIIe siècle et qui souligne le contraste entre l’Occident et Constantinople où le pouvoir du père continue à être protégé par des lois civiles et ecclésiastiques. Si le récit du mariage du roi Rother s’inscrit également en contre de la réalité historique qui n’avait, pendant des siècles, concédé de porphyrogenita aux souverains occidentaux, il la corrige en donnant déjà à Rother, grand-père fictif de Charlemagne, les honneurs du gode keyser. Déjà en vue de la légitimité de sa descendance, le mariage du roi Rother ne peut pas être conçu comme invalide ni être mis en question par l’enlèvement ou encore le deuxième mariage de la princesse. La fin du récit met ainsi en scène le mariage solennel sous les yeux du Basileus même qui sanctionne ainsi le lignage.

5Dans Partonopier und Meliur, le discours juridique garantirait même, selon Schulz, la cohérence d’un texte quelque peu hétérogène. L’auteur le lit en effet comme une casuistique complexe du droit matrimonial, occidental et oriental, emblème du conflit entre les deux empires mis en question par le rôle du protagoniste Partonopeu de Blois qui vise plutôt une harmonie basée sur des « parentés créées » et l’œcuménicité chrétienne. Ainsi, le mariage de Partonopier se fait selon les rites byzantin et romain et intègre ainsi les dogmes concurrentiels. Même l’élément féerique du tabou de visualiser Méliur peut s’expliquer par la minorité de Partonopier à qui manque encore l’adoubement pour être officiellement le mari de Meliur et, par là même, le successeur du Basileus. La « Kemenatenszene » (scène topique à l’appartement des femmes) peut donc instaurer une différence entre le domaine public – qui nécessite encore une qualification supplémentaire et ne permet pour l’instant que des « sponsalia de futuro » – et le domaine privé, lequel ne demande que le consentement mutuel. Elle instaure ainsi un mariage clandestin, interdit, mais tout de même valable. Que le mariage soit considéré comme valablement contracté est prouvé par les suites ambiguës de l’infraction du tabou par Partonopier : car, si Meliur le repousse, elle se sentira elle-même coupable, ce qui ne peut s’expliquer que par la fidélité qu’elle doit à celui qui est de fait déjà son mari. Dans le conflit narratif entre les ‘lois’ génériques du conte de fée et la véritable logique juridique, le récit privilégie donc la vision juridique (occidentale) et aboutit, après de nouvelles épreuves du protagoniste, à sauver les liens matrimoniaux.

6L’amour entre l’Occident et l’Orient est également au centre du récit Arabel d’Ulrich von dem Türlin qui corrige le Willehalm de Wolfram von Eschenbach en ce qui concerne une scène de première importance : l’accueil de la païenne Arabel par la famille de Willehalm. Pour donner plus de cohérence à cette correction, il remonte en arrière et raconte l’enlèvement d’Arabel. Que celle-ci soit consentante n’a d’importance que dans le discours juridique récent qui, en contre du droit franc, élève le consentement des époux au critère principal d’un mariage légitime, même en cas d’enlèvement. En outre, Arabel accepte la foi chrétienne, ce qui annule, d’après le privilegium paulinum, son mariage précédent avec un roi païen et la libère pour l’union avec Willehalm, solennisée par le pape même. Ce contexte représente aussi le danger probable d’une vengeance païenne contre laquelle la solidarité familiale est requise et même obligée dès le moment qu’Arabel est acceptée par la famille – acte formel que Ulrich souligne par la narration de nombreux gestes rituels et juridiquement significatifs.

