Navigation – Plan du site

Guillaume de Saint-André, Chronique de l’État breton. « Le bon Jehan » &  « Le jeu des échecs », XIVe siècle

David Dominé-Cohn
Référence(s) :

Guillaume de Saint-André, Chronique de l’État breton. « Le bon Jehan » &  « Le jeu des échecs », XIVe siècle, texte établi, traduit, présenté et annoté par Jean-Michel Cauneau et Dominique Philippe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, xviii-602 p.
ISBN 2-7535-0096-7

Texte intégral

1Guillaume de Saint-André et son œuvre, une vie du duc de Bretagne Jean IV de Montfort, le Livre du Bon Jehan, et une variante singulière du Jeu des échecs moralisé, n’était accessible que par des éditions du XVIIIe et du XIXe siècle. Aujourd’hui, Jean-Michel Cauneau et Dominique Philippe livrent une édition scientifique de l’ensemble de cette œuvre d’un clerc breton des années 1380. En proposant une solution originale tant sur le plan du style et de la composition, par un système de mise en écho des deux textes, cette œuvre laisse entrevoir à la chancellerie ducale la réalité et les moyens d’une réflexion politique profonde et subtile. Guillaume de Saint-André doit maintenant être reconsidéré. Si l’on savait déjà son rôle comme conseiller du duc de Bretagne à la fin du XIVe siècle, il faut, à partir de cette édition, voir en lui l’auteur d’une réflexion sur les fondements de l’autorité ducale en Bretagne. Cette œuvre par son ampleur dépasse celle d’une simple tentative de mémoire comme l’auteur l’affirme en prologue, elle est le témoignage d’une activité intellectuelle qui doit modifier nécessairement notre regard sur le duché de Bretagne et, au-delà, sur les principautés en France à cette époque. Cette édition ouvre donc la voie à de nouvelles recherches sur la formation d’une pensée à la fois historique et politique propre au duché de Bretagne dès la fin du XIVe siècle.

2Par leur édition des textes de Guillaume de Saint-André, intitulée Chronique de l’État breton, Jean-Michel Cauneau et Dominique Philippe apportent une contribution importante à l’étude du duché de Bretagne à la fin du Moyen Âge. Ce recueil comprend non seulement la toute première édition scientifique d’un texte important, le Livre du Bon Jehan, mais aussi la variante en vers du Jeu des échecs moralisés de Jacques de Cessoles que Guillaume a écrite ; cette édition couplée rompt avec la tradition d’édition des œuvres de Guillaume et n’est pas sans conséquence. En rassemblant les deux textes, les éditeurs contribuent à donner aux chercheurs les moyens de mener une étude complète sur ce personnage important de l’entourage du duc Jean IV de Bretagne ; plus encore, ils confèrent par cette réunion une ampleur nouvelle au personnage de Guillaume de Saint-André. Il est nécessaire de souligner l’importance de leur travail, porteur de grands changements dans les études sur la Bretagne. La Chronique de l’État breton comporte en effet des avancées sensibles : en opérant un renversement de la réception de l’œuvre de Guillaume de Saint-André, et donc de la compréhension du personnage, et en révélant dans cette œuvre les fondements d’une pensée politique nouvelle, et pour le duché, et pour son époque.

3L’œuvre de Guillaume de Saint-André est un ensemble comptant au total 5 482 vers. On peut reconnaître trois parties principales d’inégale longueur : un prologue, le Livre du Bon Jehan duc de Bretaigne et le Jeu des échecs moralisés. JMC et DP présentent, en supplément à leur édition,un plan analytique très précis de l’œuvre d’après des repérages effectués dans l’œuvre et qui s’avèrent toujours justifiés. On se bornera donc à souligner les temps forts du récit de Guillaume. Il est passé d’abord rapidement sur le début de la crise de succession et sur la campagne menée par Jean, père du futur Jean IV (vers 103-344). Déjà dans le cadre d’apartés, qui se répéteront dans la suite du Livre et qui sont les lieux soit d’analyse, soit de discours, Guillaume présente les Bretons comme un acteur de cette histoire, comme instance de reconnaissance. Il faut ensuite souligner le récit très précis qu’il élabore pourla période 1362-1364 (vers 519-1446), plus de mille vers, dont plus de quatre cents consacrés à la bataille décisive de l’Auray (vers 993-1446). Mais très vite la paix établie à l’issue de cette bataille, entre le nouveau le Roi, le nouveau duc et les grands du duché se détériore, et Jean doit fuir en 1373 (vers 1447-1946). Ce moment difficile de la vie de Jean IV est rapporté très vite par Guillaume. La période qui suit et qui voit Jean prendre part aux opérations anglaises entre la Bretagne et l’Aquitaine sont l’occasion de présenter un portrait du duc en chevalier. Près de cinq cents vers lui sont ainsi consacrés (vers 1973-2492).

