Navigation – Plan du site

W.R.J. Barron, Glyn S. Burgess (éds.), The Voyage of Saint Brendan

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

The voyage of Saint Brendan. Representative versions of the legend in English translation with indexes of themes and motifs from the stories, éd. par W.R.J. Barron et Glyn S. Burgess, University of Exeter Press (« Exeter medieval texts and studies »), 2005 (1re éd. 2002), 403 p.
ISBN 0-85989-755-9

Texte intégral

1Chef-d’œuvre et véritable best-seller de la littérature médiévale (ce qui n’est pas forcément incompatible), la Navigatio sancti Brendani est connue dans sa version latine par plus de 120 manuscrits et par de nombreuses adaptations en langue vernaculaire, ce qui témoigne assez de la diffusion exceptionnelle du texte, depuis le IXe siècle, époque probable de la composition de la version latine, jusqu’à la toute fin du Moyen Age (William Caxton en publie une version imprimée dans sa Golden Legend de 1484). Si elles ont toutes déjà été éditées, parfois aussi traduites, et même, du moins pour certaines d’entre elles, abondamment étudiées (on s’en convaincra à la lecture du répertoire de G.S. Burgess et de C. Strijbosch, The Legend of Saint Brendan : A Critical Bibliography, Dublin, 2000), l’ensemble de ces versions, dispersées dans le temps et dans l’espace éditorial, n’en restait pas moins difficilement accessible, et c’est pourquoi la présente publication comble un manque important, puisqu’elle offre en un seul volume un regroupement effectivement « représentatif » des traductions et des adaptations auxquelles a donné lieu le texte de la Navigatio, cet hapax médiéval en forme d’« odyssée chrétienne » (pour reprendre la formule de D. Poirion) relatant le périple maritime de saint Brendan jusqu’au Paradis.

2De fait la matière ne manque pas, et c’est rien moins que dix versions différentes qui sont ici données à lire, soit en traduction anglaise seule (versions latine, anglo-normande, néerlandaise, allemande et vénitienne, la plus développée de toutes), soit en texte original et traduction (version norroise fragmentaire, version anglaise du South English Legendary et les deux versions occitane et catalane, très abrégées, qui bénéficient par ailleurs dans ce volume d’une nouvelle édition), soit enfin en texte original seul, pour la version de Caxton, aisément accessible au lecteur anglophone grâce à un petit nombre d’éclaircissements lexicaux. Outre l’introduction générale de G.S. Burgess rappelant les données essentielles concernant la vie de saint Brendan et les questions que posent la réalité de ses voyages (le saint aurait-il découvert l’Amérique en cherchant le Paradis ?), chaque version est précédée de sa propre introduction : pour chacune d’entre elles on bénéficie donc d’un rapide mais efficace état des lieux sur la tradition manuscrite, les éditions et traductions antérieures, le contexte historique, la date et l’auteur éventuel de la version en cause, ses sources, son contenu et sa structure, enfin le genre et les intentions ou objectifs dont elle peut relever – toutes ces données se répondant évidemment d’une version à l’autre et permettant de mieux mettre en lumière les liens qui les unissent, aussi bien que les différences qui les distinguent.

3Enfin, pour prolonger le plaisir de la lecture et faire en même temps de cet ouvrage un excellent outil de travail, l’ensemble est complété de notes, d’une bonne bibliographie (comprenant notamment la liste des mss. conservant les différentes versions en langue vernaculaire), ainsi que de deux index (ajout de la nouvelle édition paperback de 2005), à même de faciliter le jeu des comparaisons entre différentes versions et de prendre meilleure mesure des constantes et variations animant cet ensemble d’autant plus intéressant qu’il permet d’inscrire la littérature médiévale dans l’horizon proprement européen qui bien souvent est le sien.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « W.R.J. Barron, Glyn S. Burgess (éds.), The Voyage of Saint Brendan », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/1003

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org