Navigation – Plan du site

Danielle Jacquart, Danièle James-Raoul, Olivier Soutet (dir.), Par les mots et les textes. Mélanges de langue, de littérature et d’histoire des sciences médiévales offerts à Claude Thomasset

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Par les mots et les textes. Mélanges de langue, de littérature et d’histoire des sciences médiévales offerts à Claude Thomasset, études réunies par Danielle Jacquart, Danièle James-Raoul et Olivier Soutet, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Travaux de stylistique et de linguistique françaises. Études linguistiques »), 2005
ISBN 2-84050-357-3

Texte intégral

1Anciens étudiants, collègues et amis rendent hommage, tout au long de cet épais volume de 896 pages, au Professeur Claude Thomasset, qu’il n’est guère besoin de présenter. En considération des centres d’intérêt qui ont marqué la longue carrière de recherche du dédicataire, les 63 contributions ici rassemblées s’inscrivent essentiellement dans trois domaines de la médiévistique : la linguistique (et spécialement la lexicologie, l’onomastique et la toponymie), l’histoire des sciences (et notamment de la médecine) et la littérature (en particulier dans ses liens avec la mythologie et le folklore).

2Voici la liste des 63 contributions : M. Banniard, « L’ancien français, mémoire du latin » ; S. Bazin-Tacchella, « Lequel dans la traduction française de la Chirurgia Magna de Guy de Chauliac : un outil de cohésion » ; J.-P. Bénezet, « Quand ‘dispensation’ n’est pas la bonne traduction de dispensatio » ; A. Berthelot, « Le savoir de Merlin chez Geoffroy de Monmouth » ; J.-P. Boudet, « Astrologie et politique dans la crise du milieu du XIVe siècle : le Livre des elections universelles des douze maisons de Pèlerin de Prusse » ; D. Boutet, « Le fabliau des Trois dames de Paris et le De miseria humanae conditionis d’Innocent III » ; C. Buchet, « Au sortir du Moyen Âge : l’apport maritime français au mouvement des grandes découvertes » ; M.-M. Castellani, « D’un portrait l’autre, le renouveau de l’écriture descriptive dans Athis et Prophilias » ; J.-P. Chambon, « Toponymie et grammaire historique : les noms de lieux issus de cappella et forestis et la diffusion spatiale de l’article défini dans la Galloromania » ; J. Chocheyras, « Les lieux-dits ‘La Croix-Rouge’ au Moyen Âge et leur signification prophylactique » ; C. Connochie-Bourgne, « Leçon de choses : Thierry de Chartres physicien et poète » ; B. Darbord, « La métaphore du médecin et son usage dans la poésie d’art majeur (Espagnes, XVe siècle) » ; M. Demaules, « Picous ou l’énigme d’un nom dans la Folie de Berne » ; R. Deschaux, « Progrès, science et raison dans le Champion des Dames de Martin Le Franc » ; I. Draelants et M. Paulmier-Foucart, « Echanges dans la societas des naturalistes au milieu du XIIIe siècle : Arnold de Saxe, Vincent de Beauvais et Albert le Grand » ; J. Ducos, « Astrométéorologie et vulgarisation, le livre VI de Li Compilacions de le science des estoilles de Léopold d’Autriche » ; J. Dufournet, « Le théâtre arrageois au XIIIe siècle (secondes remarques) » ; F. Dufournier-Nyssens, « Le manuscrit du Cogner, un réceptaire médiéval » (avec l’édition de quelques recettes) ; M.-M. Fragonard, « Guérir par le texte » ; J.-M. Fritz, « Scénarios pour la mort du philosophe : l’exemple d’Aristote » ; C. Gaignebet, « Un chaudron nommé Grâce » ; C. Galderisi, « Le motif du ‘crâne qui parle’ entre mythologie et théologie : de la transmission orale à la création poétique » ; M. Gally, « L’amour au risque de la connaissance » (sur Le Livre des eschez amoureux moralisés d’Evrart de Conty) ; H. Gerner et R. Martin, « Le lexique de la langue scientifique à l’aune du FEW » ; J. Grisward, « Gauvain, le jeu du décapité et ‘l’espée de coi Sainz Jehans fu decolez’ : rite celte et mythologie chrétienne » ; G. Gros, « Le palais ruiné dans l’île : la légende d’Hippocrate dans l’Estoire del Saint Graal (§ 542-578) » ; M.