4La reconquête du duché de 1378 à 1380 fait l’objet, elle aussi d’une description minutieuse ; après une présentation de la révolte du peuple breton contre les commissaires du Roi de France et son appel à Jean IV, on suit le cheminement de ce dernier dans son duché, les tractations avec le duc d’Anjou, les déboires des Français et en particulier du connétable Bertrand du Guesclin, figure emblématique du traître, et des Espagnols alliés des Français. Enfin, vient le succès et la reconnaissance de Jean de Montfort comme duc de Bretagne par le roi de France, ainsi que la prestation controversée de l’hommage lige.

5Le Livre se clôt sur le retour en 1381 de Jean IV dans son duché. Après une très courte transition, le Jeu des échec moralisés est présenté par Guillaume comme le jeu moral par excellence. Sa version du Jeu des échecs est très courte : il s’agit d’abordd’une brève histoire du jeu, et ensuite d’une présentation de chaque pièce, de ses mouvements, de sa valeur et de sa signification. Le Jeu n’occupe que lesvers 4257 à 5394 ; il se termine par une brève conclusion avec une signature acrostiche de Guillaume de Saint-André.

6L’édition proposée par JMC et DP introduit un changement considérable dans la lecture que nous avons de l’œuvre de Guillaume de Saint-André et qui va avoir des conséquences sur le statut de ce dernier. En effet, selon eux, Guillaume de Saint-André n’est pas l’auteur de textes radicalement distincts, mais le Livre du Bon Jehan et le Jeu des échecs sont fait pour être mis à la suite et produire un ensemble de grande ampleur. On se souvient de l’article de Félix Lecoy qui avait traité de la question en 1943 à partir des manuscrits, mais sans tirer alors sur les plans littéraires, culturels et historiques les conséquences qui s’imposaient. Il est revenu alors à JMC et DP de le faire. Leurintroduction présente Guillaume à la tête d’une œuvre historique, politique, voire philosophique. Ils tentent d’y aborder la totalité de cette œuvre, mais l’essentiel de leur argumentation se concentre sur la démonstration de l’existence d’un auteur susceptible de porter un tel projet politique et de celle d’un discours à la fois « nationaliste »et indépendantiste. D’emblée, elle fait l’économie d’une étude approfondie des mécanismes littéraires de l’œuvre deGuillaume de Saint-André. Si leur introduction est l’occasion d’une présentation très complète de ce que l’on sait de Guillaume de Saint-André, en particulier une présentation des sources se rapportant à lui, il manque une étude plus précise de l’œuvre et de son fonctionnement : par exemple les jeux formels issus de la construction de l’ensemble.

7Leur premier chapitre, présenté comme une introduction historique, porte sur l’identité de Guillaume de Saint-André. Le second chapitre, intitulé « Du Livre au Jeu, une œuvre engagée », tente de mettre en évidence le Livre comme la chronique de la naissance de l’État breton et les échecs comme le triomphe d’une sorte de raison de cet État. Le chapitre suivant est une introduction littéraire ; il aborde en particulier les questions du rôle du destin dans le Livre et du statut de l’Histoire. Le quatrième chapitre porte sur les repères métriques et linguistiques de l’œuvre. Enfin, le cinquième chapitre présente la transmission du texte.

