Navigation – Plan du site

Caroline Cazanave (dir.), L’Épique médiéval et le mélange des genres

Mattia Cavagna
Référence(s) :

L’Épique médiéval et le mélange des genres, Actes du colloque organisé par l’UFR Sciences du langage de l’homme et de la société de l’Université de Franche-Comté, du 3 au 5 octobre 2002 à Besançon, réunis par Caroline Cazanave, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (« Littéraires »), 2005, 324 p.

Texte intégral

1L’introduction de Caroline Cazanave fait le point, d’une manière très précise, sur l’un des enjeux fondamentaux de ce colloque : l’art du mélange a fait partie de l’épique français dès ses origines, la définition de « chansons de geste tardive » ne doit pas être comprise dans le sens de la dégénérescence d’un phénomène qui à son origine était pur, mais dans une perspective strictement chronologique. L’article d’ouverture de François Suard appuie ces considérations sur la base des trois textes épiques médiévaux les plus anciens : la Chanson de Roland, la Chanson de Guillaume et Gormont et Isembard.

2L’étude de Despina Ion porte sur la Geste des Lorrains et se propose d’instituer une distinction entre deux chansons de ce même cycle, à savoir Garin le Lorrain et Gerbert de Metz. Presque contemporaines (au tournant des XIIe et XIIIe siècles), les deux témoignent selon Despina Ion de deux « différentes conceptions de l’épique » : Garin le Lorrain est un poème épique plus « traditionnel » fondé sur l’esthétique de la participation, de la célébration, alors que Gerbert de Metz est un texte épique « littérarisé », qui intègre la voix du jongleur et se concentre sur la variété, la surprise, en se rapprochant davantage du domaine romanesque.

3Plusieurs contributions montrent en effet comment le genre épique évolue en absorbant de plus en plus d’éléments romanesques. L’évolution intéresse à la fois la forme et le contenu. Quant à la forme, la première et la plus évidente des évolutions est la mise en prose qui implique, selon l’heureuse définition proposée par Damien de Carné, un « contrat de lecture » qui détache fortement les textes de leur forme d’origine, fondée bien évidemment sur le « chant ». Dans son article concentré sur le prologue du Guillaume en Prose, Damien de Carné insiste sur les éléments de continuité et de rupture entre la mise en prose et la chanson en vers. Encore sur le Guillaume en prose, Nadine Henrard analyse l’épisode de Clarisse et Esmerée, un épisode interpolé, de caractère sentimental et romanesque, qu’elle rapproche de manière très convaincante du roman de Floire et Blanchefleur.

4D’autres contributions analysent, inversement, l’influence exercée par le genre épique sur d’autres genres littéraires, romanesques ou historiques. Bernard Ribémont analyse la Prise d’Alexandrie, œuvre historiographiquede Guillaume de Machaut qui contient plusieurs éléments d’inspiration épique, comme par exemple le titre, qui renvoie à de nombreuses chansons de geste bien connues ; l’enchaînement des épisodes, basé sur une suite d’ambassades, traités, discussions etc. ; le but du récit, qui est la glorification d’un homme (Pierre Ier de Lusignan) dans sa dimension guerrière et le lien indissoluble, typique du personnage épique, entre le héros et le lieu (Alexandrie) qui l’identifie. Carol Chase se penche sur le cycle du Lancelot-Graal en soulignant l’épisode où Lancelot découvre le tombeau de Narbaduc, un mythique roi sarrasin, qui s’inscrit dans un réseau de « lieux de mémoire » et donne lieu à une série de récits rétrospectifs renvoyant aux batailles des Chrétiens contre les Sarrasins, thème fondamental de l’épopée médiévale.

5Marie-Madeleine Castellani souligne les éléments épiques dans un texte romanesque, Athis et Prophilias, en insistant notamment sur ses deux versions, ce qui lui permet de faire ressortir le traitement différent de la même matière, qui s’oriente de plus en plus vers le mélange des genres littéraires. De même, Claude Roussel analyse Jourdain de Blaye et insiste sur le décalage entre l’œuvre originale, composée au tournant des XIIe et XIIIe siècles, et sa réécriture tardive. L’opération de réécriture comporte un changement métrique – on passe du décasyllabe à l’alexandrin – et surtout un processus d’amplification remarquable : le texte passe de 4245 à 23182 vers.

6L’étude de Vidya Vencatesan se distingue puisqu’elle est orientée vers la mythologie comparée et s’inscrit dans la perspective indiquée par Joël Grisward. En partant du concept de « compagnonnage guerrier », elle établit une comparaison entre le cycle de Guillaume d’Orange et le Ramayana de Valmiki, la première épopée indienne, dont l’archétype remonte probablement à 750 ou 500 ans avant Jésus Christ.

7Le dernier groupe d’articles porte sur la réception de l’épopée à l’époque moderne, voire même contemporaine. L’article de Denis Bjaï porte sur Rabelais et « la geste de Pantagruel », et présente un nombre extraordinaire d’épisodes de chansons de geste médiévales (Ami et Amile, Les Quatre fils Aymon etc.) qui sont tournés en parodie dans l’œuvre rabelaisienne. Denis Collomp présente la bibliothèque d’André-Guillaume Contant d’Orville, un bibliophile du XVIIIe siècle qui, à l’instar du marquis de Paumly et de Lacurne de Sainte-Palaye, a contribué à la redécouverte de la littérature épique. Élodie Burle présente Le Fou d’Elsa de Louis Aragon (1956-1963), un texte où la dimension épique de la prise de Grenade par les rois catholiques constitue le miroir des guerres du XXe siècle, qui voient s’affronter les mêmes protagonistes : Espagne, France et Algérie. Florence Plet propose une analyse du Chevalier inexistant d’Italo Calvino (1959) et des éléments épiques présents dans le roman. Elle énumère les très nombreuses sources de Calvino, tout en insistant sur le fait que la tradition de la renaissance italienne avait « nettement infléchi la ‘matière de France’ vers le romanesque ». Alain Corbellari, dans un passionnant article sur la bande dessinée et la chanson de geste, distingue les reprises comiques et les reprises réalistes, avec – nous semble-t-il – une certaine propension pour les premières, comme par exemple Les Divagations de M. Sait-Tout, un ouvrage réalisé sur un scénario de René Goscinny, parodie de la fondation de l’école par Charlemagne qui, comme toutes les formes de la parodie, s’adresse à un public averti, en mesure d’apprécier les renvois intertextuels. Les actes se concluent avec l’étude d’Isabelle Weill qui porte sur La Guerre des Étoiles de George Lucas, en proposant une série de parallèles avec l’épopée médiévale qui s’appuient tout d’abord sur la mise en cycle de la Geste, la construction à rebours, des enfances des protagonistes, mais qui rentrent aussi dans le détail et dans le spécifique des scènes et des personnages universellement connus comme Han Solo, Obi Wan Kenobi, la princesse Leia et tutti quanti.

8La diversité des contributions, qui embrassent une période d’environ 2500 ans, du Ramayana de Valmiki à La Guerre des Étoiles de George Lucas constitue sans aucun doute le mérite principal de ce recueil d’actes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Caroline Cazanave (dir.), L’Épique médiéval et le mélange des genres », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/1006

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org