7Dans Der guôte Gerhart de Rudolf von Ems, seule une partie du récit peut être assimilée, et de manière indirecte, au schéma narratif de la demande en mariage. Car celui qui entreprend le voyage n’est pas le prétendant, mais un commerçant, Gerhart ; de même, l’antagoniste n’est pas le père de la mariée, mais un roi païen qui détient la reine Erene après un naufrage. En outre, le père de famille Gerhart ne rachète Erene que parce qu’il s’attend, selon les coutumes de l’époque, à être dédommagé par le père et le fiancé de celle-ci. Mais ils ne se manifestent pas dans l’année qui suit. Reste implicite qu’il s’agit du délai prévu par la loi avant que la femme change de statut juridique, faisant du commerçant le tuteur de la reine qu’il destine désormais à son fils. L’autorité du tuteur oblige Erene au consentement, lequel pourra être attaqué par la suite comme consensus deceptorius : consentement uniquement apparent (et même contrecarré par la demande d’Erene de différer d’un an supplémentaire son mariage). Finalement, le récit arrive à opposer les deux mariages, car Willehalm, le fiancé d’Erene, se manifeste juste au moment où on fête les noces de celle-ci avec le jeune Gerhart. L’astuce narrative qui permet la péripétie, mais qui constitue également l’ancrage dans la discussion juridique de l’époque autour du sacrement du mariage, réside dans l’interprétation des fiançailles avec Willehalm en tant que sponsalia de futuro qui peuvent défier le mariage à peine célébré des sponsalia de præsenti. Aucun des deux mariages n’est encore consommé et le critère décisif de la décision qui incombe à l’archevêque sera le consentement, essentiel au caractère sacramental du mariage dont s’ensuit l’indissolubilité. Le « bon » Gerhart va mériter son épithète en reconnaissant le caractère saint et indissoluble du mariage et la volonté de Dieu, efficace dans l’arrivée de Willehalm, et en leur subordonnant son pouvoir purement profane de tuteur.

8L’avocat Heinrich Wittenwiler, qui est l’auteur du Ring, cache sous des apparences carnavalesques des recours à des positions de conciles, mais pour en montrer les apories. Le début est fait par un contrat entre le fiancé et le père de la mariée, mais le consentement de celle-ci est bientôt déclaré, et tout le village participe de manière ostentatoire aux étapes de la cour qui s’ensuit. Si on ne peut donc parler de mariage clandestin, le regard du droit canonique l’identifie en tant que tel et devient la cible ridicule de la parodie de l’avocat qui s’inscrit dans la résistance contre les nouvelles formalités requises par les autorités ecclésiastiques. Le texte propose donc un premier mariage laïque par un maître de cérémonie choisi par la famille, comme le permettait l’ancien droit, accompagné d’une messe censée solenniser a posteriori le mariage contracté. C’est ici qu’intervient le curé qui essaie d’imposer le droit canon en respectant les formalités du ban – une nécessité vitale pour lui qui risque une suspension du service de trois ans, pour les mariés un compromis qui leur permet de rester dans le sein de la communauté en contractant ce qui est finalement un deuxième mariage. Se pose alors le problème de l’empêchement au mariage à la révélation duquel servent les bans, mais qui n’arrive en l’occurrence qu’a posteriori par rapport au premier mariage dont la validité est ainsi mise en question. Cette situation juridique équivoque est poussée à l’extrême par Wittenwiler qui fait paraître à la messe une vetula, caricature de la vieille fiancée, prétendant être la fiancée délaissée du marié. Der Ring met ainsi en scène les controverses autour de la validité de deux formes de mariage concurrentes, et notamment la difficulté de prouver une promesse de mariage, mais aussi un mariage consommé, mais contracté selon les vieilles coutumes, sans formalités. Traduit dans le langage burlesque du Ring, le problème de l’identification du jeune homme devient celui de la vetula malvoyante. Malgré tous les doutes, l’obstacle ne peut être levé et le mariage, peut-être défectueux par ailleurs, ne pourra pas être solennisé par l’Eglise.

9Ces petits résumés de la relecture entreprise par Monika Schulz pourront, du moins je l’espère, mettre en évidence la plausibilité de l’ancrage des intrigues dans leur contexte juridique et inciter le lecteur intéressé à reprendre l’argumentation très détaillée et documentée proposée par le très novateur livre intitulé Eherechtsdiskurse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriele Ribémont-Vickermann, « Monika Schulz, Eherechtsdiskurse », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1032

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org