Navigation – Plan du site

Estelle Doudet, Poétique de George Chastelain (1415-1475)

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Estelle Doudet, Poétique de George Chastelain (1415-1475), Paris, Champion (« Bibliothèque du XVe siècle », 67), 2005
ISBN 2-7453-1103-4

Texte intégral

1Si jamais l’on pensait l’exercice de la monographie quelque peu dépassé, le présent ouvrage, tout entier consacré au poète et chroniqueur George Chastelain, vient nous en administrer la brillante preuve du contraire. La monographie est ici un choix revendiqué, étroitement associé au terme de poétique, à partir duquel ED entend donner à son analyse « un double mouvement de totalisation et d’approfondissement : attention envers une œuvre spécifique, organisée selon des principes cohérents et personnels ; analyse de l’écriture en tant qu’espace littéraire orienté par un contexte historique essentiel à sa compréhension » (p. 35). Ainsi il devient loisible de « reconsidérer la véritable influence d’un auteur généralement défini comme précurseur [des Grands Rhétoriqueurs], et de mettre en perspective plusieurs traits de l’écriture qu’il fonde », tout en « préserv[ant] par ailleurs les décalages qui font de sa production un paysage complexe, unique et souvent surprenant » (p. 36).

2Fidèle à ces principes énoncés en introduction, ED se livre donc à une exploration méthodique de l’œuvre de George Chastelain, dans toute sa diversité (chronique, théâtre, pièces lyriques, pamphlets politiques, traités philosophiques et moraux, etc.), mais aussi dans toute son unicité, qui se constitue autour de cette figure d’orateur – terme qui dit la rhétorique, et aussi l’éloquence civile – que Chastelain va élaborer pour son propre usage à partir de 1455, année où il est fait chroniqueur et poète officiel du duché de Bourgogne. L’étude, remarquablement composée pour parvenir à embrasser de façon globale et cohérente la production de Chastelain, se divise en quatre parties : la première est consacrée à la représentation, au statut et aux fonctions de l’orateur tel que le conçoit Chastelain ; la seconde à la chronique, dans ses enjeux à la fois historiques, idéologiques et littéraires ; la troisième à l’ornementation rhétorique, examinant à la loupe tropes et prosodie ; enfin la quatrième aux relais (allégorie, glose) et à la réception de la senefiance de l’œuvre. Ces quatre parties s’enchaînent et se lisent avec un égal bonheur, multipliant les citations (toujours vérifiées, en l’absence d’édition récente, sur les témoins manuscrits) et les rapprochements entre les textes, associant à de fines analyses stylistiques des mises en perspective littéraire ou historique, pratiquant en somme un art de la lecture attentif au moindre détail des textes et des mots, qui par sa soutilité n’est pas sans rappeler certain ouvrage consacré à Guillaume de Machaut.

3Depuis un certain nombre d’années maintenant les Grands Rhétoriqueurs et la littérature bourguignonne occupent une place accrue dans le champ des études médiévales ; autour de George Chastelain, les éditions et les travaux se multiplient, et beaucoup d’entre eux – témoin la récente édition du Livre de Paix procurée par T. Van Hemelryck (Champion, 2006), p. 65 – se réfèrent déjà à l’étude d’ED comme à un maître ouvrage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Estelle Doudet, Poétique de George Chastelain (1415-1475) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1007

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org