Navigation – Plan du site

F. Gingras, F. Laurent, F. Le Nan et J.-R. Valette (dir.), « Furent les merveilles pruvees et les aventures truvees ». Hommage à Francis Dubost

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

« Furent les merveilles pruvees et les aventures truvees ». Hommage à Francis Dubost, études recueillies par Francis Gingras, Françoise Laurent, Frédérique Le Nan et Jean-René Valette, Paris, Champion (« Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge », 6), 2005, 746 p.
ISBN 2-7453-1224-3

Texte intégral

1Ce n’est pas une surprise dans ce très beau volume d’hommage offert à Francis Dubost, que la merveille médiévale, fantastique ou non, s’y taille la part du lion, de même que la matière arthurienne, en vers comme en prose. Comme il n’est pas question évidemment de rendre compte du détail des 41 contributions (et des 746 pages) qui honorent le dédicataire, nous nous contenterons d’en signaler brièvement le contenu.

2Une majorité d’entre elles, c’est l’une des qualités de ces mélanges, a choisi de s’inscrire directement dans la lignée du maître ouvrage de Francis Dubost, en se penchant sur les Aspects fantastiques de la littérature médiévale : en guise d’ouverture, F. Amy de la Bretèque s’attache à montrer comment, dans Le Monde vivant, le cinéaste Eugène Green « renouvelle le sentiment d’incertitude et de dépaysement que provoque la lecture actuelle d’une œuvre comme Le Chevalier au lion » ; A. Berthelot examine quelques modalités d’apprivoisement ou d’effacement de la merveille, par définition problématique, dans quelques épisodes arthuriens ; M.-C. Bracconi-Giordano compare les manifestations du merveilleux chrétien dans les apocryphes bibliques et dans l’Estoire del Saint Graal, roman qui fait également l’objet d’une contribution de G. Gros ; D. Buschinger s’intéresse à deux épisodes de La Couronne de Heinrich von dem Turlin ; C. Connochie-Bourgne analyse le rôle de la merveille dans le récit encadrant du Livre de Sydrac, première encyclopédie dialoguée en langue vulgaire ; C. Croizy-Naquet considère les rapports entre merveille et miracle dans un texte historique, l’Estoire de la guerre sainte d’Ambroise, contribution à laquelle fait écho J.-R. Valette en s’attachant à la même question, mais dans les proses du Graal ; É. Gaucher s’intéresse à la parodie du fantastique dans Richard sans peur, qui permet dans ce roman d’instaurer « une réflexion sur la bonne et la mauvaise peur » ; F. Gingras examine la « version noire » de la naissance de Merlin transmise par plusieurs manuscrits du Lancelot en prose, preuve à ajouter selon lui à « l’existence d’une version non-cyclique antérieure au projet d’un grand cycle narratif » ; L. Harf-Lancner étudie l’association du monde des fées et du monde des morts dans quelques passages du De nugis curialium de Gautier Map ; C. Lachet se penche sur le fantastique de l’ille quaree dans Sone de Nansay ; F. Laurent aborde les anecdotes merveilleuses émaillant la vie de Richard Ier dans l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, contribution que complète L. Mathey-Maille en s’interrogeant sur l’origine du surnom Longue Épée prêté au duc Guillaume, père de Richard ; F. Le Nan explore le « lien organique entre le paysage et la merveille » dans sa lecture d’un extrait de la Continuation de Perceval de Gerbert de Montreuil (dont elle prépare d’ailleurs une nouvelle édition) ; P. Ménard dresse un bilan sur graal et lance qui saigne dans le Conte du Graal ; J. Meyers aborde « merveilleux et fantastique dans le récit de voyage » avec l’exemple de l’Evagatorium de Félix Fabri ; F. Pomel étudie l’épisode merveilleux de la florete magique dans Eliduc ; M. Possamaï-Perez envisage le fantastique de la métamorphose dans l’Ovide moralisé ; P.-A. Sigal s’intéresse aux visions dans les récits de la première croisade ; J. Subrenat au personnage de Calabre la magicienne dans le premier cycle de la Croisade ; M. Tarayre à la place du monstre dans le Speculum majus de Vincent de Beauvais ; enfin J.-J. Vincensini aux « agents de l’altérité archaïque » que sont les Cosmains dans Eledus et Serene.

3Un certain nombre d’autres contributions s’attachent encore à la matière arthurienne, sans pour autant en exploiter les aspects merveilleux ou fantastiques : E. Baumgartner envisage ainsi un type de formule narrative (il est voirs/voirs fu/il fu voirs) apparue dans le Lancelot en prose, permettant au récit d’asseoir le passé qu’il s’invente ; M. de Combarieu étudie rire et sourire dans le Lancelot en prose ; C. Ferlampin-Acher s’arrête sur la curieuse figure du petit chevalier Cristal dans Cristal et Clarie, et sa possible résurgence dans le Perceforest ; F. Mora s’intéresse à quelques variations autour du locus amoenus dans le Tristan en prose ; M. Séguy s’attache à montrer comment le Roman de l’Estoire dou Graal de Robert de Boron « vise à s’imposer, en tirant parti des défaillances du Conte du Graal, comme le récit fondateur de la lignée des romans du Graal » ; A. Strubel propose une approche d’ensemble du Perlesvaus, soumettant la conjointure et la senefiance du roman à un examen attentif.

4Restent enfin à signaler les deux contributions de D. Boutet et d’A. Petit consacrées au Roman de Thèbes ; une étude du paradigme lexical de la voie, en particulier dans la littérature édifiante (P. Bretel) ; un examen des aspects dramatiques du Roman de la Rose de Jean Renart, que N. Chareyron envisage comme un « roman théâtral » ; un avatar de Villon dans le dernier roman de Leo Perutz (J. Dufournet) ; la question de la constitution d’un bestiaire spécifiquement politique dans l’œuvre française de Gerson (L. Dulac) ; « les conseils de guerre tenus par Simon de Monfort dans la seconde partie de la Chanson de la Croisade albigeoise » (G. Gouiran) ; le dialogue noué avec saint Augustin dans le Secretum de Pétrarque (J. Lacroix) ; une étude d’Haleine, neuvième conte de la Vie des Pères (É. Pinto-Mathieu) ; un exemple de la postérité de l’amour courtois, avec Le Soulier de satin de Claudel (H. Rey-Flaud) ; une nouvelle analyse du « cycle de la gageure » dans Le Comte de Poitiers, Le Roi Flore et la belle Jehane et le Roman de la Rose de Jean Renart (F. Suard) ; et pour finir une étude du fabliau d’Auberée (R. Wolf-Bonvin).

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « F. Gingras, F. Laurent, F. Le Nan et J.-R. Valette (dir.), « Furent les merveilles pruvees et les aventures truvees ». Hommage à Francis Dubost », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1019

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org