8Il faut reconnaître que JMC et DP transforment radicalement les représentations habituelles de Guillaume de Saint André : ils mettent en valeur son statut d’auteur d’une réflexion politique. À l’aune des jugements portés par les historiens de la littérature sur Guillaume de Saint-André, avant la parution conjointe des deux textes, il était impossible de voir en lui l’auteur d’une réflexion politique, et encore moins un théoricien. À lire par exemple sa notice dans le Dictionnaire des Lettres françaises, on comprenait que tout l’intérêt du personnage, mal connu par ailleurs, résidait dans la rédaction d’une sorte de texte historique en vers sur les événements de la guerre de succession de Bretagne, dont il avait dû être un témoin direct. Par ailleurs, les traces d’une haine forte contre les Français, et contre les Anglais en faisaient également le premier auteur « nationaliste » de la Bretagne. C’est dans ces deux registres, l’histoire d’une part, et le « nationalisme » de l’autre, que, depuis sa première édition par les Mauristes, au XVIIIe siècle, jusqu’à aujourd’hui, l’on a classé Guillaume, avec un certain dédain dû sans doute à la piètre qualité littéraire de ses vers. JMC et DP présentent toute la succession des éditions en rendant compte à chaque fois de ce qui a retenu l’attention des éditeurs passés ; ils mettent alors en évidence comment un auteur et son œuvre sont apparus au fil des éditions. Cette précision historique réelle, alliée à cette hargne envers les Français et les Anglais, ont fait de lui le fondateur de la tradition de textes historiques qui, comme la Chronique de Saint-Brieux, ont ensuite été considérés comme porteurs du nationalisme breton et de la volonté de souveraineté et d’indépendance du duché. Comme les éditeurs le montrent, l’ajout au récit de Guillaume d’un prologue, qui place la suite de ses écrits sous le signe d’une réflexion sur la Fortune, qui élève les bons et qui jette à terre les méchants, permet de déplacer sensiblement la signification de la démarche d’écriture du Livre d’un simple récit informatif ou même hagiographique vers un objet plus complexe. Il devient possible de lire en son sein une réflexion plus profonde, plus assumée, sur l’avènement de Jean de Montfort au duché de Bretagne que JMC et DP soulignent nettement. Ils suggèrent que cette réflexion prend ensuite une ampleur plus vaste encore à travers la suite que Guillaume donne au Livre, leJeu des échecs moralisés. En effet, faire suivre le Livre qui relate la geste du prince Jean de Montfort victorieux sur ses ennemis, grâce à l’aide de la Fortune et celle de Dieu, du Jeu des échecs moralisé suggère clairement que ce dernier est censé offrir le tableau de la situation d’après la guerre de succession. On obtient l’illustration d’un exercice du pouvoir princier parfait et réglé par un effet de miroir entre le Livre du Bon Jehan et le Jeu. On comprend alors la spécificité de la version de Guillaume du Jeude Jacques de Cessoles qui ne comporte aucun exemplum. Cette absence, qui va à l’encontre de la tradition rhétorique dominicaine dont est issu Jacques de Cessoles, trouve sa raison d’êtredans le fait que le Livre peut être compris comme le réservoir d’exempla du Jeu. On est donc confronté à une structure assez complexe par une mise en écho qui lie le Livre et le Jeu dans un système unique. Cette constatation nous permet d’abonder dans le sens des éditeurs qui postulent l’unité de l’œuvre de Guillaume autour du thème de l’exaltation de la figure du prince.

9Les éditeurs proposent en réalité, à travers des analyses sur le discours de la royauté, du pouvoir et de l’histoire, une sorte de lecture englobante des deux textes, qui vient justifier après coup, sans qu’on en sente la nécessité, leur choix de réunir ces deux textes dans un même volume. Ce manque de justifications textuelles est compensé par de nombreuses analyses sur la prosodie, les rimes, et plus généralement la langue de Guillaume ; de telles études permettront de donner enfin les moyens d’aborder l’œuvre littéraire en elle-même, alors que la critique sur le sujet s’est longtemps contentée de lieux communs ne laissant aucune chance à la démarche de Guillaume de Saint-André d’émerger dans sa spécificité et sa richesse.

