Navigation – Plan du site

Luce Guillerm (éd.), Amadis de Gaule. Livre IV

Bruno Méniel
Référence(s) :

Amadis de Gaule. Livre IV, traduction Herberay des Essarts, édition critique par Luce Guillerm, Paris, Champion (« Textes de la Renaissance. Série Romans de chevalerie de la Renaissance », 92), 2005, 455 p.

Texte intégral

1Les Amadis ont rencontré un immense succès au XVIe siècle, puisqu’ils étaient le bréviaire de la cour galante des Valois et que même Henri IV, lorsqu’il n’était pas dans on assiette, s’en faisait lire des pages par son médecin Du Laurens. Les éditions Champion en ont entrepris l’édition critique et le premier volume paru de cette ample collection est le livre IV, confié à Luce Guillerm, grande spécialiste de la traduction à la Renaissance. Dans le livre précédent, le roi Lisuart a promis sa fille Oriane à l’Empereur de Rome et il l’a livrée contre son gré aux ambassadeurs de celui-ci, mais Amadis et ses alliés ont vaincu la flotte romaine et ont délivré la jeune femme. Ils conduisent Oriane sur l’Île Ferme, au palais d’Apolidon. Un conflit oppose donc les forces de Lisuart et de l’Empereur et celles d’Amadis, qui prennent l’avantage. Heureusement, l’ermite Nascian apprend à Lisuart qu’Amadis et Oriane se sont mariés en secret et que de cette union est né Esplandian. Lisuart demande la paix et accorde la main de sa fille à Amadis. Le repos, cependant, ne dure pas : de nouvelles épreuves sont imposées à Amadis et Lisuart est enlevé par de mystérieuses demoiselles ; l’adoubement d’Esplandian et la promotion d’une nouvelle génération de chevaliers annonce la suite… Ce livre confirme la tendance progressive des premiers livres à réduire la dispersion des aventures et le recours à l’entrelacement.

2Il aborde des questions politiques, et en particulier celle de la figure royale : Lisuart commet la faute politique d’évincer Oriane, héritière légitime du trône, au profit de sa sœur cadette ; lorsque sa décision suscite une réprobation unanime, il se justifie en disant qu’il ne doit de comptes qu’à Dieu. Une tension est sensible entre la volonté de défendre les droits des vassaux et celle de promouvoir un régime monarchique fort ; cependant, le contrat féodal qui lie le vassal au suzerain n’est jamais rompu, ce qui semble rappeler leur devoir aux grands feudataires. Le récit oppose la figure de l’empereur, colérique, impulsif, irréfléchi, discourtois, à celle d’Amadis et de Lisuart, qui maîtrisent leurs émotions et respectent leurs alliés et leurs vassaux.

3La cour d’Amadis et d’Oriane sur l’Île Ferme est un lieu raffiné, qui fait passer au second plan les prouesses guerrières et met en avant la politesse, pour construire une image idéale de la vie aristocratique. C’est d’autant plus vrai qu’à la fin du récit, un message laissé par Urgande invite les chevaliers à délaisser les prouesses pour se confronter aux contraintes du pouvoir. Certes, l’esprit chevaleresque l’a emporté sur le souci politique, mais Amadis ne triomphe de Lisuart que pour assimiler ses valeurs. En outre, comme à Lancelot succède Galaad, la chevalerie mondaine d’Amadis laisse la place à la chevalerie chaste et pure d’Esplandian.

4L’ouvrage de l’Espagnol Montalvo (1508) doit son extraordinaire fortune en France à la version d’Herberay des Essarts (1543), qui n’est pas une traduction, mais une adaptation et même souvent une réécriture. Alors qu’Herberay propose un ouvrage d’un tiers moins long que son texte source, il invente des passages entiers, qui témoignent de ses goûts, mais aussi de ceux du public qu’il entendait séduire. Il médite lui aussi sur la figure du Prince, mais ses apports témoignent d’un sens du réalisme politique. Il ne reproche pas à Lisuart son comportement autoritaire, mais son entêtement dans une faute politique. Il ôte à l’Empereur de Rome une qualité que lui reconnaissait pourtant Montalvo, la libéralité. C’est qu’il redessine Amadis à partir de François Ier et l’Empereur de Rome à partir de Charles Quint.

5Il accorde beaucoup d’attention aux discours : la performance rhétorique est une des armes du pouvoir. Lorsqu’il décrit les mœurs de la cour de l’Île Ferme, c’est moins pour proposer une image idéale de cortesanía, qu’une évocation légère de la vie mondaine, faite de jeux verbaux, de manœuvres de séduction, de conversations galantes. La vision même de la guerre est transformée : Herberay, Commissaire Ordinaire à l’Artillerie de François Ier, substitue aux prouesses individuelles les mouvements tactiques des corps d’armée. Le livre IV est enfin connu pour un morceau de bravoure, la description du palais d’Apolidon, qui n’existait pas dans l’original, qui occupe tout un chapitre et qui est illustrée de deux gravures en pleine page, les seules de l’ouvrage. Si cette description se nourrit du souvenir de Chambord et d’autres châteaux, elle s’appuie sur des références livresques, de la Bible au Songe de Poliphile.

6L’édition donnée par Luce Guillerm reproduit les illustrations originales ; elle comporte une introduction étoffée, une bibliographie critique, d’abondantes notes infra-paginales, qui notamment recensent les écarts de la version d’Herberay par rapport au texte de Montalvo ; elle est enrichie d’un glossaire, d’un index thématique, d’un répertoire des personnages. Elle met à la portée d’un large public d’amateurs un texte agréable à lire, exemplaire de la prose élégante de l’époque de François Ier et révélateur des mœurs du « beau XVIe siècle ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Luce Guillerm (éd.), Amadis de Gaule. Livre IV », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://crm.revues.org/1000

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org