-G. Grossel, « Dans la solitude flamboyante de la chambre des simples : les Visions d’Ermine de Reims († 1396) » ; J.-C. Herbin, « Fragments inédits de la Vie des pères » ; S. Hériché-Pradeau, « Les Arbres prophétiques du Soleil et de la Lune dans les romans d’Alexandre » ; D. Hüe, « La Vierge et la science » (sur le thème de l’Immaculée Conception dans la poésie palinodique à Rouen) ; D. James-Raoul, « Défense et illustration de la langue française : la néologie dans les arts poétiques (XIIe-XIIIe siècles) » ; B. Laurioux, « Olla patella : préliminaires à une étude de la lexicographie alimentaire au Moyen Âge » ; C. Lecouteux, « Les marches de l’au-delà » ; N. Lévy-Gires, « Femme coupable, espace et temps dans l’imaginaire médiéval » ; A. Malgouverné, « Usages et représentation de l’espace montagnard au bas Moyen Âge : l’exemple des lieux-dits du Jura gessien » ; S. Marcotte, « Subordonnants de la série lequel et coordination » ; T. Matsumura, « Guillaume le Maréchal revisité » (l’article comprend des corrections à l’édition Meyer) ; A. Meiller, « Diphtongaison et non-diphtongaison conditionnées » ; F. Mora, « D’un manuscrit l’autre. Récriture et créativité dans deux manuscrits de la version brève du Tristan en prose : le combat de Tristan et de Palamède devant le roi Galcodin » ; N. Nabert, « Du désir de Dieu à la vision béatifique ou l’incorruptibilité lumineuse dans le De contemplatione de Guigues du Pont » ; M. Pagan, « Variations sur une relation ambivalente au plaisir de bouche dans un Pastoralet du début du XIIIe siècle » ; J.-M. Pastré, « Malentendu, indiscrétion et oubli dans la Chanson des Nibelungen » ; A. Petit, « L’épisode de Céfas dans le manuscrit P du Roman de Thèbes » ; A. Queffélec, « Les réponses négatives averbales à pronom sujet en ancien français » ; P. Rossetto, « L’imaginaire médiéval dans L’Astrée » ; C. Roussel, « Tristan de Nanteuil et le dragon : la conquête du courage » ; B. Roy, « Un éloge goliardique de l’art d’aimer » (avec édition) ; X.-L. Salvador, « Une autre définition de l’étymologie : dire le vrai dans la Bible » ; C. Silvi, « Les variations sur le nom dans la Mappemonde de Maître Gossuin de Metz » ; O. Soutet, « Observations sur le traitement lexicographique du si d’ancien et de moyen français » ; M. Stanesco, « Mort et renaissance de la Fille du comte de Pontieu » ; A. Strubel, « Bêtes rouges et bêtes noires : à propos d’une classification cynégétique » ; F. Suard, « Les Trois Fils de Rois : chronique romancée d’une Europe réconciliée et victorieuse des Turcs » ; H. Toelle, « Ali Baba et les quarante voleurs : des traces de trifonctionnalité indo-iranienne dans l’un des contes les plus contestés des Mille et une nuits ? » ; F. Torterat, « Si et or comme cohéreurs (para)textuels en ancien et en moyen français » ; M. Vauthier, « Polyphonie de la mémoire personnelle autour de l’eschacier du Conte du Graal : vers une unité de sens » ; I. Vedrenne-Fajolles, « Le texte de la Capsula eburnea, recueil de pronostics pseudo-hippocratiques. Approche de deux versions françaises dans le manuscrit NAL 693 de la Bibliothèque Nationale » ; F. Vielliard, « L’utilisation de l’Itinerarium peregrinorum par l’Estoire de la guerre sainte : traduction et adaptation » ; F. Vigneron, « Entre instruire et plaire : les fables d’Eustache Deschamps » ; J.-J. Vincensini, « Entre pensée savante et raison narrative. Le clerc médiéval et le motif du ‘saignement accusateur’ (ou cruentation) » ; P. Walter, « Eros mélancolique et amour tristanien » ; A. Winkler, « Les engiens de la guerre outre-mer. Place et fonction des machines de guerre dans le Cycle de la Croisade ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Danielle Jacquart, Danièle James-Raoul, Olivier Soutet (dir.), Par les mots et les textes. Mélanges de langue, de littérature et d’histoire des sciences médiévales offerts à Claude Thomasset », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/1022

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org