Navigation – Plan du site

Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard (« Les médiévistes français », 5), 2005, 288 p.
ISBN2-708-0739-2

Texte intégral

1Le recueil de seize articles que nous propose Claude Gauvard, sous le titre Violence et ordre public, est particulièrement bienvenu, d’autant plus que le lecteur n’aura le plus souvent pas le sentiment de la discontinuité, voire même de la disparité, que le genre engendre souvent. L’ordre choisi pour les articles, le regroupement des parties, permettent en effet une lecture suivie et le lecteur passe véritablement de chapitre en chapitre et, je dois le dire, avec bonheur. Lire (ou relire) ici ces travaux de Cl. Gauvard procure en effet un vrai bonheur, celui de comprendre des choses, de saisir des mécanismes profonds, de sentir une véritable intelligence des phénomènes. Fines analyses, documentation serrée permettent d’éclairer de façon synthétique une question majeure de l’histoire de la société médiévale: la violence et le règlement des conflits. De ce point de vue, avec ses rappels et ses nouveautés, ce recueil offre un excellent complément de la grande thèse, à présent classique, de l’auteur. La référence à De grace especial… n’est pas ici anodine, car on sent chez Cl. Gauvard ce souci d’aller sans cesse plus loin, plus profond dans l’analyse des mécanismes de la société médiévale– du Moyen Âge tardif en premier lieu–avec en arrière-plan une idée forte et majeure: suivre la construction de l’État moderne. Dès lors, l’exercice de la justice, le problème de la peine de mort en particulier, est considéré, de façon fort juste à mon sens, outre selon ses problématiques propres, dans la perspective politique du pouvoir royal et de ses dépositaires, le roi tentant de s’assurer le monopole de la paix (p.25), par la rigueur parfois, le plus souvent au moyen de la clémence (lettres de rémission), avec ou contre fonctionnaires zélés et théoriciens à son service.

2Dans un premier temps, Cl. Gauvard (« compter le crime ») pose les difficultés inhérentes à la documentation, et surtout à l’interprétation de celle-ci: en effet, il faut bien prendre garde à ne pas confondre la criminalité réelle et les préoccupations d’un milieu, comme le révèlent par exemple les archives du Parlement de Paris. Autre difficulté, la question sémantique et l’évaluation des mots: dire le crime n’est pas forcément le décrire et les termes manquent de précision, en dépit de leurs redondances. Le second chapitre s’occupe avec précision de ces questions: nommer le crime et les peines qui le sanctionnent. Si, au départ, apparaît une dichotomie entre les théoriciens et les praticiens du droit, peu à peu le caractère savant du droit « se dilue » au contact des tentatives réelles de résolution des conflits, ce que montre bien le troisième chapitre consacré à la punition d’un crime qu’il s’agit souvent de ‘deviner’, d’interpréter: par exemple, les termes de « viol », de « rapt » sont peu employés et il est clair que le crime n’est pas encore catégorisé rigoureusement et qu’il est avant tout « décrit en acte » (p.42). Il apparaît cependant que certains crimes, comme ceux relevant du ‘lèse-majesté’, sont mieux répertoriés. Ceci confirme la justesse de la démarche de l’auteur, dans la mesure où ce sont effectivement les délits qui entrent le mieux dans le domaine public.

3Il est difficile ici de résumer tout le contenu de ce volume. On retiendra les discussions sur la peine de mort: Cl. Gauvard montre bien que la peine est somme toute assez peu appliquée pour diverses raisons: le roi en effet construit son pouvoir de justice plus sur la grâce que sur la peine. Il faut y ajouter le permanent arrière-fond chrétien qui interdit de donner la mort et qu’illustre bien un Gerson. Il faut cependant noter que, la monarchie absolue se construisant, ses fonctionnaires et ses hommes de justice vont dans le sens d’une forte sévérité et défendent l’usage de la peine de mort. à ce propos, Cl. Gauvard nous fournit d’intéressants portraits ainsi que de riches analyses sur la démarche d’hommes comme Hugues Aubriot, Jean de Folleville et, tout particulièrement, Guillaume de Tignonville. L’action, la volonté de tels hommes font que la justice devient effectivement plus coercitive à la fin du Moyen Âge. La peine de mort progresse donc, comme en témoigne l’attitude de l’Église, qui finit par accorder la confession aux condamnés (1396), reconnaissant ainsi officiellement l’application de cette peine aux criminels. Jeu complexe donc entre sévérité et grâce, jeu ponctué et conditionné par les linéaments du pouvoir et de la société et, Cl. Gauvard fait bien de le souligner, par la volonté, le talent et les idéaux de certains individus (je pense à Guillaume de Tignonville).

