Navigation – Plan du site

Françoise H.M. Le Saux, A Companion to Wace

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Françoise H.M. Le Saux, A Companion to Wace, Woodbridge, Brewer, 2005, 305 p.
ISBN 1-84384-043-X

Texte intégral

1L’importance au XIIe siècle de Wace dans la naissance et le développement d’une littérature en langue vernaculaire traduite, ou plutôt adaptée, du latin, du côté de l’hagiographie comme de l’historiographie, n’est certes plus à prouver. Néanmoins, en dépit des éditions et des nombreux travaux dont a bénéficié la production de cet auteur, bien trop rares sont les études à avoir choisi de tenter une approche globale de l’œuvre de Wace. C’était, il y a peu, le cas de G. Paradisi dans Le Passioni della storia. Scrittura e memoria nell’opera di Wace (Rome, Bagato Libri, 2002) ; F. Le Saux, qui a fait d’ailleurs sur le site internet de l’Université de Reading un compte rendu favorable de l’ouvrage de G. Paradisi, s’inscrit dans la même perspective. Dans A Companion to Wace il s’agit en effet, comme le titre l’indique assez, de faire le point des connaissances actuelles sur cet auteur, et tout ce qu’on peut dire de ce premier objectif, c’est qu’il est parfaitement rempli. Divisé en trois parties (la première consacrée à la production hagiographique du clerc anglo-normand, la seconde au Roman de Brut et la dernière au Roman de Rou) précédées d’une introduction résumant le peu que l’on peut savoir ou supposer de la vie de Wace, l’ouvrage progresse logiquement suivant la chronologie probable des œuvres, dressant pour chacune d’elles un état de la question très complet sur les manuscrits conservés, le contexte de composition (patrons, public visé, contexte idéologique, etc.) et les sources utilisées, avant d’en venir à l’analyse, toujours très fouillée, du texte proprement dit. Qu’on ne se méprenne donc pas : il ne s’agit pas, loin s’en faut, d’un quelconque travail de compilation, mais bien d’une étude de fond, extrêmement attentive au détail du texte, dont tous les aspects, idéologiques, structurels, stylistiques, etc. sont scrutés avec autant de finesse que de clarté. Ainsi le mérite de cet ouvrage est-il à la fois d’examiner, chapitre après chapitre, chaque texte écrit par Wace dans sa spécificité, et en même temps de les considérer comme un ensemble, l’œuvre d’un auteur. Ajoutées les unes aux autres, les diverses analyses concernant les techniques d’adaptation et d’écriture du clerc anglo-normand permettent en conclusion de dresser un portrait synthétique de l’écrivain au travail, où cinq traits majeurs, selon FLS, se dégagent : la capacité de combiner de plusieurs sources ; la volonté de donner à ses personnages principaux une image plus séduisante que celle qu’ils peuvent avoir dans les textes adaptés ; une intention pédagogique et didactique bien marquée, soucieuse du public laïc auquel Wace s’adresse principalement ; un usage limité des effets rhétoriques et stylistiques ; l’art d’adapter et de modifier même la structure des sources utilisées. FLS conclut ainsi au « poetical skill » de Wace, et on ne peut que s’accorder avec elle, à la lecture de cette excellente étude.

2Deux légers regrets pour finir, qui n’enlèvent (presque) rien aux qualités de l’ouvrage. Si Wace est parfaitement étudié pour lui-même, il est dommage qu’il ne soit pas beaucoup situé, du point de vue d’influences subies ou exercées, vis-à-vis d’autres auteurs, ce qui aurait pu permettre de mieux définir sa position dans le contexte littéraire du XIIe siècle. Par ailleurs la bibliographie, qui se veut sélective, l’est peut-être un peu trop, et se trouve déparée par une présentation un peu confuse des références, voire diverses erreurs de détail, concernant notamment les ouvrages en français.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Françoise H.M. Le Saux, A Companion to Wace », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/1017

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org