10Il convient maintenant de suggérer quelques pistes interprétatives supplémentaires qui n’ont pas été vraiment esquissées par les éditeurs. La mise en écho du Livre, et donc d’un récit empruntant beaucoup plus au genre littéraire qu’à celui historique, et du Jeu, qui appartient au genre des discours moralisants, nous invite en effet àchercher l’objet commun de ces deux textes, s’il existe. Et l’on peut penser que celui-ci se trouve dans le prologue ; il s’agit de la Fortune, dont les changements, guidés par Dieu, expliquent les aléas de l’histoire. La construction en miroir du gouvernement parfait du bon prince, roi de l’échiquier, et de la quête de Jean de Montfort permet donc de mettre en évidence l’importance centrale de la justification de l’arrivée au pouvoir en Bretagne de ce dernier. Si l’on s’attache à étudier de près la construction du récit, coupé de longues périodes portant sur les droits de chacun à prendre telle ou telle position (Jean IV, Charles de Blois, les différents rois de France), alors on se rend compte de la faible place laissée à l’argumentation juridique sur les droits de Jean, et bien à l’inverse de celle considérable qu’occupent les récits d’actions chevaleresques, avec en premier lieu, la bataille de l’Auray en 1364.

11L’œuvre de Guillaume de Saint-André permet donc de comprendre précisément sur quelles bases le pouvoir des Montfort tente de se justifier dans un duché certes officiellement acquis, mais qui fut déchiré par quarante ans de ce qu’il faut appeler une guerre civile. Guillaume fait d’abord de la désignation à l’Auray dans un jugement de Dieu de Jean de Montfort, et surtout de l’appel, sur le tard, vers 1378, des Bretons pour venir défendre le fondement de son autorité. Son but est d’éviter les différents écueils argumentatifs liés à la situations difficile de Jean de Montfort en Bretagne, avec peu de soutiens, opposé à son suzerain le Roi de France, et allié au Roi d’Angleterre. Ainsi sa victoire à la bataille de l’Auray tient lieu de dispense de toute forme de soutien royal à sa cause. Dans un deuxième temps, l’appel des Bretons permet de présenter Jean en prince contrôlant son domaine : il incarne le modèle du bon prince. Du reste, il faut aussi souligner que le parti de Jean fut longtemps minoritaire en Bretagne : ce que Guillaume rappelle discrètement. Le texte de Guillaume propose donc une sorte de solution pour rendre pensable, vers le milieu de la décennie 1380, ce renversement de situation, ce changement de rapport de forces.

12On voit alors avec intérêt surgir la thématique, bien relevée par les éditeurs, des Bretons comme entité forte. Ils sont une véritableforce agissante : aux dires de Guillaume ce sont les Bretons qui, en 1378-1380, se libèrent eux-mêmes de la présence des Français. Ils ont une force légitimante : les droits de Jean de Montfort ne prennent réellement corps qu’après avoir été reconnus par les Bretons.

13Peut-on dans ces conditions dire que Guillaume de Saint-André est un penseur de l’unité des Bretons et par conséquentde la nature spécifique de l’autorité ducale par rapport à l’autorité royale ? Une réponse claire à cette question n’est sans doute pas possible, elle se perd dans l’indécidabilité des faits passés ; cependant, il faut reconnaître que l’on trouve chez Guillaume des éléments précis que l’on retrouvera tout au long du XVe siècle, comme les anciens droits fondant une revendication de plus en plus soutenue à une relative puis certaine indépendance que l’on voit à son comble sous le règne de François II.

14Ainsi, même s’il faut se méfier des facilités d’une lecture de l’œuvre de Guillaume qui en ferait une tentative de définition en négatif d’une certaine réalité bretonne, il est certain qu’il faut reconnaître dans cetteœuvre un moment, une étape dans la production des discours politiques bretons de la fin du Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

David Dominé-Cohn, « Guillaume de Saint-André, Chronique de l’État breton. « Le bon Jehan » &  « Le jeu des échecs », XIVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1029

Haut de page

Auteur

David Dominé-Cohn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org