4Si le regard sur le crime et ses peines est éclairant, n’en est pas moins celui sur les juges eux-mêmes, objet de la seconde partie de l’ouvrage. Sont ici convoqués les écrits des théoriciens, qui sont parallèlement des penseurs politiques et, de façon intéressante, les hommes de terrain, des rédacteurs de coutumiers, comme Jean Boutillier ou Jacques d’Ableiges. La mise en perspective est alors faite d’une « justice idéale » et d’une justice appliquée sur fond de ‘juges jugés’. Ici encore, Cl. Gauvard montre bien combien la préoccupation première est l’établissement de la paix sociale, dont les curieuses scènes (curieuses pour le moderne!) de dépendaison avec amende honorable sont le témoin.

5Les luttes pour le pouvoir, si âpres à la fin du Moyen Âge, favorisent de fait le rôle des intellectuels– et l’on doit saluer Cl. Gauvard de souligner cet aspect essentiel, qu’il faut relier à d’autres phénomènes, comme celui du rôle de l’écrivain, du poète dans le champ sociétal et politique ‑, argumentant pour un camp ou un autre (que l’on songe, entre autres, à la question du tyrannicide après le meurtre de Louis d’Orléans). Le rôle de la rhétorique antique, de Cicéron en particulier, est important, mais, comme le note l’auteur, reste encore largement à évaluer et analyser. De façon corollaire, les registres judiciaires sont de mieux en mieux tenus, bien que l’oralité prime toujours largement sur l’écrit. On sent donc bien à travers les lignes de Cl. Gauvard ce que je nommerai une ‘mise en place progressive’, avec avancées et reculs, qui suit d’assez près la question politique, avancées et reculs du pouvoir royal, des pouvoirs des princes et des factions. On assiste en fait, si je puis dire, à une sorte de ‘ballet’ mettant en scène, de façon à la fois connexe et contradictoire, les princes et leur clientèle, le roi et ses fonctionnaires, les juristes universitaires et les hommes de terrain, les écrivains comme Christine de Pizan, Philippe de Mézières ou Alain Chartier. Il faudrait ici ajouter un chapitre sur le rôle de l’humanisme, aspect abordé par l’auteur, mais qui mérite développement.

6Pour terminer ce trop bref aperçu, je relèverai le très beau chapitre 11 « Violence et rituels », composé de deux volets, « Cuisine et paix en France à la fin du Moyen Âge » et « Les révoltes du règne de Charles VI, tentative pour expliquer un échec ». Le premier volet ne peut que « titiller » le littéraire et est un appel à une analyse serrée des textes, des mots, des expressions. Cl. Gauvard ouvre ici me semble-t-il un beau champ de recherche qui doit s’étendre à d’autres domaines que le vocabulaire de la nourriture et qui surtout doit mettre en parallèle textes judiciaires et textes littéraires (je pense tout particulièrement aux chansons de geste) sur l’injure, la violence verbale, la menace. La vision que l’auteur propose de la révolte me paraît juste et, là aussi mérite d’être prolongée par d’autres recherches. Les échecs de la plupart des révoltes médiévales repose sur le fait qu’elles ne peuvent s’inscrire dans la durée parce que personne, à quelques rares exceptions près, n’a la capacité de les analyser comme révoltes. Le regard sur le vocabulaire employé par les chroniqueurs et des témoins comme le Bourgeois de Paris révèle l’osmose complète avec le crime: les révoltés sortent du champ qui, durant tout le Moyen Âge, reste largement celui du crime de sang, celui de l’honneur. Ils brisent les codes et sont rapidement catégorisés du côté du vice, voire même de la ‘diablerie’. Les clichés qui accompagnent le discours sur la révolte (le cannibalisme en particulier) portent bien témoignage de cette évacuation des rebelles du champ politique qu’ils semblent occuper parfois aux yeux de l’Histoire. Dès lors, le pouvoir royal ressort renforcé de la révolte et de son échec et l’État se développe encore davantage. La boucle est bouclée.

7Je ne peux bien évidemment que recommander la lecture de cet ouvrage qui fourmille d’idées. Si, à sa lecture, on a le sentiment d’avoir avancé dans la compréhension de phénomènes importants de la société du Moyen Âge tardif, l’on se sent aussi stimulé pour creuser certaines pistes, et elles sont nombreuses, ouvertes par l’auteur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1012

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org